Parc éolien des îles d'Yeu et Noirmoutier : ils en parlent

« Allons vers des projets locaux de production d’énergie ! »

Luc Pasquier est président de Yeu Demain, association fondée en 1972 pour la sauvegarde du site de l'île d'Yeu et son développement économique et social. Il estime que le parc éolien est l’occasion d’inventer de nouvelles formes de production et de consommation d’énergie.


Pourquoi soutenez-vous le projet de parc éolien au large de l’île ?

Les questions de développement durable sont inscrites dans nos gènes. En 2008, avec le projet présenté par WPD, nous avons vu l'intérêt de l'éolien, qui prend part à la transition énergétique. Celle-ci consiste non seulement à aller vers des énergies renouvelables qui compenseront peu à peu le nucléaire, mais aussi à réduire notre consommation d'énergie. Nous nous inscrivons dans cette démarche globale. Pour autant, il s’agit d’un projet industriel, mené dans le cadre de la politique énergétique nationale et d’un système de gestion centralisée de l’énergie. On doit le lier à des projets d’autonomie énergétique de l’île. Le parc impacte notre territoire. En compensation, l’île doit recevoir l’appui financier du consortium pour des projets propices au bien vivre local.

Comment articuler le parc éolien avec l’autonomie énergétique de l’île ?

Nous appelons nos élus municipaux à organiser avec le consortium des forums et des ateliers pour débattre et examiner des projets locaux de développement durable. Ils seraient ouverts à tous afin que la gestion de l’énergie sur l’île devienne l’affaire de tous. Ils pourraient traiter de la mise en place d’une maison de la nature, de houlomotrices de faible capacité ou d’éoliennes de quartier… Les professionnels du bâtiment pourraient s’y former à la construction de maisons à énergie positive... On pourrait y apprendre à équiper une pompe à eau de capteurs solaires… On pourrait aussi faire valoir la singularité de l’île, pour éviter de construire un parking de 60 places pour la base de maintenance.

 

Qu’avez-vous retenu du débat public ?

Il a surtout montré que des questions restaient sans réponse. Cela crée le doute. Aussi souhaitons-nous l’organisation de forums d’information. Nous voulons notamment des réponses claires sur le rapport emploi de maintenance/éolienne et examiner comment l’île pourrait fournir de la main d’œuvre pendant la construction. Nous demandons au consortium de mettre en place sur l’île un bureau d’information où venir poser des questions, consulter les données disponibles sur le projet et se renseigner concrètement sur les emplois.

 

 

« Et si l’on pratiquait maintenant la transition énergétique ? »

Gwenaëlle Toutan a une résidence secondaire à l’île d’Yeu depuis 3 ans. Professeur de SVT, mère de 3 jeunes adultes, elle appelle à un engagement concret dans la transition énergétique.

 

La transition énergétique, c’est quoi pour vous ?

Il me parait urgent que l’expression «  transition énergétique » prenne consistance. Produire de l’énergie renouvelable, c’est bien. Consommer moins et autrement, c’est vital ! Et si nous commencions par modifier nos pratiques quotidiennes et limiter notre impact sur les ressources fossiles ? Chacun peut réduire sa consommation d’énergie et l’orienter différemment.

Vent et soleil sont des richesses sur l’île. On pourrait donner suite à des initiatives comme celles engagées par des collégiens et leurs enseignants dans le cadre de l’option éco-école : toiture photovoltaïque, four solaire, semaine du vélo, potager bio. Et pourquoi pas chacun son éolienne domestique à taille humaine ? Nous pourrions aussi nous engager personnellement pour bâtir ou rendre nos logements moins énergivores, avec l’aide des professionnels.

 

Quel lien faites-vous entre ces actions et le projet de parc éolien ?

Nous pourrions prendre le projet de parc éolien comme moteur pour mutualiser les initiatives individuelles ou professionnelles relatives à l’énergie. Sur l’île, il y a déjà des expériences concrètes : éolienne domestique, station de filtration végétale de l’eau, auto-construction respectueuse de l’environnement et bien isolée. Pourquoi ne pas produire de l’énergie sur l’île, sans gigantisme ?

 

Pourquoi avez-vous déploré l’absence de jeunes lors de la réunion publique du 21 juillet ?

Les jeunes générations pourraient être des partenaires à part entière du débat énergétique. C’est sur leurs épaules que reposeront les conséquences de nos choix ! Faire d’eux des acteurs potentiels est vital ! Le forum des métiers (novembre 2014) a permis aux élèves de 4ème et 3ème d’être informés sur les filières de l’éolien potentiellement créatrices d’emplois. Mon souhait est que les jeunes puissent débattre eux aussi, entre eux, et avec les acteurs municipaux au sujet de l’énergie, des choix qu’ils devront faire. C’est à eux que nous devons rendre compte, c’est pour eux et avec eux que doivent être menées la réflexion et l’action !

 

 

 

« Osons l’éolien ! »

Bernard Groisard a écrit un essai, « Osons », dans lequel il prend vigoureusement parti pour le parc éolien au large de l’île d’Yeu et de Noirmoutier. Mousse à 13 ans, armateur à 26 ans, il a défendu les gens de mer à l’échelon local, régional puis national pendant 30 ans.

 

 

Vous écrivez que le vent peut retrouver aujourd’hui ses lettres de noblesse…

Sur la côte et particulièrement à l’île d’Yeu, le vent a été longtemps la puissance énergétique servant à de nombreuses activités. Dès le XVIIIe siècle, l’île comptait cinq moulins à vent pour moudre le blé, la grande culture de centre de l’île. D’autres s’implantèrent plus tard. À la fin du règne de Louis XIV, les caboteurs islais étaient présents sur tout le littoral atlantique, qui assuraient le fret du port de Bordeaux. De toutes les bases d’armement connues à l’époque, l’île d’Yeu fut, de loin, la plus importante. La flottille sardinière à voile, qui dura presque jusqu’à la seconde guerre mondiale, approvisionnait les conserveries de Port-Joinville. Le vent propulsa les thoniers – Yeu en compta 112 – jusque dans les années cinquante. Aujourd’hui, notre port de plaisance est l’un des premiers de Vendée. Cela apporte un plus économique.

 

En quoi le parc éolien peut-il être une chance pour Port-Joinville ?

Alors que l’activité de pêche subit des difficultés récurrentes du fait des mesures bruxelloises. Implanté à seulement douze kilomètres de l'île d'Yeu, le parc éolien contribuerait à l'activité portuaire du

poumon économique qu'est Port-Joinville. Celui-ci a une position abritée et son accès est facile. Les possibilités offertes par ses quais et les emplacements des anciens établissements industriels proches permettent l’implantation, à moindre coût, d’une base sérieuse de maintenance. Qui pourrait se permettre de rejeter ce projet d’investissement, sans l’avoir suivi et étudié sérieusement au préalable ? Certainement pas les Islais, qui savent mieux que d’autres que les grandes infrastructures coûteuses ne sont pas pour eux.

 

Quel espoir mettez-vous dans le projet de parc ?

Il est important pour notre devenir et celui de nos enfants. Sachons l’accueillir ! Le proche océan peut à nouveau attirer le regard des investisseurs. Générateurs d’emplois directs, les parcs éoliens en mer redonneront vie à des ports du littoral. Le tourisme régional embarqué y trouvera un intérêt. Enfin, l’implantation sur les fonds de ces premiers parcs permettra, par une gestion contrôlée, la mise en place de zones de repeuplement, dont la pêche à tant besoin.

 

 

 

« Les méga-éoliennes sont-elles la solution optimale ? »

Yan Messiez, ingénieur, ancien responsable de l’espace Info Énergies du Loiret, a donné une idée tangible de la visibilité des éoliennes lors du débat public sur le parc éolien au large de l’île d’Yeu et de Noirmoutier. Il fait partie des résidents intermittents de l’île depuis 16 ans.

 

Vous êtes dubitatif quant à l’actuel projet de parc éolien au large de l’île d’Yeu…

Une fois réalisées, les éoliennes se verront par temps clair comme le nez au milieu de la figure. De la côte nord ouest de l’île d’Yeu, elles apparaîtront plus grandes à l’horizon que le diamètre apparent de la pleine lune. Je suis très conscient de la nécessité de diminuer notre consommation d’énergie, et de substituer au pétrole des sources d’énergie renouvelable. Mais ces éoliennes sont deux fois plus grandes et quatre fois plus puissantes que celles qui, sur le continent, nous sont devenues familières. S’il faut réduire et substituer en renouvelables tous nos approvisionnements énergétiques, n’y a-t-il pas d’autres secteurs qui, par euro investi, garantiraient un effet plus important ?

 

Lesquels ?

L’électricité ne représente que le quart de notre consommation finale. La consommation de pétrole, avec le secteur des transports (41%), est de loin la plus importante. Pourquoi ne pas investir davantage dans la réduction de la consommation des véhicules – sous réserve que les automobilistes acceptent de conduire plus lentement des véhicules plus légers, et moins puissants ? Il y a nécessité – surtout si l’on s’oppose à des mégaprojets d’énergie renouvelables - d’être cohérent avec soi même en modifiant nos propres besoins. Les associations locales et les tenants d’un dialogue public pourraient aider à la clarification en installant in situ des photomontages avec un « à vous de voir » inscrit au bas des panneaux. Il pourrait y être rappelé les économies d’énergie et les changements de comportement à effectuer, si l’on souhaite voir diminuer l’ampleur du projet – des éoliennes moins nombreuses ou moins hautes. Chacun serait ainsi utilement informé et alerté.

 

Pêche et parc éolien, est-ce compatible selon vous ?

Je pense que toute diminution des surfaces de pêche est intolérable. Le maintien de l’économie vivrière fondée sur les ressources locales est le premier des éléments à préserver. On ne mange pas de l’électricité, alors que l’on peut, encore, aller pêcher sans pétrole et sans électricité.

 

 

 

« Un atelier pour réfléchir à l’autonomie énergétique locale »

Active au sein du Collectif agricole, animatrice de la Charte pour une île sans pesticides, agrégée d’économie, Cristi Cohen a suggéré lors du débat public sur le parc éolien au large de l’île d’Yeu et de Noirmoutier de mettre en place un atelier pour réfléchir à l’autonomie énergétique locale.

 

Vous appelez à une vigilance citoyenne vis-à-vis du projet de parc éolien. Pourquoi ?

Les méga projets financés par la méga finance et in fine en partie par la mini contribuable que je suis, m'interrogent. Trop de gros projets finissent par coûter beaucoup plus cher que prévu. Trop de restructurations industrielles et financières rendent opaque leur fonctionnement. En contrepoids d'un grand projet comme celui du parc éolien, les citoyens devraient être sentinelles et acteurs. Poser des questions, ce n'est pas être contre le projet. Entre « c'est tout bon » et « c'est tout mauvais » il y a une voie constructive à trouver.

 

Concernant l’énergie, quelles questions vous posez-vous par rapport au parc éolien ?

Produire toujours plus d'énergie, pourquoi faire ? Si c'est pour aller vers la fermeture des centrales nucléaires : OK. Si c'est pour diminuer notre consommation d'énergie fossile : OK. Si c'est pour continuer à consommer toujours plus d'électricité sous prétexte qu'elle est plus « propre » : non ! Je pense qu'il faut aller vers un modèle de vie plus frugal et qu'il faut s'y mettre tout de suite. Le projet des deux iles n’a de sens pour moi que s’il s’accompagne de projets citoyens qui permettent de réduire notre consommation d’énergie.

 

Avez-vous des idées pour aller vers l’autonomie énergétique locale ?

Le plus urgent serait de faire un atelier sur les économies d’énergie, avec pour thèmes : les éco-gestes à pratiquer pour diminuer la consommation d’énergie domestique, l’amélioration de l’isolation des bâtiments, la construction de maisons passives ou à énergie positive, l’amélioration des équipements de chauffage, les économies d’essence… Quant aux moyens de production d’énergie adaptés à la taille de l’île, nous pourrions réfléchir à un parc photovoltaïque aux Corbeaux, à des éoliennes terrestres domestiques, à des hydroliennes, à la méthanisation… L’objectif n’est pas de rêver à des choses impossibles, mais de faire ensemble des choses utiles et de nous réapproprier les techniques à taille humaine. Les compensations pourraient servir à cela, faire un éco quartier, des chantiers participatifs … Ces ateliers sur les économies d’énergie et l’autonomie énergétique pourraient réunir familles, professionnels, associations, mairie, consortium et, le cas échéant, experts.

 

 

 

« Obtenir des réponses précises aux interrogations »

Patrick Levainville, dit Pompon, vient à Yeu depuis 40 ans. Il s’investit dans la vie associative de l’île depuis une quinzaine d’années. Ancien vice-président de Yeu Demain, il a aussi créé l’antenne islaise des Croqueurs de pommes et fait partie du Collectif agricole. Il vit ici 8 mois sur 12. Lors de la réunion du 21 juillet sur le parc éolien au large de l’île d’Yeu et de Noirmoutier, il a réclamé un atelier sur les mesures compensatoires.

 

Que souhaitiez-vous savoir sur les mesures compensatoires ?

Obtenir des précisions du consortium sur les mesures et moyens à mettre en œuvre pour compenser les impacts potentiels du parc éolien. Quel montant a t-il été prévu (il a du être intégré dans les prévisions financières) ? Quelle est sa clé de répartition entre les communes concernées ? Quels types de projets peuvent être accompagnés au titre des mesures compensatoires ? Quand sera mis en place un atelier de travail avec les associations locales afin d’examiner les projets qu’elles pourraient porter ?

 

Avez-vous obtenu les précisions que vous attendiez ?

Non, et je ne suis pas le seul, alors que beaucoup de questions ont été posées lors de cette réunion. Je pense qu’il est nécessaire d'organiser une vraie réunion débat ouverte au public, avec mairie, associations et consortium, afin que celui-ci apporte des réponses précises aux interrogations des uns et des autres. J’espère qu’il sera possible un jour d’établir avec le consortium Engie des relations de collaboration aussi confiantes que celles qui avaient été nouées avec Wpd, son concurrent malheureux.

 

Avez-vous déjà en tête des projets à soumettre au consortium?

Il pourrait y avoir une Maison de la nature, à la fois à ciel ouvert et dans le bâtiment du Lebim au-dessus de la plage de Ker Chalon - Yeu Demain en a fait la demande à la municipalité. Elle pourrait faire une large place à ce qui touche à la mer, la pêche en particulier. Le Verger patrimonial pourrait devenir un lieu d'animation pédagogique permanent, selon l’esquisse de projet des Croqueurs de pommes. En plus des arbres fruitiers et des ruches, il pourrait accueillir un potager, un composteur, des panneaux solaires pour tirer l'eau du puits, une éolienne, un pressoir mobile pour presser les fruits des vergers délaissés. Les deux projets s’inscriraient dans l’histoire de l’île, en honorant les hommes qui ont travaillé sur la mer et les femmes qui, elles, travaillaient la terre.


 

 

« Le droit de dire non au parc éolien »

Une pétition circule sur Internet, lancée par des résidents secondaires de l'île d'Yeu. Adressée au maire et à l'Autorité environnementale, elle réclame la tenue d'une "réunion générale " afin de faire entendre la voix des "Islais, pêcheurs, commerçants, estivants et touristes qui estiment avoir le droit de dire non" au parc éolien prévu à moins de 12 km de l'île. Au 30 septembre, elle recueillait près de 3 700 signatures.

 

Les personnes à l'origine de cette pétition sont pour la plupart membres de l'association NENY (Non aux Éoliennes entre Noirmoutier et Yeu). "Indépendamment des présentations du maître d'ouvrage, il serait sain pour la démocratie d'informer plus précisément la population qui vit en permanence ou de façon intermittente à l'île d'Yeu sur les aspects négatifs du projet et de répondre aux interrogations qui restent aujourd'hui sans réponse" font-elles valoir. " Il ne s'agit pas d'un projet d'énergie renouvelable local, mais d'un projet industriel à grande échelle. Il va bouleverser les fonds sous-marins, rendre la pêche encore plus difficile, détruire la beauté du paysage et l'horizon marin des deux îles, et perturber l’activité professionnelle et touristique de Port-Joinville. Les technologies mises en œuvre pourraient être obsolètes avant même le début de leur exploitation". NENY a déposé sur le site de la commission du débat public* un cahier d'acteurs développant ses arguments. Elle réclame un moratoire ainsi que la "sanctuarisation" des eaux territoriales dans la bande des 12 miles au large des côtes.

 

"Nous sommes conscients de l'importance de développer l'emploi sur l'île". Selon eux, des projets plus locaux pourraient être étudiés, créateurs d'emplois pérennes. "Les résidents secondaires représentent une somme de compétences et d'expériences qui pourraient être utilement mises au service de l'île. Nous aimerions participer au développement de l'activité islaise". Au-delà de la question du parc éolien, ils expriment "leur frustration de ne pouvoir mieux se faire entendre". Ils ont le sentiment d'un certain ostracisme à leur égard, alors qu'ils font travailler le commerce et les artisans locaux et qu'ils paient des impôts. "On n'est pas les uns contre les autres !". "À quand un estivant sur une liste municipale?" se prennent-ils à rêver.

 

* http://éolienne-pyn.debatpublic.fr

 


 

« Organiser un débat à l’échelle de l’île »

Insulaire depuis 23 ans, ancienne professeur d’histoire-géographie aux Sicardières, Catherine Tavernier appelle la municipalité à organiser un débat à l‘échelle de l’île sur le projet de parc éolien. Elle a lancé une pétition à cet effet. Elle souligne que débattre du bien commun est l’essence même de la démocratie.

 

Pourquoi demandez-vous la tenue d’un débat interne à l’île d’Yeu ?

Si l’île d’Yeu est particulièrement protégée, ce n’est pas seulement le résultat de décisions prises en haut, mais aussi de l’implication de la population, qui a déjà fait barrage à des projets qui auraient défiguré le littoral. Les gens d’ici ont une conscience très forte que l’identité de l’île est dans la beauté de son environnement et que celle-ci fait partie du bien commun. Le projet de parc éolien porte atteinte au paysage, à notre milieu de vie. Un débat doit donc avoir lieu au sein de l’île pour en évaluer les aspects positifs et négatifs.

 

La perception de l’atteinte au paysage n’est-elle pas subjective ?

La beauté de l’environnement ne s’apprécie pas juste de façon subjective. C’est, avec la pêche, l’une des bases de l’économie islaise. Le souci des Islais est de maintenir l’île vivante, ce qui pose la question des emplois. Aujourd’hui, les retombées sur l’emploi du parc éolien sont imprécises. Ce qui pourrait être gagné d’un côté pourrait être perdu de l’autre. La modification du port, du paysage, du vécu de l’île, pourrait avoir des conséquences négatives sur le tourisme. Il n’est pas évident que tous les emplois puissent être occupés par des jeunes insulaires, ni que des jeunes continentaux souhaitent s’installer sur l’île. L’économie de l’île peut-elle se limiter au tourisme et à la pêche ? Y aurait-il des énergies renouvelables locales dont le développement serait créateur d’emplois ? Sur une question complexe, je fais fond sur l’intelligence collective.

 

Le débat public de cet été a laissé ces interrogations en suspens ?

Je regrette que le débat public n’ait pas prévu une réunion à une date où nombre d’Islais, les premiers concernés, auraient pu y participer. Le 21 juillet, beaucoup sont extrêmement occupés. Évidemment, les estivants ont leur mot à dire. Nombre d’entre eux se sentent concernés par le devenir de l’île, ils y sont attachés depuis longtemps. L’île d’Yeu serait beaucoup plus affectée que les communes du littoral par le parc éolien. Nous sommes en droit collectivement d’obtenir toutes les informations nécessaires sur ce qui touche à notre bien commun.

Écrire commentaire

Commentaires : 233
  • #1

    Eric (vendredi, 30 octobre 2015 21:22)

    Putain, mais quel charabia, quelle langue de bois de la part de tous les intervenants...

  • #2

    Butré Jean-Louis (samedi, 31 octobre 2015 06:06)

    Plongée au cœur de la cacophonie énergétique française

    A quatre semaines de l’ouverture à Paris de la COP21, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, l’annonce par le président d'EDF, Jean-Bernard Levy de vouloir prolonger la vie des 58 centrales nucléaires de la France de 30 à 60 ans, et de construire 30 à 40 nouvelles centrales en investissant 200 milliards d'euros d'ici 2050, met en lumière la totale cacophonie énergétique française.

    Deux mois après le vote par le parlement de la loi sur la transition énergétique pour la « croissance verte » dont les principaux objectifs annoncés sont de réduire de 78% à 50% la production d’électricité nucléaire de la France à l’horizon 2050, cette déclaration du président d’EDF montre que l’orientation du principal groupe énergéticien français dont l’État détient la majorité, est en totale contradiction avec le programme voté par le parlement, et à l'opposé des déclarations du Président de la République François Hollande et de Madame la Ministre de l'Écologie du Développement Durable et de l'Énergie, Ségolène Royal.

    Cette incohérence est encore renforcée par les objectifs affichés de l’ADEME (Agence De l’Environnement et de Maitrise de l’Energie), placée sous l’autorité de Madame Ségolène Royal qui a annoncé qu’il est parfaitement possible de produire 100% d’énergies renouvelables (EnR) à l’horizon 2050 , c'est à dire de fermer les 58 réacteurs nucléaires actuels et d'abandonner ceux qui sont en construction ou prévus.

    Cette réponse à trois voix, d’organismes dépendant de l’Etat, confirme l'irresponsable fuite en avant de la politique énergétique de notre pays.

    Les déclarations du Président d’EDF conduisent la Fédération Environnement Durable à demander au gouvernement un moratoire immédiat concernant le programme en cours des Energies Renouvelables , et plus particulièrement de l'éolien . Il serait en effet incompréhensible que les français subissent un double investissement qui les pénaliserait lourdement.

    Le programme éolien terrestre et off-shore est en effet devenu caduque et surréaliste. Non seulement il massacre actuellement pour rien tous les paysages de la France mais il va prochainement défigurer les côtes et détruire des fonds marins très fragiles fragiles .

    C'est de "l'écolo-business" et de non l'intérêt des citoyens.

    Dites non à cette hérésie.

    Les français ne veulent pas subir "la double peine" du nucléaire et des éoliennes

  • #3

    André (samedi, 31 octobre 2015 14:37)

    Il y a beaucoup de chimères et d'aberrations dans les propositions des intervenants - par exmple: "...nous pourrions réfléchir à un parc photovoltaïque aux Corbeaux, à des éoliennes terrestres domestiques..."
    Rien de tel que de tels projets pour détruire le charme de l'île, charme qui fait venir à l'île d'Yeu quantité de Français et d'étrangers pour y dépenser leur l'argent. Tuer le charme de l'île, c'est tuer la poule aux oeufs d'or.

    Il y a aussi une proposition pleine de bon sens: "Il pourrait y avoir une Maison de la nature, à la fois à ciel ouvert et dans le bâtiment du Lebim au-dessus de la plage de Ker Chalon - Yeu Demain en a fait la demande à la municipalité. Elle pourrait faire une large place à ce qui touche à la mer, la pêche en particulier. Le Verger patrimonial pourrait devenir un lieu d'animation pédagogique permanent, selon l’esquisse de projet des Croqueurs de pommes. En plus des arbres fruitiers et des ruches, il pourrait accueillir un potager, un composteur, des panneaux solaires pour tirer l'eau du puits, ... un pressoir mobile pour presser les fruits des vergers délaissés. Les deux projets s’inscriraient dans l’histoire de l’île, en honorant les hommes qui ont travaillé sur la mer et les femmes qui, elles, travaillaient la terre. "

  • #4

    Elisabeth (samedi, 31 octobre 2015 16:36)

    Il faudrait montrer les photomontages du maitre d'ouvrage aux personnes interviewées qui sont favorables, pour qu'elles se rendent bien compte qu'il s'agit d'un parc industriel électrique et pas écologique. Il détruira le paysage, la nature et fera fuir tous les touristes et les résidences secondaires qui font vivre l'île.

  • #5

    AUCLIN (dimanche, 01 novembre 2015 10:30)

    Décidément l'homme sera toujours un apprenti sorcier, les catastrophes causées par LUI ne lui servent pas de leçon.
    Lorsque le port de Lépine (Ile de Noirmoutier) a été créé, personne n'a conçu en amont les conséquences; résultat la mer monte plus vers les terres cherchant à ensevelir l'Ile de Noirmoutier.
    Avec ces éoliennes dans le passage des 2 Iles et le déversement de combien de tonnes de béton, les conséquences vont se multiplier sans parler du projet additionnel de Saint Nazaire.
    Arrêtons de bétonner la mer, tournons-nous vers les hydrolithes, les éoliennes flottantes etc. La meilleure énergie est celle non utilisée ou économisée. Ces deniers publics pris par les promoteurs doivent servir à la rénovation de l'habitat. beaucoup de promesse ministérielles mais peu d'aides à l'arrivée.

  • #6

    Collas (dimanche, 01 novembre 2015 10:51)

    il suffit de consulter le site officiel de rte-france qui montre en direct la production électrique éolienne... une énergie qui attends le vent et se fait aider les jours les jours sans vent par le charbon et le gazoil... Il suffirait de réduire notre CONSOMMATION électrique par l'isolation des maisons et la mise en place de chauffe-eau solaires, mais aussi l'arrêt des appareils en veille... Donc une économie électrique supérieur à la production éolienne qui rends cette production aléatoire inutile en attendant de trouver d'autres énergies réellement VERTES... Je suis hypersensible aux infrasons émis par les éoliennes et j'ai dû quitter la Loire Atlantique trop occupée par ces Promoteurs qui n'ont qu'un seul but = Installer des machines pour toucher des euros... En Vendée maintenant avec des projets éoliens à Bournezeau, Chantonnay, Yeu-Noimoutier

  • #7

    Rap Nui (dimanche, 01 novembre 2015 11:02)

    http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique regardons cette production éolienne et la production timide du solaire... on est pas près de fermer les Centrales nucléaires avec ces productions aléatoires... Pourquoi offrir le patrimoine marin à des Promoteurs qui ne proposeront pas d'emplois aux locaux...

  • #8

    Jean (dimanche, 01 novembre 2015 14:14)

    Mais comment peut-on dire que c'est un projet écologique que de démolir la nature comme cela !

    Ils ne sont intéressés que par les hypothétiques retombées économiques mais semblent vite oublier que le tourisme qui va fuir si ce projet voit le jour est également important pour nos îles !

    NON NON et NON aux éoliennes

  • #9

    Sophie (dimanche, 01 novembre 2015 20:19)

    comment peut on être sérieusement favorable aux éoliennes quand on sait que :
    1/ elles se sont pas rentables et ne produisent pas l'électricité escomptée,
    2/ elles vont détruire la beauté sauvage de nos paysages islais
    3/ elles vont durablement abîmer les fonds marins et diminuer substcuekkekent l'espace de pêche des pêcheurs islais
    4/ elles s'accompagnent de bateaux qui stationneront à Port Joinville et seront à côté du marché si typique : les touristes fuieront !

    Bref une TRÈS mauvaise idée ces éoliennes !

    NON NON NON NON aux ÉOLIENNES !

  • #10

    André (lundi, 02 novembre 2015 23:31)

    Et puis on nous a lavé le cerveau avec le vent gratuit. En fait, l'éolien fait monter le prix de l'électricité: la CSPE augmentera encore en 2016, de 11%:
    http://www.enerzine.com/15/18817+selon-la-cre-la-cspe-devrait-augmenter-de-11pct-en-2016+.html
    Chaque année qui passe, l'industrie française devient moins compétitive à cause de la hausse du prix de l'électricité, menaçant des milliers d'emplois. Les prix des combustibles fossiles ont beau avoir considérablement baissé, les subventions aux énergies renouvelables poussent le prix de l'électricité vers le haut.

    En Angleterre, la sidérurgie vient de mettre au chômage des milliers de travailleurs, car sa consommation d'électricité représente maintenant 40% de ses coûts. Le prix de l'electricité dans ce pays n'a en effet cessé de monter à cause des subventions aux renouvelables. Sa sidérurgie se délocalisera donc en Inde ou en Chine, où l'on construit des centrales à charbon à la douzaine pour bénéficier d'une énergie bon marché, source de progrès. L'Angleterre exporte donc ses emplois à des pays moins respecteux des consignes "vertes". Bilan: le CO2 mondial augmentera à la suite de ces délocalisations. http://www.wsj.com/articles/british-steels-green-death-1444173719

    En Allemagne, où l'électricité coûte deux fois plus cher qu'en France à cause des énergies renouvelables, le gouvernement est obligé de subventionner celles de ses industries qui utilisent beaucoup d'électricité, sans cela elles auraient délocalisé en créant beaucoup de chômage. Alors on subventionne l'éolien, et on subventionne aussi les autres industries pour ne pas qu'elles ferment leurs portes à cause de l'éolien. C'est absurde, et ça ne peut pas durer. Mais pour les gouvernements, qui n'ont d'yeux que pour les prochaines élections, c'est tout bon.

    EDF est obligée par l'Etat à acheter 20 centimes d'euro chaque kWh qui sera produit par le parc éolien Yeu-Noirmoutier, alors que le prix de gros de l'électricité est normalement de 4-5 euros. Cette électricité soi disant verte coûtera donc 4 à 5 fois plus cher que l'électricité produite traditionnellement. Et il faudra prévoir des surcoûts: adaptation du réseau électrique, compteurs "intelligents", constructions de centrales à gaz pour réguler la production erratique des éoliennes, etc. Nous sommes en train de commettre, en France comme dans le reste de l'Occident (sauf la Pologne et quelques autres pays de l'Est), un suicide économique. C'est l'agenda vert, cher à Obama-Merkel-Hollande. Alors accrochez vous bien, car le réveil sera douloureux.

  • #11

    Eglantine (mercredi, 04 novembre 2015 16:23)

    Encore et toujours ces EnR pour seul remède à la production de CO2 de nos véhicules ! Un enfant de cinq ans comprendrait que cela n' a aucun sens.
    Aucune logique. Quand le gouvernement a refusé ce printemps le projet d'autoroute ferroviaire pour désengorger nos routes des millions de camions qui traversent de Hendaye au Nord de la France et inversement, refus au motif de la non rentabilité (coût 375 M€) pour apporter une réponse ciblée à un problème réel, alors que nous avons dépensé autant sinon plus (à vos calculettes !) pour implanter des éoliennes ne répondant à aucun problème objectif, notre production d'électricité étant décarbonée à 95 %. Où est la logique ?
    Saccager des paysages sous des prétextes aussi fumeux est un scandale.
    Scandale qui rapporte beaucoup à certains au détriment des petits qui eux doivent payer les décisions ineptes de politiques "hors sol !"
    Les infos d'il y a quelques jours étaient symptomatiques de ce non sens dans lequel nous voguons. Une vraie schizophrénie.
    Notre Président en Chine rapporte l'assurance que ce pays, le plus gros pollueur, va s'engager à faire des efforts ! Youpi !
    Et trallala, grande victoire, la Chine nous commande X (oublié le nombre tant la rage m'a fait hurlé) d'avions gros porteurs !!
    La première des vraies mesures : arrêter illico le transport par avions, bateaux, voitures camions. (oui, je sais qu'il ne faut pas pointer du doigt les vrais coupables, sinon c'est l'échafaud !), cependant qui pollue ?
    Je lis, en m'étranglant : des mesures compensatoires !
    Je tombe des nues ! De l'argent que l'on prélèvera à l'abonné d'EDF (qui n'en peut rien), pour compenser quoi ? Car l'argent ne sort pas d'une corne d'abondance, ce sont des gens, qui ont le malheur de vouloir s'éclairer et se chauffer, qui paieront. Compenser quoi ? RIEN ! L'argent ne vous rendra pas le calme et la beauté de vos paysages !
    Une fois que ce sera saccagé, ce sera saccagé.
    Bonne chance pour votre lutte, ne vous laisser pas envahir par cette pollution visuelle et sonore.

  • #12

    André (mercredi, 04 novembre 2015 22:06)

    Les conflits d’intérêts faussent le débat. Voyez ce qu'a dit la fameuse association Robin des Bois au sujet du projet éolien en mer de Guérande-La Baule-St Nazaire, voisin de celui d’Yeu-Noirmoutier: « Pour Robin des bois, si ce projet rencontre si peu d’opposition c’est parce « qu’il arrose financièrement beaucoup de monde » . Ainsi le Comité national des pêches va toucher « 2,2 M€ par an » . La Région, des communes, mais aussi des associations comme Bretagne Vivante ou LPO 44 85 qui va toucher 150 000 € par an, accompagnent ce projet. »
    C'est dire les conflits d’intérêts qui affectent les pêcheurs, les élus, les associations écologiques et particulièrement la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux).

    Pour connaître la vérité qu'on nous cache sur le projet, voir : www.liledyeu.wordpress.com

  • #13

    André (mercredi, 04 novembre 2015 22:55)

    J'oubliais : il y a aussi une pétition contre le projet, ici : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/droit-dire-parc-eolien-ile-yeu/15119

  • #14

    Jutta (jeudi, 05 novembre 2015 02:39)

    Pour des raisons éthiques, sanitaires, économiques et esthétiques,
    Je suis contre l'eolien industriel - quelque soit le pays…
    ni ici, ni d'ailleurs.
    Bonne chance dans le sauvetage du paysage, de la nature et de la biodiversité des îles d'Yeu et Noirmoutier.

  • #15

    villey-migraine (jeudi, 05 novembre 2015 12:50)

    Bonjour la communauté des humains doués d'intelligence, de sens critique et de libre arbitre!

    Quelle horreur ! Installer des centrales éoliennes dans un si beau site touristique!
    Va-t-on détruire ainsi les paysages de toute la France, 1er pays au monde pour sa destination touristique?
    Croyez-vous que des éoliennes en mer soient vraiment utiles à la société?

    Voilà un "programme politique" qui n'a aucun sens économique et ne repose sur aucune justification scientifique:
    Période de crise …..on veut nous mettre des éoliennes offshore deux fois plus subventionnées que les éoliennes terrestres, le cout du KW/ h représente 4 fois le coût du marché de l'électricité, et nous paierons pour cela des factures EDF doubles, ce n'est pas d'intérêt général.

    A l'heure où l'on a besoin d'emplois, on veut installer des machines qui n'offrent des emplois que le temps du chantier, ensuite il n'y a pratiquement plus aucun emploi local car les compétences pou la maintenance vient d'ailleurs

    Mais surtout, c'est un massacre programmé de l'avifaune sauvage, notamment migratrice. Les études d'impact bien sûr financées par le promoteurs éoliens, les minimisent et le carnage viendra après, si on laisse faire. Il y a des expériences similaires dans d'autres pays.

    Des éoliennes, 1050 associations en France le disent : ON N'EN VEUT PAS
    A quand le démantèlement? Par qui? Allez voir à l'Ouest des USA les carcasses d'éoliennes rouillées… abandonnées sur des sites magnifiques

    Marjolaine


  • #16

    tristan (jeudi, 05 novembre 2015 22:40)

    L'association yeu demain soutient un projet de parc photovoltaïque d'un hectare à la pointe des corbeaux ,l'ile d'Yeu sera donc défigurée par la pointe sud et par la pointe nord. Ce projet est en train de passer en douce ,en l'absence de toute concertation. Vive la transition énergétique !

  • #17

    Emmanuel Vrignaud (vendredi, 06 novembre 2015)

    Nul ne peut nier l'importance et l'urgence de développer les énergies renouvelables.
    Il est également légitime que les élus soient à la recherche de solutions pour pérenniser l'emploi sur l'île tout au long de l'année et faire en sorte que l'activité économique ne soit pas exclusivement dévolue au tourisme.
    Mais les éoliennes seront hélas une catastrophe absolue : quand on aime l'île d'Yeu, comment peut-on accepter de détruire la beauté de l'île et de ses paysages ? Un tel projet aussi démesuré (62 éoliennes de 210 mètres de haut occupant une surface de 83 km2 ) est en effet absolument inacceptable.
    L’île d’Yeu qui offre les paysages maritimes les plus remarquables, les plus diversifiés et les plus préservés du littoral vendéen n'a simplement pas pour vocation à accueillir un site industriel de très grande ampleur à moins de 12 km de la pointe du But.

    Impact visuel majeur, impact écologique majeur lors de la construction, impact sur les oiseaux, rentabilité très incertaine, marins-pêcheurs mécontents, incertitudes sur le tourisme, impact sur le quai du Canada, démantèlement incertain... les raisons objectives pour s'opposer à ce projet sont extrêmement nombreuses.

    Quels bénéfices pour l’île d’Yeu ? Ils sont en réalité très peu nombreux :
    - des retombées financières mais qui seront certainement moins importantes qu’escomptées, car la taxe spéciale de 7 millions d’euros sera diluée entre toutes les communes du littoral ;
    - des promesses d’emplois dont le nombre semble acquis par la municipalité. Il faut toutefois savoir que très peu d'islais seront embauchés car seuls seront embauchés les techniciens bénéficiant déjà d'une expérience dans l'éolien terrestre. Promettre l’installation de 70 familles est aussi une douce illusion : comment ne pas imaginer que ces techniciens pourraient venir travailler la semaine sur l’île et pourraient repartir ensuite sur le continent retrouver leur famille.

    Au Tréport, l'opposition au parc éolien est très vive, la mobilisation des élus, des citoyens et des associations commence à faire reculer le projet. Avec cet exemple, espérons que les élus vendéens prendront également conscience de la folie d'un tel projet, le rejetteront comme ils ont rejeté le projet du second parc éolien au large des Sables d'Olonne et soutiendront un projet beaucoup plus visionnaire.
    Par exemple, l’alternative des éoliennes flottantes, technologie qui commence à devenir mature, semble très prometteuse car elle résout la plupart des inconvénients des éoliennes « posées » :
    - elles peuvent être implantées à plus grande distance des côtes sur des fonds plus profonds et donc avec un impact visuel bien moindre voire nul ;
    - elles bénéficient de vents plus forts et plus stables ;
    - un coût d'implantation bien moindre et un moindre impact sur les fonds sous-marins du fait de l’absence de fondations ;
    - au besoin elles peuvent être ramenées dans un port pour assurer leur maintenance et le démantèlement à terme est aisé.
    Voilà le genre de projet pourvoyeur d'emplois sur les îles et avec un impact visuel beaucoup plus limité qu'il serait urgent de promouvoir.

    Emmanuel Vrignaud

  • #18

    jean-jacques (vendredi, 06 novembre 2015 08:45)

    Oui, comme proposé, une image virtuelle pour les intéressés. En y ajoutant les infrasons, les lumières stroboscopiques nocturnes, les oiseaux fauchés, les travaux avant et après, les éventuelles fuites d'huiles ou accidents.

  • #19

    Dominique (vendredi, 06 novembre 2015 15:48)

    On ne va quand même pas massacrer l'île d'Yeu avec ces horreurs qui ne bénéficient qu'aux promoteurs éoliens et aux propriétaires fonciers. Energie intermittente qui détruit irrémédiablement, par les tonnes de béton enfouies, les sites d'implantation. Et en plus ces assassins de l'environnement touchent des subventions !

  • #20

    Hubert (vendredi, 06 novembre 2015 16:22)

    Il est encore temps, et ce malgré les pseudos réunions visant à nous enfumer sur la transition energétique, de nous opposer à cette destruction programmée de notre environnement, de nos paysages, de notre horizon et de notre quiétude. 60 Tours Montparnasse (220 metres de hauteur) à quelques encablures de notre rivage !! 10/12 kms kms soit la longueur de notre île alors que ce genre de projets pharaoniques se situe en général à plus de 50 kms des côtes. L'île de deviendra que l'annexe technique d un projet titanesque et fou qui nous pourrira la vie pour le restant de nos jours. Nous avons une responsabilité historique de nous opposer à ce carnage et de refuser de nous tirer une balle ds le coeur, ne serait ce que pour nos enfants qui nous en voudront d avoir laissé faire.

  • #21

    MAUGUERAND (vendredi, 06 novembre 2015 16:55)

    les éoliennes ne fonctionnent au mieux que 30% du temps, de façon aléatoire et imprévisible. Les industriels annoncent un rendement de 85%, mais cela correspond au fonctionnement des éoliennes quand il y a du vent..Autrement dit, annoncer qu'on couvre les besoins de x ménages (chauffage inclus!) n'a aucun sens puisque d'un instant à l'autre tout s'arrête. il faut donc une source d'énergie principale, qui couvre les besoins pendant 70% du temps, qu'on peut arrêter et démarrer facilement. Pour l’île d'Yeu, soit le raccordement au continent, soit une centrale à gaz. Mais, dès lors qu'on dispose obligatoirement d'une source d'énergie classique, pourquoi investir lourdement dans l'éolien?
    par ailleurs, comme l'éolien fonctionne de façon erratique, on peut très bien se trouver en sur production, qu'il faut obligatoirement écouler , sauf à mettre les pales en croix. on ne peut en effet stocker de grosses quantités d'électricité, et ce n'est pas demain la veille que la solution va être trouvée.
    A défaut d'être utiles, les éoliennes sont bruyantes, et pas seulement dans le domaine audible. le pire est dans les infrasons (en dessous de 10 Hz). ces vibrations provoquent de façon sûre des maux de têtes, nausées, etc..pour les gens du voisinage et les animaux qui n'apprécient guère.
    je passe sur les autres nuisances: découpage d'oiseaux, effet stroboscope, nuisance visuelle...
    enfin, contrairement à ce qui est dit, cette énergie n'est pas gratuite: investissement lourd, maintenance coûteuse réalisée par du personnel spécialisé.
    bon courage aux amis iliens pour se battre contre la finance écolo-éolienne!

  • #22

    Stéphane (vendredi, 06 novembre 2015 19:14)

    L'énergie éolienne est la plus anti-écologique des énergies et la seule intermittente puisqu'on ne sait pas encore stocker l'électricité à grande échelle. En effet:
    - elle ruine le paysage, et dans le cas présent, elle entrave la pêche et la navigation des bâteaux de pêche, de commerce et de plaisance
    - elle nécessite au moins 1500 tonnes de béton par éolienne
    - étant intermittente, elle nécessite l'appui d'une centrale THERMIQUE en cas de panne de vent ou de vent trop fort
    - il n'est pas souvent ou jamais chiffré le coût de l'entretien (surtout en milieu marin), du remplacement ou du démantellement, ni du raccordement au réseau électrique
    - elle ne rapporte rien à nos entreprises puisque la France ne fabrique pas d'éoliennes performantes, elles sont achetées en Allemagne ou au Danemark
    - elle ne crée aucun emploi puisque les fabricants étrangers viennent installer les éoliennes avec leur personnel
    - elle perturbe les ondes électromagnétiques, notamment les radars
    - accessoirement, elle tue des oiseaux, mais quelle importance pour les écologistes ?
    Bref, même en mer et à fortiori sur terre (puisqu'aux nuisances précédentes il s'ajoute un bruit infernal), cette source d'énergie est complètement aberrante et devrait être interdite en France
    Stéphane expert en Environnement agrée par la Cour de Cassation

  • #23

    Girou (vendredi, 06 novembre 2015 20:24)

    - couler 100 000 tonnes de béton non bio-dégradable sous l'eau,
    - dépenser des MILLIONS d'€ pour des éoliennes dont on sait parfaitement que luer durée de vie de dépasse pas 20 ou 25 ans,
    - polluer le paysage pour créer de l’énergie chère (nettement plus chère que l'énergie nucléaire),

    ... c'est ça "l'écologie" ?

    Vous ne me le ferez pas croire, c'est du business, c'est tout, le business des "énergies alternatives", le business des élus locaux qui s'en mettent plein les poches. Tout le reste n'est que du... vent !

    Non, je ne veux pas de ces éoliennes horribles et inutiles.

  • #24

    Alain (samedi, 07 novembre 2015 07:40)

    Croire que les éoliennes couvrent les besoins d'une population locale de X milliers d'habitants est une erreur dans la mesure ou la production intermittente fait que lorsque vent et soleil sont absents les fournisseurs locaux d'électricité font appel à une production de base ( EDF avec les centrales, centrales charbon, gaz et l'hydraulique et ENGIE avec les centrales gaz et l'hydraulique ).
    Cela a pour conséquence la mise en oeuvre d'un réseau de transport de cette électricité ne répondant pas à la demande locale, et ne pouvant être stockée pour des jours sans vent...
    D'autre part cette électricité est financée par une contribution de tous les consommateurs et contribuables, acquittée en sus du tarif kWh, et prélevée sur nos factures, cette contribution, la CSPE est appelée chaque année à augmenter et ce d'autant plus que se développent les parcs éoliens et photovoltaïques.
    En 2016 la Commission de Régulation de l'Energie a estimée que les consommateurs auront 1,19 milliards d'euros à verser aux producteurs d'électricité verte par l'intermédiaire d'EDF qui rachète cette production à un tarif qui est du double de celui du marché de gros actuel et bien plus encore pour l'éolien en mer.
    Cette contribution ramenée par habitant est en moyenne de 18 euros HT ( 1,19 milliards répartis sur 66 millions de français ), ajoutons à cela la TVA et ce sont plus de 20 euros de surcoût par français.

    En Allemagne certains font le rapprochement entre la paupérisation et la transition énergétique:

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140303trib000818133/la-politique-energetique-allemande-cree-surtout-de-la-pauvrete.html

    http://news360x.fr/la-face-cachee-du-miracle-allemand-la-pauvrete-atteint-des-niveaux-records-outre-rhin/

  • #25

    Alain (samedi, 07 novembre 2015 10:02)

    le parc éolien industriel en mer et l'implantation de panneaux photovoltaiques aux corbeaux n'ont rien d'écologique ils vont détruire irremédiablement le coté nature et le charme de l'ile d'Yeu qui font sont attrait touristique. L'ile d'yeu est préservée, c'est un site plein d'aménités où l'on se sent bien, en paix, hors du temps, du bruit, de la folie des industriels , faut 'il que des soient des "écologistes", casseurs de paysages, qui viennent dégrader la nature dans ce qu'elle a de plus pur et de plus beau!
    On marche sur la tête!
    NON aux éoliennes industrielles et aux panneaux photovoltaiques, OUI à un site naturel préservé de toute défiguration du paysage
    Encourageons l'isolation des maisons, récupérons l'eau de pluie, évitons les pesticides, protégeons les abeilles, admirons les étoiles sur un ciel noir car cela devient rarissime! observons la faune dont les verts luisants encore présents sur l'ile...protégeons les oiseaux, favorisons les productions Bio, évitons le plastique, favorisons les véhicules électriques et le vélo, ayons de vraies idées de préservation d'un lieu magnifique hors d'atteinte de l'avidité des promoteurs industriels et des politiques.... faisons de la beauté de l'ile un modèle au naturel!

  • #26

    isabelle (samedi, 07 novembre 2015 10:22)

    Non à une écologie industrielle dégradant les paysages et l'horizon si apaisant parce se résumant à une ligne où se perd le regard..qui décroche de la réalité et invite à l'inspiration, à la poésie, à l'imagination...
    Stop! éoliennes à l'horizon : barrage de piquets de fer aussi que laids que des murs de barbelés, flashes en continu de jour comme de nuit, bruit, barrière pour le regard, obstacles pour les bateaux, les oiseaux..mais quelle mouche a piqué ces "écologistes" devenus de véritables partenaires des promoteurs insuqtriels? Qu'ont 'ils a gagner? si ce n'est de dégrader la nature dans ce qu'elle a de plus préservé aujourd'hui.
    le parc éolien industriel en mer et l'implantation de panneaux photovoltaiques aux corbeaux n'ont rien d'écologique ils vont détruire irremédiablement le coté nature et le charme de l'ile d'Yeu qui font sont attrait touristique. L'ile d'yeu est préservée, c'est un site plein d'aménités où l'on se sent bien, en paix, hors du
    Encourageons l'isolation des maisons, récupérons l'eau de pluie, évitons les pesticides, protégeons les abeilles, le ciel noir,...protégeons la circulation maritime, la pêche respectueuse des ressources, les oiseaux, plantons des arbres, favorisons les productions Bio, évitons le plastique, favorisons les véhicules électriques et le vélo, ayons de vraies idées de préservation d'un lieu magnifique hors d'atteinte de l'avidité des promoteurs industriels et des politiques.... faisons de la beauté de l'ile un modèle au naturel et non pas industriel!
    emps, du bruit, de la folie des industriels.
    NON au gigantisme d'un parc d'aérogénérateurs industriels et aux panneaux photovoltaïques, tout cela est incompatible avec l'Ile d'yeu, dite l'Ile de la lumière parce que caressée par le soleil, les flashes des éoliennes n'ont rien à faire ici.

  • #27

    Association NENY (samedi, 07 novembre 2015 11:11)

    Sécurité maritime : des risques non maitrisés

    Un chenal encadré par 2 sites éolien de 80km² chacun
    Le chenal maritime qui permet l'accès des navires au port de Nantes – Saint-Nazaire (80 éoliennes) est littéralement enserré entre les sites éoliens en mer de Saint-Nazaire et de l'Yeu-Noirmoutier.
    Le premier se situe à 3,6 milles marins (7 km) au nord du chenal, l'autre à 4 milles marins (7,5 km) au sud.
    De grands navires font escale à Saint-Nazaire et Nantes
    Le port de Saint-Nazaire est susceptible d'accueillir de très grands navires pétroliers, méthaniers, porte conteneurs, minéraliers de longueur jusqu'a 300 et 350 m et d'un tirant d'eau maximum de 16 m.
    Le port de Saint-Nazaire possède 6 remorqueurs de port de puissance maximum de 2000 à 3600 kW destinés aux manœuvres de port et aux accostages.
    Les catastrophes maritimes on lieu en général près des côtes
    Les catastrophes théoriquement improbables sur le papier sont toujours possibles. A l'évidence et statistiquement les accidents maritimes se produisent le plus souvent près des côtes, dans un trafic dense, par mauvais temps et en général au plus mauvais moment.
    Les exemples sont malheureusement nombreux: Amoco Cadix, Tanio, Erika, Prestige, Rokia Delmas, MSC Napoli, MSC Flamina, Concordia, et Luno à Anglet en fév. 2014 etc.).

    Par mauvais temps, dans le chenal menant à Saint-Nazaire un grand navire non manœuvrable par suite d'avarie de propulsion, avarie électrique totale, d'incendie, etc.. aura un espace d'environ seulement 4 milles marin (7,5 km) lui laissant 2 à 3 heures avant d'entrée en collision avec l'un des 2 sites éoliens selon la direction des vents tempétueux. Les conséquences matérielles et humaines qu'on imagine se révèleront catastrophiques d'autant plus que le sauvetage en mer a l'intérieur des sites éoliens par hélitreuillage se révèlera impossible
    En effet seul le remorqueur "Abeille Bourbon", grâce à sa puissance serait capable d'effectuer un remorquage de cette nature. Mais il lui faudra 12 heures pour arriver sur zone, il est pré-positionnée à 145 milles (270 km) à proximité de l'ile d'Ouessant. Les remorqueurs de port de Saint-Nazaire n'ayant pas les caractéristiques suffisantes pour assurer cette tâche.
    La réponse de la Préfecture Maritime à cette question posée le 4 aout 2015 durant le débat Public " En cas de collision par gros temps de deux navires dans le chenal d'accès au port de St Nazaire, à hauteur des 2 parcs éoliens en mer, combien de temps cela prendrait il à deux remorqueurs pour se porter sur les lieux et prendre les navires en remorque?" est en en phase avec nos inquiétudes : "S’il s’agit de petits navires, le remorquage peut être assuré par la SNSM. En fonction des conditions météorologiques, il faut trois quart d’heure à une heure et demie pour arriver par exemple au niveau des futurs parcs.
    En revanche, le seul remorqueur de haute mer capable de remorquer un grand navire de commerce par gros temps sur la façade Atlantique est l’Abeille Bourbon, basé à Brest. Si les conditions météorologiques sont très mauvaises, il naviguera à vitesse réduite (6 à 8 nœuds). Il lui faudra alors plus de 12 h pour arriver sur zone. Dans la pratique, il peut être fait appel si nécessaire à d’autres moyens (affrètement de remorqueurs privés par exemple) pour stabiliser la situation en attendant l’arrivée de l’Abeille.
    Ce dispositif est le résultat d’un compromis entre les risques identifiés sur la façade et les contraintes budgétaires."

    N'est-ce pas là une reconnaissance implicite par les services de l'Etat que ces projets de site éolien sont très mal placés. As t-on déjà oublié les catastrophes maritimes d'un passé même récent ? Tous les marins vous diront qu'ils n'aiment pas les écueils. Ici entre le projet de Saint-Nazaire et celui de Yeu-Noirmoutier ce sont 80 + 62 = 142 tours de 180 à 215 m de haut posées sur le passage des navires ? Ou sont -ils ceux qui peuvent garantir à la population des 2 iles qu'il n'y aura jamais d'accidents ?

  • #28

    Herbert (samedi, 07 novembre 2015 16:23)

    Rien n'est plus anti-écologique que de remplacer l'atome par du vent. Adieu forêts prairies oiseaux biches blaireaux et nature en fête, on vous aura sacrifiés pour des intérêts particuliers et la folie des idiots qui se prennent pour des lumières. Indicible tragédie.

  • #29

    de Tonnac Alain (samedi, 07 novembre 2015 17:44)

    Là comme ailleurs, et comme partout, l'éolien est inutile pour les rejets de gaz à effet de serre (95% de notre électricité n'en rejette pas), coûte 6 fois plus cher (offshore) ou 2 fois plus cher (terrestre) que l'électricité produite par le parc EDF.
    L'éolien ne sert qu'à faire plaisir aux alliés écologistes des socialistes, et à remplir les poches des profiteurs (industriels et politiques) au détriment des Français.

  • #30

    Bernadette (samedi, 07 novembre 2015 19:12)

    Pas d'accord pour vendre notre horizon à un promoteur allemand qui ne fait que se gaver de subventions.
    Quelle idée de produire à plus de 220 € le MW ce qui se vend à 36€ sur le marché international de l'électricité !
    Nos politiques ne savent pas que c'est de notre argent qu'il s'agit ?
    NON NON NON à ce projet éolien.

  • #31

    Emmanuel Vrignaud (lundi, 09 novembre 2015 00:54)

    Doit-on accepter au nom de la recherche fort légitime de nouvelles ressources pour le budget communal et de promesses d’emplois encore très incertaines, de :

    - sacrifier de manière irrémédiable les paysages maritimes exceptionnels de l’île d’Yeu : de part leur proximité (à seulement 12 km de la pointe du But), leur gigantisme (210 mètres de hauteur) et leur nombre (62) , les éoliennes seront en effet parfaitement visibles une très grande partie de l'année, de jour comme de nuit, de la pointe du But à la pointe Gauthier, mais aussi depuis le début de la côte sauvage.
    Pourtant, lorsque le Conseil Général a validé le projet, une condition essentielle avait notamment été posée : le parc éolien ne devait pas être visible.
    Rappelons nous la réaction de l'UNESCO lorsqu'il avait été question d'implanter des éoliennes à proximité du Mont Saint Michel : l'UNESCO qui avait parfaitement compris que de tels projets défigureraient à jamais ce site inestimable avait menacé de retirer le Mont de la liste du Patrimoine Mondial.
    Comment peut-on accepter de sacrifier des paysages maritimes qui font partie des plus beaux paysages vendéens ? Si ce projet aboutit, les générations futures nous jugeront sévèrement d'avoir ainsi accepté de bétonner la mer.

    - compromettre l'attrait touristique de l'île d'Yeu : les touristes qui viennent l’île d’Yeu veulent avant tout profiter de ses espaces naturels exceptionnels, les sacrifier, c'est clairement renoncer au tourisme ;

    - défigurer le port avec la construction d’infrastructures : le quai du Canada semble d’ores et déjà sacrifié alors qu'il participe de manière majeure à la beauté et à l'intérêt touristique du port ;

    - sacrifier 83 km² de surface maritime (3 fois et demi la surface de l'île d'Yeu !!!) où les marins-pêcheurs ne pourront peut être plus pêcher (la Préfecture maritime n’est même pas encore en mesure d’indiquer les modalités de pêche ou son interdiction à l’intérieur du parc !) ;

    - détruire toute vie sous-marine sur cette même surface durant la durée des travaux ;

    - déverser des milliers de tonnes de béton dans le mer pour ancrer les éoliennes, en sachant pertinemment qu'elles ne seront jamais démantelées (le coût du démantèlement en fin d’exploitation serait provisionné, mais celui-ci semble parfaitement irréaliste) ;

    - compromettre la sécurité maritime aux abords de l'estuaire de la Loire (voir un des commentaires précédents) ;

    - risquer d'accroitre l'érosion de nos côtes (il n’y a aucune étude d’impact hydro-sédimentaire) ;

    De plus, de grosses incertitudes demeurent quant au bruit et aux infrasons générés par les éoliennes, ainsi que sur la mortalité des oiseaux marins (comme par exemple les fous de Bassan qui ont un vol très aérien).

    Pour toutes ces raisons, ce projet doit être soit refusé avec force, soit totalement repensé (éoliennes flottantes, hydroliennes, énergie houlomotrice...) afin de minimiser son impact visuel et écologique qui est pour l’heure absolument inacceptable.

  • #32

    jean-Dominique TRUCHOT (mercredi, 11 novembre 2015 09:59)

    Quand on sait le peu d'électricité fournie par les éoliennes on est en droit de se demander à qui profite le crime. Commbien de temps devrons-nous encore subir les lubies écolocrates, rêvées dans un bureau parisien. Il existe des alternatives pour produire de l'électricité, pourquoi nos supposés politiques ne se penchent pas sérieusement dessus. pourquoi les pays nordiques à la pointe de l'éolien il y a plus de 20 ans sont-ils nettement moins excités par l'implantation de ces machines tournantes . On pourrait remplir des pages entières sur la stupidité d'un tel projet ... S'est-on seulement demandé combien de migrateurs se tuent sur ces pales etc... S'est on seulement penché une seule fois sur le principe de précaution dont on nous abreuve à longueur d'interventions de leaders politiques . ILs "causent" sur tout mais bizarrement là, c'est le grand silence radio....Enfin sait-on que même totalement recouverte de ces choses , la France ne pourrait s'autosuffire en électricité... NON et NON à l'éolien

  • #33

    Philippe PONCHELET (mercredi, 11 novembre 2015 12:03)

    Si vous voulez faire fuir le tourisme et détruire la qualité de vie et la beauté de ces lieux, alors les éoliennes sont la réponse.
    Plus généralement, le problème majeur en France, ce sont les prochaines élections présidentielles. Le Président Hollande & CO courent après les voix des écologistes pour essayer de se maintenir au pouvoir. Et pour cela, il est prêt à sacrifier la qualité de vie des riverains concernés par les parcs éoliens, à sacrifier les superbes paysages de la belle France qui ont fait sa renommée à travers le monde et à creuser le déficit abyssal des finances publiques pour une énergie intermittente. Pauvre France, le plus beau pays du monde, qui mériterait tellement mieux !

  • #34

    Gilles (mercredi, 11 novembre 2015 18:16)

    Effectivement, l’éolien est bien la technique la plus anti-écologique des productions énergétique.
    Il est étonnant de constater le niveau d'incompétence de ce cet association "Yeu demain" et de son Président, et son niveau très élevé d'allégeance à un Industriel Éolien qui à bien su l'embobiner !!
    On voit bien dans son discours où il explique que l'éolien va remplacer le nucléaire, il montre sa totale ignorance des systèmes énergétiques.
    En couvrant la France d'éolienne en Terre et en Mer, on n'arrêtera pas un seul réacteur Nucléaire !
    Pour bien enfumer la population, le Consortium/Promoteur fait des équivalences de puissance installée, pour laisser croire qu'1 Mégawatt Eolien vaut 1 Mégawatt de Nucléaire ou d'Hydroélectrique. C'est d'ailleurs le même discours de tous les dirigeants politiques, Présidents, Ministres de Gauche comme de Droite. Pas de chance, l'équivalence n'est pas vraie du tout. C'est pourquoi il faudrait comparer les "Productions de courant" et pas les "Puissances", car cela permet de tenir compte du taux de rendement des techniques énergétiques. 85% de rendement pour l'Hydroélectrique en STEP, 85% de rendement du Nucléaire, 23% de rendement de l'éolien Terrestre, et au mieux 30% de rendement pour l'éolien Offshore.
    Conclusion :
    Le Nucléaire : 1 Mégawatt heure est produit par 1,18 Mégawatt
    L’éolien Offshore : 1 Mégawatt heure est produit par 3,33 Mégawatt
    Cela reste très théorique et encore loin de la réalité, car l’intermittence spécifique à l'exploitation du vent, donc quelque soit la taille de l'éolienne, et le fait qu'on ne stock pas encore le courant de masse, fait que c'est un courant de très mauvaise qualité. On ne peut pas compter dessus. Pour compléter les trous important de l'éolien, on doit construire de nouvelles centrales à Charbon et à Gaz. C'est comme la remorque derrière la voiture, l'éolien c'est la remorque, et la centrale au Gaz, c'est la voiture. La remorque ne peut pas avancer sans la voiture. C'est la raison pour laquelle le bilan CO2 est nul. Le Promoteur vous dira que l'éolienne ne produit pas de CO2 !!! C'est Faux ! Cela revient à isoler la remorque, et dire qu'elle ne consomme pas de carburant. De manière indirecte et obligatoire, l'éolien produit du CO2 et oblige à consommer encore plus d'énergie fossile.
    Cette association "yeu demain" semble avoir été acheté à coup de "maison de la nature" et de "Parking". Il est bien facile de corrompre le peuple.
    Les emplois locaux : Quelle rigolade !!! Vous n'aurez que quelques miettes, et encore.
    Pour le parc Offshore de Courseulles-sur-Mer en Normandie, ce fût la même démarche : Le promoteur promettait 4 000 emplois à la 1ère réunion public, applaudi par le Président du Conseil Régional, etc, et plus que 400 emplois à la 2ème réunion public. Ensuite, ce n'était plus que 100 emplois sur Cherbourg, et maintenant ce ne sera plus que 40 emplois, pour 20 milliards d'euro que va coûter ce projet à la France sur 15 ans. C'est un peu cher l'emploi, sachant que l'employé ne touchera que le Smic, et que pendant 3 ans de la durée de la construction du site.
    Les promesses, ça ne coûte rien. Les Promoteurs mènent les Politiques et le Peuple par le bout du nez.
    Une fois construit, tout le monde se rendra compte de la duperie, mais personne ne démantèlera le site.
    Où sont les journalistes capables de véritable investigation. A chaque reportage, le manque de professionnalisme permet à ces animateurs des temps modernes de faire du sensationnel, et de la polémique, sans plus jamais instruire !
    Ne soyez plus des moutons, informez vous ! Il existe de nombreuses associations, plus d'un millier en France qui s'oppose au lobby éolien, qui représentent des dizaines de milliers de personnes. Ces gents ont tout à perdre, donc écoutez les. L'association la FED est la plus compétente sur ce sujet. Ne vous laissez pas tondre la laine sur le dos, ni sur le dos de vos enfants et petits enfants.
    Le Promoteur à tout à gagner, ne l’écoutez pas. Informez-vous ailleurs!

  • #35

    Association NENY Non aux Eoliennes entre Noimoutier et Yeu (mercredi, 11 novembre 2015 20:43)

    A ceux qui ont laissé des commentaires: venez nous retrouver sur notre page facebook

  • #36

    André (mercredi, 11 novembre 2015 20:50)

    Bien dit !
    Informez vous sur http://environnementdurable.net/
    Informez vous aussi sur http://www.friends-against-wind.org/ (vous tomberez automatiquement sur leur page en français)

    Philippe de Villiers, qui aime vraiment la Vendée, a lutté contre ce projet dévastateur, avant qu'il ne soit atteint d'un cancer. Il en est sorti, Dieu merci, mais il a abandonné le monde politique, pourri à ses yeux.

    Ne vous laissez pas faire. L'île d'Yeu est en danger. Les élus, les pêcheurs, les associations, tous ceux qui ont été "arrosés" l'ont trahie. Il faut monter au créneau. Contactez le site https://liledyeu.wordpress.com/contact/

    Soutenez aussi l'association NENY (Non aux Éoliennes entre Noirmoutier et l'Île d'Yeu: http://www.neny-stop-offshore.com/
    Ils ont maintenant une page Facebook:
    "27 Oct 2015 -- NENY lance sa page Facebook "Non aux Eolienne entre Noirmoutier et Yeu" -- Cliquer sur l'icone Facebook en bas de la page a gauche et partager largement avec vos amis..."

  • #37

    Dom. (mercredi, 11 novembre 2015 22:43)

    Comme vous avez raison, vous les auteurs des commentaires précédents le mien. Arrêtons ce projet d’éolienne, il va défigurer le paysage .Mais alors soyons logiques, démantelons toutes les constructions qui ont vu sur mer. Elles aussi défigurent le paysage!!! La chapelle de la Meule, à mettre en bas !!! Elle n’a rien à faire sur cette lande qui redeviendra vierge après sa destruction ! Comme vous semblez être favorable au nucléaire, implantons une centrale dans la carrière du fourneau !!! Entre le Vieux Château (que l’on devra détruire lui aussi) et le port de la Meule, ça aura sacrément de la gueule !!! Vous semblez détenir la vérité, mais certains d’entre vous il y a dix ans étaient contre l’arrivée des catamarans de la compagnie Yeu-Continent. Allez donc dire aux islais qu’il faut les supprimer, là vous êtes sur de recevoir une volée de bois vert. Alors qui nous dit que vous avez raison contre ce projet éolien ?! Ce n’est pas en publiant un photomontage mensonger et honteux dans le Ouest-France de la semaine dernière que vous allez convaincre beaucoup de personne. Nous ne sommes tout de même pas idiots ! Ce photomontage vous décrédibilise totalement !!! Les islais ne sont pas contre ce projet, lorsqu’ils sont contre quelque chose, ils savent se manifester. Ils étaient combien à la réunion du débat public ?! Combien ont exposé leur rejet du projet ?! Les islais n’ont besoin de personne pour leur dire comment faire. Ce n’est pas quelques résidents secondaires défendant leurs intérêts fonciers personnels et venants un mois par an qui vont leur dicter leur vie d’insulaires 365 jours sur 365 !!! Quant aux touristes, ont-ils fuient lorsque les immeubles de St Jean de Monts ont été construit ?! Ont-ils fuient lorsque le Pont de Noirmoutier a été réalisé ?! Qu’en a-t-il été lorsque le château d’eau de Notre Dame de Monts a été érigé ?! Il se passera la même chose avec ce projet éolien, l’Ile d’Yeu restera toujours aussi attrayante et ceux qui ne veulent pas voir les éoliennes, regarderont ailleurs !

  • #38

    fabienne chapuis (mercredi, 11 novembre 2015 23:10)

    c'est vraiment inadmissible de laisser faire un tel projet; vous avez vraiment perdu la raison: la France souvent considérée comme le plus beau pays du monde, est en train de massacrer ce superbe patrimoine pour ces machines on ne peut plus laides, tueuses d'oiseaux et de chauve-souris, qui produisent en plus une électricité intermittente, totalement ingérable qu'on ne peut de toute façon pas stocker puisque l'électricité ne se met pas en bouteille et, bien plus, elle ne se mettra jamais en bouteille; donc il faut vraiment être aveugle pour laisser construire ce parc à proximité de Noirmoutier;

    mais réveillez-vous et dites non

  • #39

    André (jeudi, 12 novembre 2015 13:51)

    Dans son commentaire #37 "Dom" accuse les estivants et touristes de se mêler des affaires des Islais. Que dire alors des quelques privilégiés (élus, pêcheurs, associations) qui trahissent les Islais afin de recevoir eux-mêmes des "compensations" financières? Ce sont en effet les Islais qui devront payer les pots cassés, tandis que les "privilégiés" verront grossir leur compte en banque.
    Les pots cassés : défiguration du Quai du Canada qui abrite le très pittoresque et charmant Marché, donc défiguration de Port Joinville (comme si l'horrible bâtiment d'accueil des passagers ne suffisait pas) ; parking de 60 voitures sur le brise lames (qui sera réservé à la maintenance des éoliennes), trafic de véhicules accru sur le port et dans l'île ; promenade gâchée par un horizon marin visuellement pollué le long de la Côte aux Roses, autour de la Pointe du But, et même jusqu'à la Pointe du Châtelet ; déclassement de l'île d'Yeu en tant que destination touristique et résidentielle de grande qualité, et les conséquences que cela aura sur l'économie de l'île ; pollution des côtes de l'île (chacune des 62 éoliennes de 210 m de haut sera lubrifiée par 1200 litres d'huile chacune. Or l'huile a cet inconvénient qu'elle fuit souvent. Elle flotte aussi, jusqu'à la côte voisine. Et puis il faut la changer assez souvent, d'où la multiplication des risques de "petites marées noires") ; quant au risque de grande marée noire, il existe aussi - voir l'article: https://liledyeu.wordpress.com/2015/08/03/des-risques-accrus-de-maree-noire/
    Et puis il y a les fausses promesses :
    - création de 80 emplois permanents (ils iront à St Nazaire, beaucoup plus pratique, moins coûteux etc.). Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent...
    - manne financière pour l'île : en fait. elle sera divisée entre toutes les communes d'où l'on verra aussi les éoliennes, donc sur Noirmoutier et sur le continent. Elle dépendra aussi de la santé du consortium (Areva bat déjà de l'aile), de la vente possible du projet à un acquéreur, Chinois ou autre, de quantité d'aléas et arguties juridiques tout au long de l'exploitation des éoliennes. Et surtout, elle ne sera pas versée aux Islais, mais à la Mairie, qui la dépensera à sa guise.
    - électricité gratuite, ou moins chère pour les Islais? - D'aucune façon, tout au contraire! Les Islais paiereont comme le reste des Français pour ces éoliennes dont l'électricité se vendra 20 centimes d'euros le kWh à EDF, au lieu de 5 centimes au prix du marché de gros, EDF qui se remboursera
    sur les consommateurs via la CSPE, une taxe sur les factures d'électricité. Cette taxe augmentera de 11% en 2016, et continuera d'augmenter pour financer toujours plus d'éoliennes non-rentables. Il faut bien payer pour cette énergie hors de prix, intermittente, et pour les centrales à gaz que la France construit en catimini pour réguler les effets des caprices du vent sur la production des éoliennes. Voyez: https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_centrales_thermiques_%C3%A0_flamme_en_France#Turbines_.C3.A0_combustion
    D'ailleurs, plusieurs pays ont mis un frein au développement éolien, à cause notamment son coût exhorbitant et des effets des infrasons sur les personnes sensibles (les infrasons se font sentir jusqu'à 30-40 km): le Danemark, le Royaume Uni, l'Allemagne, la Pologne, la Tchéquie, etc. Et 4 pays ont arrêté tout net: l'Espagne, le Portugal, l'Italie et la Grèce.

    Au fait, Dom: où est cet article de Ouest France? Je ne le trouve pas. Vous vous êtes trompé, comme sur le reste?

  • #40

    Dom. (jeudi, 12 novembre 2015 19:01)

    Mr André, je ne me suis pas trompé sur l'article de Ouest-France. Il est paru le mercredi 5 novembre en page Ile d'Yeu. Un photomontage pitoyable de Mme Genty, où une éolienne est dessinée 5 fois plus grande que le Kulmino à la même distance !!! Quant au marché, si vous aviez creusé le dossier un peu plus, vous vous seriez aperçu qu'il est illégal quai du Canada. Ce quai est uniquement réservé aux activités en relation avec le maritime !!! Il ne me dérange nullement à cet endroit , mais c'est ainsi. Il est pour le moment tolléré oar la CCI, mais il est condamné à cet endroit à cours terme.

  • #41

    Emmanuel Vrignaud (jeudi, 12 novembre 2015 21:50)

    Réponse au post #37 de Dom

    Cher Monsieur,
    Merci d'apporter un peu de contradiction dans ce débat qui en manque singulièrement.
    Permettez moi tout d'abord d'être très attristé par la lecture de votre commentaire.

    Attristé par votre adhésion à ce projet industriel qui va profondément bouleverser l'île d'Yeu.
    Attristé par l'opposition et le clivage que vous entretenez entre islais et résidents secondaires. Les islais aiment tout autant l'île d'Yeu que les résidents secondaires et tous ont à cœur de la défendre.
    Attristé par autant de déni.

    L'enjeu essentiel est bien évidemment de préserver la qualité exceptionnelle des paysages maritimes de l'île d'Yeu, paysages qui font la fierté de tous et qui sont sans équivalent sur tout le littoral vendéen.

    De par leurs dimensions (210 mètres de haut), leur proximité (à seulement 11.7 km de la pointe du But) et leur nombre (62) les éoliennes seront bien sûr énormément visibles. Bien plus visibles que ne peuvent l'être les constructions du continent que vous citez. Depuis toute la côte nord, mais aussi depuis la pointe du Château Maugarni sur la côte sauvage, ne vous en déplaise, on ne verra hélas qu'elles.
    Vous parlez de photomontages. Je n'ai pas vu ceux de Mme Genty, mais ceux présentés dans le cadre du débat public et dont la rigueur a été approuvée par une équipe du CNRS sont déjà extrêmement évocateurs.
    Libre à vous de penser que ces éoliennes sont esthétiques, mais pour ma part (et je ne pense pas être le seul), voir l'horizon marin depuis un endroit aussi préservé que l'île d'Yeu barré par un site industriel d'un telle importance représente une catastrophe absolue.

    Devoir déverser des milliers de tonnes de béton dans le mer pour ancrer les éoliennes ne vous choque pas ? N'êtes vous pas interpellé lorsque les scientifiques expliquent que l'implantation des éoliennes va détruire toute vie sous-marine le temps de la construction ? La sécurité maritime ne vous pose-t-elle pas souci ? Le risque d'érosion accru de nos côtes ne vous inquiète-t-il pas ? La mortalité prévisible des oiseaux marins ne vous touche-t-elle pas ?

    Si les islais ont manifesté aussi peu d'opposition, c'est autant par méconnaissance totale du gigantisme absolu de ce projet, que par résignation.
    Si ce projet aboutit, ce n'est hélas que lorsque les éoliennes commenceront à s'élever en mer qu'ils crieront leur indignation. Et cette indignation sera d'autant plus forte lorsqu'ils se rendront compte que les emplois ne seront pas au rendez-vous, ou pire, dévolus à des continentaux n'ayant aucune envie de s'implanter sur l'île avec leur famille.

    Pourtant il faut reconnaitre que ce projet porte en lui beaucoup d'espoirs pour l'île d'Yeu. Nous ne pouvons pas ne pas entendre les craintes de la municipalité : crainte du déclin économique et démographique de l'île, crainte de la baisse des ressources du budget communal, crainte de voir l'activité économique être progressivement basée sur un tourisme saisonnier.
    Ces craintes ne sont hélas pas propres à l'île d'Yeu, toutes les îles du Ponant y sont également confrontées.

    Personnellement, je suis convaincu que des alternatives permettant d'exploiter l'énergie marine de manière beaucoup plus respectueuse pour nos paysages sont ou seront bientôt matures.
    Des éoliennes flottantes qui peuvent être implantées beaucoup plus au large fonctionnent en Europe du Nord ou au Japon, la France va en expérimenter prochainement... Une hydrolienne a été mise en fonction à Ouessant... L'énergie houlomotrice est expérimentée dans les îles Orcades...
    J'aimerais que l'île d'Yeu puisse devenir un véritable laboratoire des énergies marines. Expérimentons d'abord avant de se lancer dans la folie d'un tel projet qui aura de manière certaine des conséquences désastreuses sur le tourisme.

    Emmanuel Vrignaud

  • #42

    André (vendredi, 13 novembre 2015 19:22)

    En réponse au commentaire # 40 :
    Vous n'avez pas l'url de l'article de Ouest France, pour qu'on puisse le voir?
    Quoi qu'il en soit, vous dites "Un photomontage pitoyable de Mme Genty, où une éolienne est dessinée 5 fois plus grande que le Kulmino à la même distance". Je regrette de vous contredire, mais le Kulmino est environ 1,6 fois plus loin que les éoliennes ne le seraient. Elles apparaîtront donc 6 fois plus hautes que les châteaux d'eau que l'on aperçoit sur le continent. Voyez l'article qui le démontre: http://iberica2000.org/Es/Articulo.asp?Id=4547

    Quant au Marché du port, vous voudriez nous faire croire que, si le projet éolien ne voyait pas le jour, il serait de toutes les façons condamné?
    Comme si la CCI pouvait outrepasser la volonté politique de la Mairie, et la volonté populaire des Islais. En fait, c'est la Mairie qui est disposée à sacrifier ce pittoresque Marché, à défigurer le Quai du Canada et le brise lames, et donc le port dans son ensemble, afin d'accommoder le promoteur du projet éolien, et toucher les sommes que celui-ci lui a promises. C'est passablement scandaleux.

  • #43

    Dom. (samedi, 14 novembre 2015 00:53)

    Mr André dans votre commentaire # 42 vous précisez que les éoliennes apparaitrons 6 fois plus hautes que le Kulmino. Vous faites bien d'affirmer cette échelle, elle confirme le montage pitoyable et le mot est faible de Mme Genty. En effet, la simulation montre un gros trait comme je l'ai précisé 6 fois plus haut que le Kulmino, pour celui-ci, selon ce qui est écrit dans l'article, il est situé à la même distance que ce chateau d'eau. Quant au deuxième trait, qui serait situé à 12Kms du photographe là le trait est 12 fois plus haut !!! Vous et vos "amis" ne seraient jamais crédibles avec de tels procédés. Arrêtés de nous prendre pour des idiots !!! Pour ce qui est du marché, il existe un règlement portuaire, il vaut ce qu'il vaut, mais il ne pourra être enfrein très longtemps, hélas pour les amoureux du marché !!!

  • #44

    André (samedi, 14 novembre 2015 01:43)

    Votre commentaire # 43: Vous parlez d'un gros trait, puis d'un deuxième trait 12 fois plus haut, tout en ne nous fournissant pas l'article dont vous parlez, malgré mes demandes. L'article est introuvable sur Internet, ou alors dites nous où l'on peut le voir. En attendant, on de comprend rien à votre histoire.

    Vous parlez ensuite du règlement portuaire comme s'il s'agissait des 10 Commandements. Un règlement, Monsieur, ça peut être amendé, surtout quand il s'agit de préserver l'attrait touristique du Port, qui est si important pour l'économie de l'ìle.

  • #45

    Guignard (samedi, 14 novembre 2015 16:04)

    C'est nul.
    Je n'irai plus en vacances dans le camping qui est à la pointe de l'Ile de Noirmoutier.
    Depuis l'extrémité sauvage de cet endroit on voit jusqu'à St Nazaire.
    La mer y est toujours magnifique, même par gros temps.
    Tant pis, nous irons ailleurs...

  • #46

    Duc0007@orange.fr (dimanche, 15 novembre 2015 10:24)

    Les impacts sanitaires sur la santé des Centrales éoliennes sont encore mal connus mais commencent progressivement à être démontrés à l'étranger : la pression exercée sur le corps humain des infrasons réduit la durée de vie de ceux qui sont exposés à long terme au "rayonnement" invisible de l'éolien. Entre 2 maux, je préfère le moindre : une centrale nucléaire très productive en électricité plutôt qu'une centrale éolienne peu productive. Les risques de la centrale nucléaire sont connus et maîtrisés en France. Les risques de la centrale éolienne sont sous estimés. Le risque de mourir suite à une catastrophe nucléaire est moins probable que le risque de voir dégrader sa santé à petit feu dans un territoire français couvert d'éoliennes car c'est île faudrai 1 au km pour produire raisonnablement

  • #47

    Duc0007@orange.fr (dimanche, 15 novembre 2015 10:31)

    Les impacts sanitaires sur la santé des Centrales éoliennes sont encore mal connus mais commencent progressivement à être démontrés à l'étranger : la pression exercée sur le corps humain des infrasons réduit la durée de vie de ceux qui sont exposés à long terme au "rayonnement" invisible de l'éolien. Entre 2 maux, je préfère le moindre : une centrale nucléaire très productive en électricité plutôt qu'une centrale éolienne peu productive. Les risques de la centrale nucléaire sont connus et maîtrisés en France. Les risques de la centrale éolienne sont sous estimés. Le risque de mourir suite à une catastrophe nucléaire est moins probable que le risque de voir dégrader sa santé à petit feu dans un territoire français couvert d'éoliennes car c'est il en faudrait 1 au km2 pour produire raisonnablement.

  • #48

    André (dimanche, 15 novembre 2015 12:19)

    Réactions des élus qui défendent leurs administrés :

    « La seule perspective de nouvelles ressources financières ne justifie pas que soient ignorés l’harmonie de nos paysages et le bien-être de nos habitants. »

    « je sais que derrière ces éoliennes il n’y a pas de création d’emplois locaux. »

    Lire la suite, et voir les sources : https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/13/reactions-des-elus/

  • #49

    association les vues imprenables (lundi, 16 novembre 2015 09:57)

    Ceux qui apprécient et qui parlent le mieux des aérogénérateurs, sont ceux.... qui vivent loin de ces machines!

    ZÉRO É0LIENNE

    ET BASTA

  • #50

    A la voile (mardi, 17 novembre 2015 19:44)

    J'ai une pensée un peu triste pour tous ces navigateurs et plaisanciers dont je fais partis, qui rêvent d'Yeu comme escale, comme havre de lumière à portée des plus modestes comme des plus grands marins. Ceux qui, de Belle-ile à la Rochelle, n'auront plus qu'un horizon industriel pour rêve sur nos belles côtes de France. Quelques emplois créées bien vite oubliés lorsque la raison économique recouvrira d'oubli ces monstres d'acier, plantés comme de terribles croix lugubres, faisant rebrousser chemin à ces rêveurs blessés. Ad'Yeu.

  • #51

    André (mercredi, 18 novembre 2015 22:50)

    PIPEAUTIQUE APPLIQUÉE
    De l'avis des experts
    Nicolas Hulot :
    La transition énergétique est incoherente
    Lire les 3 citations révélatrices, et voir la vignette humoristique:
    https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/18/de-lavis-meme-des-experts/

  • #52

    AUCLIN (jeudi, 19 novembre 2015 09:52)

    Comment peut-on écrire "l'énergie générée par l'éolien remplacera celle du nucléaire" ? Pour remplacer un seul réacteur il faut implanter 1000 éoliennes et à condition que ces dernières fonctionnent plus que 23% du temps comme elles le font actuellement. L'Homme détruit au nom de ses idéaux; la nature ne lui appartient pas, lui qui n'est que de passage sur terre. C'est un apprenti sorcier avant tout; la création du port de Lépine sur l'Ile de Noirmoutier a généré des dégâts irréversibles quant à la montée de la mer sur la côte Ouest. Les milliers de tonnes de béton coulés, auront des effets non prévus car non étudiés (voir le dossier de présentation du projet). La meilleure énergie, c'est celle que l'Homme n'utilise pas, il faut faire usage des milliards prélevés sur les factures d'électricité en isolant les bâtiments et logements anciens et en construisant des maisons à énergie positive. Les animaux marins vont fuir cette zone d'une richesse reconnue. Arrêtons les saccages, nous ne savons pas transporter l'électricité sans pertes, nous ne savons pas la stocker, à chaque projet de production d'électricité il faut impérativement une utilisation locale.

  • #53

    Henri (vendredi, 20 novembre 2015 16:29)

    L'implantation d'éoliennes va "urbaniser" le site de l'île d'yeu et la priver de son attrait touristique qui est pour le moment sa première ressource .
    Venant à l'île dYeu depuis 92 attirés par le caractère sauvage unique de ce lieu nous avons eu la chance d'y acquérir une maison en 2010 et vivons partiellement ici.
    Nous n'aurions certainement pas acheté de maison, si nous avions eu connaissance de ce projet qui va y ruiner le tourisme et la manne qu'il apporte.
    Il faut faire avant tout le compte des pertes et des profits. ( les vrais profits étant pour la poche des entrepreneurs.
    À VOIR ABSOLUMENT SUR YOU TUBE : " LE SCANDALE DES ÉOLIENNES "

  • #54

    dominino (samedi, 21 novembre 2015 21:14)

    ce projet est absurde, portant atteinte au tourisme , à la beauté des lieux et paysages marins, avec un effet barrière au large, il coute très cher et les subventions que ns allons donner sont le double que pour les éoliennes terrestres, par la CSPE de notre facture EDF

  • #55

    Misa (dimanche, 22 novembre 2015 18:32)

    Un horizon dégradé + infrasons + pollution des fonds marins + zones en mer sacrifiées = fuite des touristes
    Ile d'Yeu préservée + environnement naturel + activité de pêche et touristiques = longue vie à ce trésor de beauté et de lumière qui n'est pas fait pour être un site industriel.
    Quel cauchemar! Monde de fous...

  • #56

    André (lundi, 23 novembre 2015 12:30)

    Voir le nouvel article :
    L’Ile d’Yeu est également menacée au Sud
    L’Etat n’a pas éliminé la possibilité d’un projet éolien en mer au Sud de l’Ile. Pourtant, notre vue de la mer serait enlaidie depuis les Corbeaux jusqu’au Châtelet. On parle d’un troisième appel d’offres, et déjà les profiteurs de subventions s’impatientent …

    « Un port n’est pas un monument touristique mais un outil de travail. La maintenance du parc éolien nécessiterait la présence de 2 à 3 navires de 20 à 30 m … nous leur affecterions le quai du Canada. »
    Et vlan ! Le Maire nous annonce la défiguration programmée de Port Joinville. Le petit marché, si pittoresque sur ce quai du Canada, le plus attrayant du port avec son phare-balise prisé des photographes et ses bateaux de pêche colorés : à la trappe ! On n’arrête pas le progrès ! Arrosage financier oblige ! Tant pis pour les Islais, le tourisme, et le futur de l’Ile à long terme ! Tuons la poule aux oeufs d’or, et goinfrons nous !
    Lire l'article: https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/21/468/

  • #57

    Krikri (lundi, 23 novembre 2015 17:25)

    Mais quelle idée!!!! Mauvaise, parce que franchement, niveau touristique, eh bien ça va pas le faire! (du tout)!

  • #58

    Ostermann (lundi, 23 novembre 2015 19:28)

    L'Ile d'Yeu devrait déjà être protégée par Natura 2000 , l'Unesco...C'est un lieu de nature exceptionnel, à la beauté unique, qui doit absolument être préservé...C'est inadmissible de pouvoir envisager des éoliennes sur ce lieu, ce n'est pas dans l'esprit de l'écologie telle qu'elle devrait être: protéger la nature!!! D'après la loi, on ne doit pas implanter des éoliennes dans des sites de nature préservés.
    Je suis catastrophée de ce projet pour l'Ile dYeu et Noirmoutier...Quelle absurdité révoltante.
    Que peut-on faire pour empêcher cela?
    D'autres solutions énergétiques vont apparaître (je connais des polytechniciens qui y travaillent, et qui assurent que l'éolienne n'est pas une bonne solution, une solution caduque qui sera bientôt remplacée par d'autres bien plus efficaces), il faut renoncer à ces éoliennes dans ces sites sublimes.

  • #59

    Elina (lundi, 23 novembre 2015 19:58)

    Je sui completement contre les eoliennes.Les eoliennes tre maivaise pour la mer et pour la nature.Je trouve les eolienne tre moche sa gacheraie la plage de la pointe du but ou l'on vois le coucher de solleille.Se serais tre triste que y'est ses eolienne. Elina 7 ans

  • #60

    David (mardi, 24 novembre 2015 06:58)

    *Pour l'ile un projet catastrophique sans possibilité de bonne solution. Pour l'énergie : ça n'a pas de sens, c'est une fausse piste !*

    pour l'énergie d'abord : oui nous avons un problème majeur avec les énergies non renouvelables et le réchauffement climatique ; oui, il faut faire quelque chose. Mais quelque chose qui a du sens, et non pas juste se donner bonne conscience avec une fausse solution (par bêtise). L'éolien ne mène nulle part. L'énergie produite par un parc paraît intéressante si vous la comparez à la consommation de quelques foyers domestiques mais elle reste insignifiante par rapport aux besoins réels des régions concernées. Donc si on extrapole, et qu'on faisait l'investissement d'en mettre partout, cela resterait complètement insuffisant : on aura tout saccagé, pour se rendre compte que le problème énergétique est toujours là !!! Le bateau coule de toute part et le projet consiste à distribuer des petites cuillères pour écoper !!! Pire qu'inefficace, cette approche tend à faire croire qu'une solution est là simplement, et chacun continue comme avant sans vrai progrès. On brasse de l'air.

    Donc les éoliennes émergent partout aujourd'hui. L'île d'Yeu est le pire endroit où les poser. Simplement parce que le recensement de nos trésors naturels et humains est plus lent que l'activité d'une entreprise passant 100% de son temps à gagner des marchés ou un politique cherchant une visibilité avant la fin de son mandat. Il faut protéger un tel trésor. Des lois sont par exemple capables de protéger la proximité de monuments historiques en ville, même devant la pression d'intérêts immobiliers. Ces lois sont indispensables car nous ne sommes pas raisonnables : il y aurait toujours ici et là des raisons particulières, des pressions qui feraient trouver des motivations pour faire une catastrophe juste à côté d'une merveille s'il n'y avait pas de telles règles collectives. Ici c'est pire : nous parlons d'un patrimoine qui dépasse nos constructions passées, mais d'une richesse naturelle. Pouvons-nous vivre en respect de la nature, dans sa beauté, en profiter avec harmonie de tous les jours, y compris avec le tourisme ? La qualité des professionnels du projet dans leurs analyses ou de leurs discussions ne peut juste rien y changer : il n'y a pas de solution. Vous imaginez des éoliennes de 200-m de haut ?! constructions de la même hauteur que la tour Montparnasse ; 60 d'entre elles ? L'idée d'éoliennes en mer a été pensée en mer du Nord, sur des surfaces accessibles des centaines de fois plus vastes sur un fond haut s'étendant loin. Je ne sais pas si c'est une bonne idée là-haut mais il est certain qu'elle n'est PAS transposable en atlantique où le fond marin impose à grand frais de l'implanter très près des côtes. Il ne s'agit pas de faire semblant de consulter sur la meilleure solution entre 50 éoliennes de 300m ou 200 de 100-m : ce sera forcément une catastrophe.

    ce projet, et sa généralisation, soyons honnête, si on voulait que la production éolienne ne soit pas insignifiante, commence par blinder tout l'environnement côtier de manière catastrophique et irrémédiable (les dégâts ne sont juste pas évalués, moins encore l'impact médical sur la faune et nous ! et qui est capable d'évaluer un tout petit peu sérieusement les coûts ultérieurs de démantèlement ?!! ). Tout ça pour aller constater un peu après que cela ne résout en rien le problème la question énergétique. Une bêtise criminelle.
    IL FAUT ARRETER CELA

  • #61

    Humour (pas assez) grinçant (mardi, 24 novembre 2015 09:26)

    ce que j'entends de la concertation (l'humour, la dérision ne servant qu'à souligner ma perception d'une situation réelle tout aussi caricaturale) :
    "Nous avons bien sûr ouvert une grande concertation, le projet n'est pas figé et nous tenons absolument à prendre en compte l'avis de toute la population. Alors, ces 60 structures de 200-m de haut, sous votre nez, entre l'île d'Yeu et Noirmoutier, bien calées sur les centaines de tonnes de béton, euh.. vous les préférez peintes en vert pomme ou en fuchsia ? ... ? euh.. ou alors en orange, pour être assorties au soleil couchant ?? "

  • #62

    Collas (mardi, 24 novembre 2015 15:39)

    je viens d'envoyer cet état des lieux au journal du Pays de Yonnnais Bonjour, merci pour les articles sur les Parcs éoliens en Projet dans le secteur Bournezeau-Thorigny, un peu de baume qui nous confortent dans l'opposition à cette invasion du Bocage vendéen.

    J'ai été un admirateur des éoliennes en Loire Atlantique avant de comprendre qu'on ne dit pas tout sur l'éolien... un gros investissement pour une production le tiers du temps faute de vent... le vent gratuit une énergie inépuisable mais si aléatoire, une énergie pas si verte que ça... http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/analyses-mensuelles

    Donc en Loire Atlantique j'ai participé à de nombreuses Enquêtes Publiques entre Loire et Vilaine afin de comprendre l'éolien et préparer un Dossier pour nous opposer au Projet éolien en votre village de Jans 44170... sur une Landes humide et inondable accessible que par un petit pont de pierre pour les 1000 camions programmés en convois exceptionnels...

    De mon jardin de la Foie à Jans je pouvais observer les Parc éoliens de Derval, Lusanger, Sion les Mines, Issé-Renardière, Issé-Beaumont, Nozay, Puceul, Soudan, Erbray et le mât de mesures de Jans... L'Enquête publique n'a pas attiré grand monde faute d'avoir complété les Annonces en Pages juridiques par une Info Municipale et par la Presse locale...

    Depuis 2008 ma santé se dégradait... Nuits blanches, irritabilité et nervosité sans causes, reflux gastriques, acouphènes que les traitements ne réduisaient pas... En mars 2014 j'ai quitté la France pour 10 jours afin de découvrir l'île de Pâques (Rapa Nui) où tous mes symptômes ont disparus, j'ai pu profiter de ce cadre de vie mystérieux en pleine santé... Pas d'explication de mon médecin qui refuse le syndrome éolien... j'ai donc décidé de quitter cette Région où le bocage a été transformé en Zones industrielles Eoliennes... sans doute trop sensible aux infrasons et autres pollutions éoliennes

    J'ai bradé ma maison restaurée pour y passer ma Retraite afin de m'installer dans ce secteur de Chantonnay où le seul projet éolien de Ste Cécile à été combattu... d'après l'Agence et les élus rencontrés il n'y a pas d'éoliennes à venir...


    Alors que je me refaisais une santé depuis mars 2015 et que je revivais sans problèmes de santé voilà que les projets éoliens sortent du silence... Bournezeau, puis Chantonnay, Thorigny, Château Guibert, Les Pineaux...

    Me voilà reparti en lutte contre l'Occupation des bocages par ABO WIND que j'ai déjà combattu à Nozay, Avessac et Derval... Fin du Constat...

    Je suis sans doute trop sensible aux infrasons et n'ai pas été trop atteint par le bourrage de crane avec des images subliminales faisant aparaitre dans la majorité des PUB une ou plusieurs éoliennes... même dans le tour de France que ne manque pas, une façon de visiter notre France et que l'age ne me permet plus de parcourir... Gardez-nous les îles comme nous connaissons loin de toutes invasions industrielles

  • #63

    Kypriotis (mercredi, 25 novembre 2015 00:30)

    Que dire :
    Peut-on sortir de cette impasse ? cela a déjà été dit et écrit à maintes reprises tournons nous vers la décentralisation, mais qui serait le grand perdant, je vous laisse deviner ?
    Bien sur ils existent des solutions innovantes qui sont en cours d'éclosion encore faut-il regarder de plus près ce que l'on propose et ne pas uniquement comme pour tout regarder dans la seule direction que l'on vient bien nous montrer. On le sait la manipulation se situe à tous les niveaux que ce soit dans l'énergétique, l'alimentaire, la finance ... si on prend le temps de s'arrêter et d'observer alors peut être aurons nous une vision plus claire.

  • #64

    boulange (mercredi, 25 novembre 2015 23:07)

    Que de propos hors du temps !
    Nous n'avons plus le choix: Il faut d'urgence arrêter de consommer les ressources fossiles pour faire le choix des énergies vertes...
    Les énergies issues des flux naturels (vents, marées et soleil) sont notre avenir....
    Consultez le rapport de l'Ademe...
    J'aime l'Ile d'yeu depuis plus de quarante ans...et je continuerai à y venir....sans doute davantage si le Parc Eolien voit le jour et .....sans doute davantage si l'on interdit la circulation aux véhicules de tourisme à essence...
    Yeu Demain: J'y crois
    Eric
    PS: En France: on n'a pas de pétrole..et on n'en veut plus!

  • #65

    André (jeudi, 26 novembre 2015 01:44)

    En réponse à Boulange ci dessus :
    Le problème, c'est que cette énergie éolienne offshore que vous nous vantez :
    - est hors de prix (6 fois plus chère que l'énergie conventionnelle, càd 4 fois pour construire les éoliennes, + 1 fois pour les modifications à apporter au réseau, + une fois pour les centrales à gaz chargées de compenser les variations intempestives du vent;
    - appauvrit donc les consommateurs français ;
    - rend notre industrie encore moins compétitive, cause des délocalisations, donc accroît le chômage ;
    - crée peu de postes de travail ;
    - n'économise pas de CO2, puisqu'il a fallu construire 16 centrales à gaz depuis 2005 pour réguler la production erratique des éoliennes;
    - produit quantités de dommages collatéraux: paysages massacrés; capital touristique détruit; santé des riverains affectée (ceux qui sont sensibles aux infrasons sont même obligés d'aller vivre ailleurs); oiseaux et chauves souris tués par millions chaque année en France (contrairement à ce que prétend la LPO, qui a un conflit d'intérêts); effets négatifs des infrasons sur les animaux domestiques; perte de valeur des maisons et terrains; pollution des eaux par l'huile de vidange et les détergents; effets nocifs des vibrations sur les cétacés marins, les crustacés et les poissons; fonds marins où l'on ne pourra plus jamais passer le chalut, à cause des fondations, pilônes ou "jackets" qui resteront dans le sol; danger pour la navigation; brouillage des radars de bateaux et d'avions; et tous ceux que j'oublie...
    Investissons plutôt dans la recherche et le développement de nouvelles énergies, au lieu de dilapider des subventions énormes pour la fausse solution éolienne. Informez vous sur les problèmes qui se sont abattus sur l'Allemagne à cause de l'éolien:
    http://stopthesethings.com/2015/11/01/germanys-wind-power-disaster-the-perfect-lesson-on-how-to-simultaneously-wreck-an-economy-the-environment/
    Un autre article, moins récent, en français: http://www.leseoliennes.be/economieolien/rapporteon.htm

  • #66

    Hazard (jeudi, 26 novembre 2015 20:51)

    Je suis très étonnée de la position du maître d'ouvrage lors des débats publics concernant l’impact du parc sur le tourisme. Dans la plupart des cas, il n’est pas capable de donner des réponses sur nombre de sujets comme les emplois exacts, l’autorisation de pêcher dans le parc ou non, la sécurité maritime, l’impact sur la faune aviaire ou marine, l’érosion du littoral, les ondes acoustiques. les aménagements à prévoir sur le port ou tout autre sujet.

    Par contre s’il est un sujet sur lequel il s’est prononcé sans hésitation, c’est l’IMPACT du parc éolien sur le TOURISME. Avec la présentation de DEUX maigres petites pages (dans un dossier mis en ligne sur le site du débat public qui doit en rassembler plusieurs CENTAINES), le maître d'ouvrage est déjà en mesure d’affirmer que le tourisme ne sera pas affecté par la présence d’éoliennes de 200m de haut en face du littoral :
    « Dans la plupart des cas, les inquiétudes liées au tourisme ne se sont pas vérifiées dans les parcs étudiés, et ces derniers se sont intégrés dans l’offre touristique locale. Plusieurs études ont montré que le nombre de touristes dans les zones concernées n’a pas diminué après la construction des éoliennes » fin de citation.
    Dans ses sources, le promoteur se réfère entre autre à une étude vieille de 10 ans (2005!) ou autres statistiques sur la fréquentation de divers centres d’exposition à l’éolien ou d’excursions en bus.

    Et bien NON, c’est faux. La presse allemande vient d’informer des retours d’expérience. Fin août 2015, une étude des plus sérieuses et publiée dans Energy Policy, émanant de chercheurs de l’université de Hanovre est sortie. Elle recoupe de manière statistique la corrélation entre les parcs éoliens et l'évolution du tourisme.
    La conclusion est sans appel : « les éoliennes impactent négativement le tourisme » !
    Leurs résultats: sur la côte de la Mer du Nord, le vent fort est particulièrement utilisé pour produire de l’énergie. Les parcs éoliens ont en revanche des effets négatifs sur le tourisme. Les auteurs de l’étude recommandent de mieux associer les fédérations de tourisme dans la phase de planification. Ils devraient désormais avoir un droit de parole plus fort. Sur le littoral, s'il y a des parcs éoliens, les vacanciers se replient vers les communes voisines non impactées.

    A quoi cela sert-il donc de créer quelques dizaines d’emplois, dont il n’est même pas sûr qu’ils profiteront aux îslais, si c’est pour scier la branche sur laquelle on se trouve : le tourisme est la première activité économique de l’île! La Vendée est le 2ème département touristique de France grâce à ses efforts depuis des dizaines années pour promouvoir son patrimoine.

    …Manque total de logique économique – Fausse information de la part du promoteur.

  • #67

    andré (samedi, 28 novembre 2015 04:11)

    Les ingénieurs de l'Ontario (Canada) dénoncent l'éolien et le solaire industriels, trop chers, et ne réduisant pas les émissions de CO2 puisqu’ils doivent être appuyés par des centrales à gaz (ou à charbon en Allemagne - ndlr) qui en émettent davantage dans ce rôle d'appui.
    La Society of Professional Engineers de l'Ontario analyse le problème de l'augmentation du prix de l'électricité dans cette province du Canada (en fait un Etat fédéré, comme par ex. la Californie aux USA). Ce prix a augmenté de 80% en 7 ans, malgré la baisse du prix des combustibles fossiles. La conclusion des ingénieurs: nous devons arrêter d'ajouter du solaire et des éoliennes pour des raisons idéologiques -
    "We need to stop adding solar and wind for ideological reasons".
    http://c.ymcdn.com/sites/www.ospe.on.ca/resource/resmgr/DOC_advocacy/2015_Presentation_Elec_Dilem.pdf

    Donc si vous croyez que le prix de l'électricité baissera à l'île d'Yeu à cause du projet éolien, vous faites fausse route: ce sera le contraire. D'ailleurs voyez les Danois et les Allemands, en avance sur nous dans les énergies renouvelables: ils paient leur électricité 100% plus cher qu'en France.
    Et si vous croyez que la France émettra moins de CO2 grâce à l'éolien, vous vous trompez également. Elle a maintenant 16 centrales à gaz de plus qu'en 2005, construites pour réguler l'éolien et le solaire, dont la production intermittente est trop variable pour être acceptée telle quelle sur le réseau.
    L'éolien est en fait une gigantesque supercherie qui sert à financer les partis politiques. Voir: http://fr.friends-against-wind.org/realities/windfarms-are-only-good-for-financing-political-parties

    Les promoteurs se remplissent les poches au passage avec notre argent, car cette industrie est non rentable, donc subventionnée par l'Etat - en Allemagne, les renouvelables coûtent aux consommateurs 8 milliards d'euros par an de plus. Des industries menacent de délocaliser à cause du haut prix de l'électricité, alors le gouvernement d'Angela Merkel les subventionne elles aussi. Peu à peu, l'Allemagne s'enfonce dans le bourbier. Le Royaume Uni, par contre, fait marche arrière. Il a fortement réduit les subventions à la transition énergétique, et de nombreux projets sont annulés: http://www.independent.co.uk/environment/renewable-energy-many-green-power-plants-planned-for-uk-will-not-be-built-a6750586.HTML

    Nous les Français devrions cesser de foncer tête baissée vers la catastrophe du renouvelable à tout prix, et bénéficier du retour d'expérience de nos voisins. Souvenons nous que les Anglais sont en général plus pragmatiques que les Allemands.

  • #68

    les bobos ne décideront pas à notre place (samedi, 28 novembre 2015 22:01)

    Arrêtez de nous saouler avec votre paysage c'est bon quoi la pointe du but n'a rien d'exceptionnelle, on est entouré d'eau c'est pas pour UN endroit que l'île d'yeu va être défiguré non mais franchement ...

  • #69

    Les bobos ne décideront pas à notre place (samedi, 28 novembre 2015 22:06)

    Des gens qui ne sont pas de l'île et qui sont contre les éoliennes sa me fait rire occupez vous de vos affaires et laisser notre économie locale tranquille , écolos de pacotilles que vous êtes , ou résidents secondaires qui venez nous pourrir l'immobilier , Oui aux éoliennes , l'île d'yeux aux islais ! (Et vive l'aéroport NDDL au passage!)

  • #70

    Non aux discours de haine (dimanche, 29 novembre 2015 18:13)

    Ce commentaire qui prétend parler au nom des Islais - "Les bobos ne décideront pas à notre place" - a t il été écrit par un Islais de bonne foi?
    Ou bien s'agit il de l'un de ceux qui vont "toucher"? Un de ceux qui se sont fait "arroser", ou qui ont reçu des promesses de l'être?

    Il faut se méfier des discours de haine de ce genre. Il y a en effet des gens qui sont capables de vendre leur mère, l'île d'Yeu en cette occasion, pour quelques milliers d'euros. Peu leur importe le reste des Islais, qui devront supporter les conséquences de cet acte odieux.

    Comme d'habitude, il y a ceux qui acceptent l'argent qui leur est offert, licitement ou même quelquefois illicitement, et puis il y a tous les autres, l'immense majorité des habitants, qui paireont les pots cassés. C'est le cas de ce projet éolien en mer.

  • #71

    Oui à une écologie digne de ce nom (dimanche, 29 novembre 2015 19:12)

    La question ici n'est certainement pas de savoir si les propos sont portés par des islais ou des résidents.
    Ce qui importe, c'est la pertinence des réflexions apportées.
    Les commentaires, nombreux, témoignent de la frustration et de l'impuissance des populations face à des choix politiques plus que contestables.
    Aujourd'hui personne n'est en mesure de savoir si les islais ainsi que les résidents, qui ont également leur mot à dire, étaient favorables aux projet tout simplement parce qu'il n'y pas eu la concertation qui aurait du s'imposer.
    Les représentant locaux se sont positionnés sur ce projet sans prêter la moindre attention à l'avis de sa population.
    On ne parle pas d'un petit aménagement, on parle d'un parc éolien !

  • #72

    Arrêtez d’opposer intérêts des islais et des estivants (dimanche, 29 novembre 2015 20:00)

    En réponse aux commentaires #68 et # 69 (Les bobos ne décideront pas à notre place)

    Vous avez parfaitement.
    Je propose donc d’implanter directement ces 62 éoliennes à la pointe du But puisque ce site n’a rien d'exceptionnel.
    Cela résoudra bien des problèmes : pas de fondations coûteuses sous la mer, aucune difficulté pour assurer la maintenance et cela ne gênera pas l’activité des marins-pêcheurs. Surtout cela fera fuir tous les touristes et les islais pourront se réapproprier l'île d'Yeu et les terrains qu'ils ont été très contents de vendre aux estivants il y a quelques années.
    Je suggère également de construire un port en eaux profondes aux Broches pour faciliter l’accès au site et pour que la maintenance « lourde » n’échappe pas à l’île d’Yeu.

    NB
    - Arrêtez d’opposer intérêts des islais et des estivants, c’est abject.

    - Les bobos (les vrais) qui fréquentent uniquement Saint Sauveur et les Vieilles n’ont certainement pas grand chose à faire de la côte nord et sont à mon avis plutôt très favorables aux énergies renouvelables.

    - Les éoliennes ne seront pas visibles uniquement depuis la pointe du But, mais sur une large très portion de la côte, depuis la pointe du Château Maugarni sur la côte sauvage, jusqu’aux Sapins.

    - Il est certain que les islais hurleront lorsqu'ils verront apparaître les éoliennes qu'ils n’imaginaient pas aussi nombreuses et aussi hautes sur la ligne d'horizon.

    - Arrêtez de vous faire manipuler, les promesses d’emplois n’engagent que ceux qui y croient.
    A ce propos, je vous invite à lire l’article de Ouest France du 25 novembre (http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/lile-dyeu-85350/eolien-en-mer-focus-sur-les-techniciens-de-maintenance-3871894) : « Le nombre de ces postes demeure incertain. Selon le consortium, ils devraient représenter 50% à 65% des 70 emplois de la base de maintenance ogienne. Au regard des cinquante heures de maintenance par an que requièrent des éoliennes de 5 MW en fonctionnement (au large de l'île, les 62 éoliennes feront 8 MW chacune), on tomberait à 7,5 emplois… ».
    Oui vous avez bien lu 7,5 emplois seulement pour la maintenance selon les calculs de Ouest France !!! Nous sommes très loin des 70 familles que la municipalité imagine s’implanter sur l’île.

    - Enfin, réfléchissons ensemble aux alternatives réalistes susceptibles à la fois de pourvoir des emplois sur l’île, respectant ses paysages, préservant son attractivité touristique et s’inscrivant dans un vrai projet d’énergies renouvelables local (hydroliennes, éoliennes flottantes implantées plus au large, énergie houlomotrice…).

  • #73

    Les bobos ne déciderons pas à notre place. (dimanche, 29 novembre 2015 20:05)

    Mdr "non aux disours de haine " je ne vois pas ou est la haine et si tu veut savoir je suis islais depuis toujours , un vrai qui à la vingtaine et qui en assez des discours moralisateurs.
    j'en ai assez de voir toute cette clique de néo islais qui se croit chez elle , les autres yeu demain en tout genre qui profitent de l'ile 8 mois sur 12 de l'ile et qui retourne à Paris ou Nantes en hiver !
    La population ilaise crève du chômage , les prix de l'immobilier sont cher , et n'importe quel emploi est bon à prendre . Les éoliennes je l'accorde sont moches et ne produisent rien , mais sa fait du boulot et mieux vaut sacrifier une petite partie de l'ile et faire vivre des familles plutôt que de ne rien faire. Et c'est de toute façon aux islais de décider et pas à des bobos écolos qui viennent de je ne sait ou et qui viennent nous étaler leur morale et leur leçons .....

  • #74

    Ostermann (lundi, 30 novembre 2015 09:54)

    C'est une énorme illusion de croire que ces éoliennes vont apporter du travail, puisqu'en parallèle elles vont faire largement diminuer le tourisme. Avant de réserver un gite la plupart des gens vérifieront que l'horizon est bien préservé des éoliennes, et peut-être même aussi craindront ces infrasons dont les effets sont évidents, il suffit de lire le témoignage de M Collas pour en être certains....."Lumière et refuge en haute mer", c'est ce que la plupart des touristes cherchent...En face d'éoliennes c'est une appellation qui perd son sens puisqu'on perd la beauté, l'infini de l'horizon marin...Si les gens dépensent autant d'argent pour venir sur cette île (il faut déjà pouvoir payer le prix d'une location, du parking bien cher, de la traversée en bateau pour une famille entière...) c'est pour la joie d'être au cœur de la nature, sans rappel d'un continent qui ne gène plus au loin, pour ne voir que de petits ports de pêche, bien préservés de l'industrie actuelle...J'ai mal au cœur parce que certains islais ne se rendent pas compte de l'énorme erreur qu'ils sont en train de faire...Ils trahissent leur ilot sublime de nature pour des raisons économiques qui ne sont même pas valables puisqu'ils vont y être perdants!!!
    Et s'ils ne savent pas apprécier la beauté de la pointe du But c'est qu'ils ne savent même plus regarder ni écouter leur île. Je demande pardon à l'Ile d'Yeu pour eux, ils ont eu la chance d'y être nés ou venus, mais ces ilais-là ne la méritent plus et devraient plutôt repartir d'installer ailleurs, à St Nazaire par exemple, ils y trouveront du travail i y a plein d'éoliennes dans le coin et c'est un endroit magnifique.

  • #75

    Pierre-Yves (lundi, 30 novembre 2015 11:06)

    De la même manière, j'ai des amis qui envisageaient d'acheter une vieille maison à l'île d'Yeu pour y passer leurs vacances et peut être pour y passer leur retraite.
    Lorsque je leur ai expliqué qu'un parc éolien gigantesque allait voir le jour, ils ont abandonné tout net leur projet, s'indignant qu'un aussi bel endroit que l'île d'Yeu, véritable paradis de nature vende son âme pour un projet industriel aussi démentiel.
    Pourtant ils prévoyaient de la faire retaper par des artisans islais, dommage pour eux, c'est toute l'économie du tourisme qui va en souffrir.

  • #76

    Aux candidats pour un emploi (lundi, 30 novembre 2015 12:30)

    Il faudra savoir l'anglais !!!!!!
    Et il faudra avoir un an d'expérience dans la maintenance d'éoliennes en mer !!!!!
    Ceci exclut les chômeurs islais.

    C'est écrit en toutes lettres dans Ouest France:
    "Pour être embauché dès 2021, il faudra justifier d'une expérience d'un an dans la maintenance offshore, être en bonne condition physique et insensible au vertige, être autonome dans son travail et avoir un bon relationnel. L'anglais ainsi que la rigueur nécessaire au respect des consignes de sécurité sont indispensables."
    http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/lile-dyeu-85350/eolien-en-mer-focus-sur-les-techniciens-de-maintenance-3871894

  • #77

    marion (lundi, 30 novembre 2015 13:20)

    bonjour,
    JE LIS VOS COMMENTAIRES….
    J'observe que , comme les projets éoliens terrestres, l'effet majeur de ce projet éolien du littoral est de DIVISER les habitants d'une commune
    Ici ce sont les îlais contre les résidents secondaires!
    La conséquence de ce projet est de dresser les gens les uns contre les autres…. ce qui est en encore un méfait de l'éolien industriel, et pas des moindres

    et que dire des estivants, les touristes qui louent en saison ou vont à l'hôtel? le tourisme va en pâtir, autre gros inconvénient de ce projet
    Marion

  • #78

    Ostermann (lundi, 30 novembre 2015 15:05)

    Et pourtant les Ilais devraient être tous les premiers à réagir vues les conséquences négatives qu'ils vont sublr...Pas besoin de les énumérer elles sont tellement évidentes...Et quand les regrets seront là il sera bien trop tard. Les Ilais ont du être hypnotisés je ne vois pas d'autre explication à part peut-être l'argent versé...Endormis avec de l'argent et la pensée d'éoliennes à peine visibles sur l'horizon...

  • #79

    andré (lundi, 30 novembre 2015 15:23)

    Emploi éoliennes : il faut parler l’anglais

    "COMBIEN DE DEMANDEURS D’EMPLOI ISLAIS PARLENT L’ANGLAIS ?

    ... ET COMBIEN ONT UN AN D’EXPÉRIENCE DANS LA MAINTENANCE D’ÉOLIENNES EN MER ?"

    "Alors Monsieur le Maire, vous voyez bien qu'on vous a berné avec des promesses d'emploi impossibles à tenir."
    Lire la suite de l'article sur le blog Lumière et Beauté
    https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/30/emploi-eoliennes-il-faut-parler-anglais/

  • #80

    Emmanuel Vrignaud (lundi, 30 novembre 2015 20:24)

    Cet article de Ouest France du 25 novembre dernier (http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/lile-dyeu-85350/eolien-en-mer-focus-sur-les-techniciens-de-maintenance-3871894) est décidément très intéressant.
    Petite analyse :

    « La réparation de pièces corrodées sur l'enveloppe de l'éolienne se fait par l'extérieur. Il faut aussi se former aux procédures de secours, au risque incendie, aux gestes et postures en milieu confiné, au maniement d'outils lourds.../... Le transfert du personnel du bateau vers l'éolienne et vice versa est une opération particulièrement délicate. »
    Il va sans dire que le travail de technicien de maintenance est un travail très dur. Il faut reconnaitre qu'affronter la mer pour se rendre jusqu'au site, aborder l'éolienne (on se rappelle des périlleux transferts en nacelle des gardiens de phare en mer), travailler à l'extérieur à très grande hauteur, en plein vent, etc... nécessite une sacrée de dose de courage.
    Sont-ils vraiment nombreux les islais qui veulent faire ce travail ?

    « Le nombre de ces postes demeure incertain.../... Une partie d'entre eux seront saisonniers, les opérations préventives étant planifiées quand les vents s'apaisent."
    Les éoliennes sont donc priées de tomber en panne par beau temps. Il est évident qu'aborder les éoliennes lorsque les conditions météo seront mauvaises sera très difficile. Faut-il en conclure que les éoliennes ne seront pas réparées et ne fonctionneront pas si elles tombent en panne en hiver ? Quel gâchis !

    « Au regard des cinquante heures de maintenance par an que requièrent des éoliennes de 5 MW en fonctionnement .../... ».
    Faisons ce simple calcul : 50 heures de maintenance annuelle x 62 éoliennes = 3100 heures de travail par an pour les techniciens de maintenance.
    Prenons très large en doublant ce chiffre de manière à tenir compte des temps de transfert jusqu'au parc et partons donc sur 6200 heures de travail.
    Cela représente à peine 4 équivalents temps pleins, oui vous lisez bien à peine 4 emplois de techniciens de maintenance pour l'ensemble du parc !!!

    A ce chiffre, il faut évidemment ajouter des marins, du personnel administratif, du personnel d'entretien..., ce que confirme Ouest France en prédisant un nombre d'emplois bien inférieur aux promesses du consortium : « Le nombre de ces postes demeure incertain. Selon le consortium, ils devraient représenter 50% à 65% des 70 emplois de la base de maintenance ogienne. .../... on tomberait à 7,5 emplois... ».
    Oui 7,5 emplois seulement selon les calculs de Ouest France !!! Un chiffre à mettre en rapport avec les 70 emplois promis à l'île d'Yeu auxquels il faut ajouter les 55 emplois promis à Noirmoutier !

    « Pour être embauché dès 2021, il faudra justifier d'une expérience d'un an dans la maintenance offshore.../... L'anglais est indispensable. »
    Voilà deux conditions bien discriminantes. Il faudra donc que les techniciens de maintenance aient préalablement travaillé sur d'autres sites offshore qui rappelons-le sont actuellement principalement situés en mer du Nord ou en mer Baltique (Allemagne, Danemark...) ou en Grande Bretagne.
    Combien de jeunes islais disposent de cette expérience pour être éligibles ? Combien sont prêts à s'expatrier ? Quelle est la probabilité qu'ils puissent être embauchés à leur retour ?

    Tout ces éléments donnent à penser que la maintenance des éoliennes sera plutôt effectuée par des "équipes volantes" de techniciens hautement qualifiés et très expérimentés qui se déplaceront de site en site selon les besoins, comme cela se passe déjà dans le nucléaire. Cela explique aussi l'obligation de parler anglais.
    Si tel est le cas, il est évident que ces techniciens ne s'implanteront jamais sur l'île avec leur famille.

    Je peux comprendre que le parc éolien ait pu susciter beaucoup d'espoirs pour la municipalité et les jeunes islais qui se cherchent un avenir sur l'île. En dépit des belles promesses, force est de constater que le consortium se moque des islais. Il est encore temps d'arrêter ce gâchis.

  • #81

    Les bobos ne décideront pas à notre place (lundi, 30 novembre 2015 21:25)

    Arrêtez de dire que les éoliennes vont chasser les touristes , les éoliennes ne seront pas visibles aux sous aux vieilles aux conches à la belle maison aux sabias etc etc ... De plus le parc éolien apporterait des emplois quand aux plus sceptiques sachez que le parc éolien rapportera beaucoup d'argent à la commune qui en a bien besoin en ce moment .

  • #82

    Les bobos ne décideront pas à notre place (lundi, 30 novembre 2015 21:27)

    @ andré dit que nous sommes des illetrés tant qu'on y est !

  • #83

    Personne ! (lundi, 30 novembre 2015 22:41)

    Eolienne ou monstre d'acier ..écologie tu as bon dos pour endormir le naîf de base..l'homme est tellement bête qu'il s'auto détruit ainsi que la nature qu'il entoure...le jour ou l'humanité s'éteindra pour de bon la nature reprendra toujours ses droits même avec du temps !..notre vie n'est qu'une totale illusion de part nos dirigeants ainsi que tous le système qui l'entoure visible et invisible...combien coûte une éolienne en élément physique et mécanique et en entretien.. d'ou viennent les matériaux...j'aimerai simplement qu'on plante ses éoliennes dans le jardin à ses personne qui tirent profis de ce business...mais je suis désolé mais il m'est devenu quasiment impossible de me balader sans voir ces merdes dans mon champ de vision....
    l'écologie de base est faite pour les crédules ou plutôt ce qui croient à la télévision à la presse aux médias...la machine infernale à propagande qui va mené à notre perte de nouveau ! l'histoire se répète..ouvrez les yeux !

  • #84

    Visibilité des éoliennes (lundi, 30 novembre 2015 23:54)

    L'anti-estivant a écrit: "les éoliennes ne seront pas visibles aux sous aux vieilles aux conches à la belle maison aux sabias etc etc ..."

    Mais elles seront visibles lors de la traversée depuis Fromentine, au retour aussi, et depuis les bateaux de plaisance, avions et hélicoptères.
    Elles seront également visibles depuis la Pointe Gauthier, la Pointe Gilberge, Port Joinville, toute la Côte aux Roses, l'Anse des Broches, la Pointe du But, de Château Maugarni et de la Pointe du Châtelet.
    Cela signifie que la moitié des côtes de l'île sera morte pour le tourisme.

    Et si le projet du Sud de l'île voit le jour (3º appel d'offre qui est en attente), ce sera 100% des côtes de l'île qui seront polluées visuellement, et peut être aussi par l'huile de vidange des éoliennes.

  • #85

    Emmanuel Vrignaud (mardi, 01 décembre 2015 01:13)

    « Les bobos ne décideront pas à notre place » a écrit : « le parc éolien rapportera beaucoup d'argent à la commune qui en a bien besoin en ce moment ».

    Voici les chiffres pour être précis :
    Selon les prévisions établies dans le cadre du débat public, la part de taxe spéciale revenant à la commune de l’île d’Yeu s’élèverait à 664 954 € (soit dit en passant moins que la commune de Saint-Jean-de-Monts qui est plus éloignée du parc).

    En 2014, le budget de fonctionnement de la commune de l’île d’Yeu se montait à 11 348 000 €.
    Le produit de la taxe rapportait donc seulement +5,86% de budget supplémentaire (à budget constant bien sûr).

    Que la commune ait besoin d’argent, je n’en doute pas, mais serait-ce une augmentation très significative du budget communal ?
    Je ne pense pas que l’on puisse l’affirmer, d’autant plus qu'en 2014 ce budget a augmenté de 17.07% par rapport à 2013.
    (source : http://www.proxiti.info/budget-commune.php?o=85113)

  • #86

    L'imposture de l'Ademe (jeudi, 03 décembre 2015 01:35)

    Boulange a écrit : « Que de propos hors du temps ! Nous n'avons plus le choix: Il faut d'urgence arrêter de consommer les ressources fossiles pour faire le choix des énergies vertes… Les énergies issues des flux naturels (vents, marées et soleil) sont notre avenir… Consultez le rapport de l’Ademe… ».

    Il faut parfois savoir faire preuve d’esprit critique. Je vous laisse lire ces extraits d’un article rédigé par le chercheur Sébastien Balibar, physicien au département de physique de l’Ecole Normale Supérieure (LE MONDE ECONOMIE, 02.12.2015) :

    « L’illusion d’une électricité 100 % renouvelable

    Accepteriez-vous qu’on installe 50 000 éoliennes géantes donc, en moyenne, une tous les 2 kilomètres sur la moitié de la France ? Et un rideau d’autres éoliennes le long de tout le littoral nord et ouest ? Et des panneaux photovoltaïques sur toutes les toitures, terrasses et champs en friche ? Ou que l’électricité ne soit pas disponible 24 h sur 24 ? Non ?

    Voilà pourtant ce que l’Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) envisage pour 2050 dans son rapport « Un mix électrique 100% renouvelable ? », publié le 22 octobre. …/… Nombreux sont ceux qui l’ont déjà pris pour une proposition de scénario réaliste.

    …/... Pourtant, l’électricité française est déjà décarbonée puisqu’elle est issue pour 3 % seulement de combustibles fossiles, le reste provenant des centrales nucléaires (77 %) et des barrages hydroélectriques (12 %). Il doit donc y avoir, à l’origine de ce rapport, une autre motivation.

    …/… En effet, même si l’éolien et le photovoltaïque ne représentent aujourd’hui que 3 % de la production totale, leur intermittence suffit à introduire des fluctuations qu’il faut compenser. Les éoliennes s’arrêtent si le vent ne dépasse pas 10 à 20 km/h, et il faut les arrêter au-delà de 90 km/h. Une éolienne de 125 mètres de haut fournit une puissance de 3 mégawatts dans des conditions idéales, mais cinq fois moins en moyenne. Même à l’échelle de toute l’Europe , la production éolienne ne cesse de fluctuer. Ajouter des panneaux photovoltaïques qui ne produisent rien la nuit ne résout pas le problème.

    …/… En Allemagne, lorsque leurs 13 % d’énergies intermittentes les abandonnent, ils importent l’électricité des centrales nucléaires françaises et font turbiner les barrages suisses, et comme cela ne suffit pas, ils doivent allumer les nouvelles centrales thermiques qu’ils ont construites à cause de l’intermittence de leurs éoliennes et qui brûlent du charbon, ou pire ce « lignite » particulièrement polluant dont ils sont les premiers producteurs au monde . Et voilà pourquoi, tant qu’on ne saura pas stocker l’électricité en quantités suffisantes, les Allemands continueront d’émettre presque deux fois plus de CO2 que les Français.

    Dans la suite de son calcul, l’Ademe …/... considère que le rendement des éoliennes pourrait être amélioré de 50 % en 2050. Et que les coûts des renouvelables pourraient être divisés par 2, 3 ou même 5 pour aboutir néanmoins... à un doublement du prix de l’électricité.

    Quant aux fluctuations météorologiques, imaginons une semaine d’hiver particulièrement froide. La France aurait besoin, le soir, d’une puissance d’au moins 100 GW. Sans vent ni soleil, donc avec une chute de 70 % de la production d’électricité (dans le scénario de l’Ademe), comment éviter un black-out qui s’étendrait à toute une Europe soumise depuis plusieurs jours aux mêmes conditions météorologiques ?

    …/... A force de tirer les paramètres bien au-delà du raisonnable, l’Ademe finit par démontrer... le contraire de ce qu’elle prétend : 100% d’électricité renouvelable, c’est impossible. »

  • #87

    Ps/eelv les rois du tout béton (jeudi, 03 décembre 2015 15:27)

    Pas besoin d'éoliennes , le mix Nucléaire/Hydrolique fonctionne parfaitement en France , nous sommes le pays developpé le moins pollueur (proportionellement à la population bien sur) grace à nos centrales.
    les éoliennes ne produisent rien mais les écolos sont tellement butés qu'il faut leur en installer partout pour qu'ils soient content et qu'en échange ils fassent des accords politiques PS/eelv histoire de grapiller quelques électeurs naifs.
    Monsieur De Villiers doit bien rire car il y'a 6 ans ce dernier avait dénoncé les éoliennes et tout le monde avait critiqué sa position.. Aujourd'hui beaucoup de gens pensent comme lui ..

  • #88

    Les fossoyeurs de l'humanité (vendredi, 04 décembre 2015 09:19)

    "La dramaturgie climatique oblige à la caricature. En son nom, des rumeurs sont colportées par des soi-disant philosophes, des vrais politiques et des ONG désorientées.

    Il est faux de prétendre que les migrations humaines contemporaines sont provoquées par le réchauffement climatique. Elles sont dues à l’incompétence des dirigeants, aux intolérances religieuses, aux guerres civiles, aux bombardements, au pillage des ressources naturelles et à la misère qui en découle.

    C’est aussi une imposture de prétendre que les bilans de plus en plus meurtriers des cyclones ou d’autres aléas sont les conséquences directes du réchauffement climatique. L’urbanisation anarchique, la précarité des habitats, la déforestation en sont les causes principales.

    Mettre le chaos du monde sur le dos du réchauffement climatique, c’est pratique. Ça permet aux dirigeants politiques et économiques de se présenter comme les sauveurs de l’humanité alors qu’ils en sont les fossoyeurs."

    Source: Robin des Bois
    Association de protection de l'Homme et de l'environnement
    Depuis 1985 / Since 1985
    www.robindesbois.org

  • #89

    Un cas typique de technologie coûteuse : l’éolien marin (vendredi, 04 décembre 2015 13:11)

    Extrait du site de la fondation iFRAP (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques dont le but est d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l’efficacité des politiques publiques).
    L’iFRAP a été reconnue d’utilité publique en 2009.
    (http://www.ifrap.org/agriculture-et-energie/transition-energetique-dites-la-verite-aux-francais) :

    « Un cas typique de technologie coûteuse : l’éolien marin.

    Le coût de production des éoliennes marines en cours de construction est quatre à cinq fois supérieur à celui des coûts actuels de l’électricité (200-220 euros le MWh contre 42-50).
    Cette production étant intermittente et aléatoire, et aucun nouveau mécanisme de stockage n’étant proche d’être rentable, son utilité est deux fois moindre que celle de production contrôlable comme celle des centrales au gaz ou nucléaires.
    Au total le coût des MWh produits par les éoliennes marines sera donc de huit à dix fois supérieur au prix de marché actuel : un écart qui sera payé par le consommateur pendant au moins vingt ans. »

  • #90

    Catherine Tavernier (vendredi, 04 décembre 2015 18:21)

    Merci à Stephane Guerineau d'offrir le seul espace de liberté d'expression et de débat de l'île sur la question du projet industriel éolien. Un seul regret : pour la plupart les interventions sont anonymes, ce qui ouvre la voie aux courageux insulteurs..mais il faut faire avec !
    Arte la semaine dernière a montré des documentaires passionnants: "LES ILES DU FUTUR". Il faut absolument les regarder sur ARTE+7. On y voit très clairement comment dans ces territoires très particuliers que sont les îles, où le problème de l'approvisionnement énergétique renouvelable se pose avec acuité, ont été trouvées des solutions intelligentes, innovantes et bénéfiques pour la collectivité. Elles sont pleinement le lieu privilégié des expériences à taille humaine et donc pourvoyeuses d'emplois. Tout le contraire des projets pharaoniques qui engraissent avant tout les multinationales.
    Je recommande en particulier celui consacré à l'ile de Samso, au Danemark. Cette île qui par sa population permanente est proche de la nôtre, a une activité agricole et touristique, avec toute une partie de son territoire, " légué par leurs ancêtres" complètement protégée. Depuis longtemps les habitants ont réfléchi à la façon de se suffire en énergie de façon autonome et l'ont mis en oeuvre concrètement. Mais l'appétit des consortium qui veulent profiter de la manne que représentent les énergie éolienne ne s'arrête pas à la porte de Samso. Celle-ci se voit menacée par un projet industriel de grande envergure au large de sa partie protégée et les habitants sont furieux.... j'apprends ( source: le dernier numéro de la revue XXI que le Danemark vient de geler les implantations d'usines d'aerogénérateurs).
    Je constate que la majorité des intervenants dans ce débat se prononce contre le rjet industriel éolien et que pour beaucoup d'entre eux ceci ne signifie en aucune manière dire non aux économies d'énergie, à une autonomie énergétique durable de l'île et aux projets locaux, bien au contraire. Les contributions et informations sur ce sujet sont riches.
    Par contre je constate que peu nombreux sont ceux qui se prononcent pour ce projet et qu'ils sont fort peu convaincants. parmi eux M.Pasquier, président de l'Association yeu demain. On sait le rôle écrasant qu'elle a joué aux côtés des élus dans l'adhésion au projet industriel du Consortium. Elle est un interlocuteur privilégié de celui-ci. On sait aussi les moyens de communication locaux dont elle dispose ( radio). C'est la raison pour laquelle je voudrais répondre à sa contribution qui est la première.
    1/M.Pasquier est pour un "système de gestion centralisée de l'énergie renouvelable"( syndrome bien français). Il semble penser qu'on ne refuse rien à l'Etat et pourtant le maire des Sables d'Olonne a dit non à un projet de ce type, de même que les élus et marins pêcheurs de la baie de Somme unanimes.
    2/ Ensuite il se livre à une curieuse opération. Il y aurait des impacts. Il se garde bien de dire lesquels et pourtant on serait en droit d'attendre d'une association qui prétend défendre l'environnement qu'elle le fasse! Ces impacts seraient négatifs puisqu'il évoque les compensations financières, autrement dit on aura des dommages mais de ..l'argent du Consortium! On aura 62 éoliennes très près d'une partie importante de notre littoral, dans une zone de pêche, elles seront" les plus plus hautes du monde" ( selon les propos tenus avec fierté par une porte-parole du Consortium lors du forum des métiers qui vient de se tenir au pôle économique) qui impacteront très sérieusement une partie de notre paysage naturel mais le Consortium nous paiera "une Maison de la Nature"! On pourrait y projeter des films sur les paysages naturels perdus...pour les générations futures! Et puis dans son élan M. Pasquier nous parle d'hydroliennes. Ce n'est pas sérieux! en effet il doit savoir que les hydroliennes en projet au large de Ouessant et Molène ou des Orcades nécessitent de fort courants que nous n'avons pas. Et puis en plus des éoliennes géantes est-ce bien utile?Cela ne serait-il pas un peu beaucoup pour les marins-pêcheurs de l'île ?
    3/ l'argent du Consortium aurait commencé à circuler dans l'île. Il serait démocratique de connaître les associations qui en sont bénéficiaires.
    Face à une décision qui déboucherait sur un changement de vie sur l'île pendant au moins 25 ans, la population doit pouvoir être consultée par un REFERENDUM D'INITIATIVE LOCAL sur le type de transition énergétique qu'elle choisit : soit un projet industriel gigantesque, impossible à maîtriser de façon satisfaisante localement; soit une économie locale qui se donne pour but la recherche de solutions en matière d'énergies renouvelables, sources d'emplois très diversifiés dans un équilibre harmonieux avec les activités existantes: la pêche et le tourisme, perspective autrement enthousiasmante!

  • #91

    André (dimanche, 06 décembre 2015 03:25)

    Nouvel article: Contamination par éoliennes
    https://liledyeu.wordpress.com/2015/12/06/contamination-par-eoliennes/
    Voir les photos, qui en disent long.
    Une vidéo, aussi.

  • #92

    Catherine Tavernier (dimanche, 06 décembre 2015 11:49)

    Merci Monsieur Emmanuel Vrignaud pour votre contribution sur la question des emplois dans l'île. Le forum des métiers de l'éolien auquel j'ai assisté il y a 8 jours confirme absolument vos remarques... en matière d'emplois locaux les résultats risquent d'être plus que décevants mais par contre l'impact sur les activités existantes: tourisme et pêche est certain. Est certain également le fait que si le parc éolien industriel s'installe sera tarie toute recherche intelligente de transition énergétique à taille humaine, source d'emplois diversifiés.
    L'argent versé à la Commune, dont les finances posent problème, plus l'argent versé de ci de là à des associations compensera-t--il ? Notre île est-elle à vendre? Voulons-nous devenir "l'île du Consortium"? Quand je pense que dans les années 70 les habitants de l'île, contre l'avis des élus, ont fait capoter un projet de marina au Marais Salé! Quelque chose a-t-il changé dans l'île? C'est cette fierté de leur île qui existait chez les Insulaires et qui m'impressionnait qui m'a décidée au début des années 90 ( j'étais locataire secondaire dans l'île depuis 1981) à quitter mon lycée parisien pour enseigner 9 ans au Collège public et être depuis insulaire. J'ai compris alors que la beauté d'un lieu est inséparable de la qualité de l'humain.
    Mais avant de dire que quelque chose aurait changé chez les Insulaires il faudrait peut-être que ceux-ci soient informés par les élus et puissent débattre avec eux des enjeux importants pour notre avenir à tous. La "réunion publique" annoncée par les élus pour mardi prochain est une merveille de saucissonnage : 9 sujets différents abordés, de la voirie, du sport etc... à la transition énergétique ( le projet industriel éolien?), et tout ceci organisé en " tables"...les habitués des parlottes y seront à l'aise... C'est vraiment pas sérieux!

  • #93

    Henrichs Agnès (dimanche, 06 décembre 2015 19:00)

    Maire pendant treize ans d'une commune d'un peu plus de 2000 habitants, j'ai appliqué la règle qui veut que l'organisme qui fait les études pour un projet donné ne peut être chargé de réaliser l'opération. Il ne peut être juge et partie. Cela tombe sous le sens et se comprend mieux que beaucoup d'autres règles imposées par le code des marchés publics. Je m'étonne que l'organisme en charge des études pour les éoliennes en mer soit aussi celui qui réalisera l'opération et qui en tirera les bénéfices. Pour le moment, sur ses fonds propres, la Société des Eoliennes en mer Iles d'Yeu et de Noirmoutier mène les études. Si elle doit un jour rentrer dans ses fonds, il faut qu'elle passe à la phase travaux puis à la phase exploitation. Personne ne travaille à fonds perdus. Comment peut-elle mener les études en toute objectivité ? N'a-t-elle pas intérêt à minimiser tous les impacts négatifs puisqu'elle aura les compensations à sa charge ?Je m'étonne que l'Etat ne s'applique pas à lui-même les mêmes règles qu'il impose à toutes les autres collectivités. Si on avait voulu inquiéter les Islais et susciter un rejet, on n'aurait pas agi autrement.

  • #94

    Pourquoi la mairie travaille contre nous? (lundi, 07 décembre 2015 19:45)

    Merci Madame Tavernier de votre message 92. Vous critiquez la réunion publique saucissonnée qui se tiendra mardi. Vous avez bien raison! Neuf sujets débattus à des tables différentes! Quelle façon rusée de noyer le poisson - je veux dire le poison éolien! Les élus ont appris la leçon de la marina du Marais salé que vous rappelez. Maintenant ils maneuvrent pour nous enfumer. Ils nous font croire qu'on participe aux décisions. La décision sur le projet éolien, c'est grave, ils l'ont prise il y a des années sans nous consulter. Ils nous ont trompés aussi. Ils ont pas dénoncé la société WPD qui a bidouillé le photomontage. Même quand la tromperie a été connue, ils ont rien dit. Pourquoi? Pourquoi la mairie travaille contre nous?

  • #95

    Emmanuel Vrignaud (lundi, 07 décembre 2015 20:38)

    Penons un peu de recul, les autres projets de parcs éoliens offshore font-ils consensus ? Petit tour d’horizon :

    Rappelons tout d’abord qu’en dépit de la faible publicité qui lui a été faite, la pétition qui a circulé cet été a récolté au jour d’aujourd’hui presque 4000 signatures !
    Il serait inacceptable que tous ceux qui ont exprimé leur rejet de ce projet ne soient pas entendus.
    (http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/droit-dire-parc-eolien-ile-yeu/15119)

    Comment comprendre la position très équivoque du Conseil Départemental qui a rejeté avec force le projet d'un deuxième parc éolien en mer au large des Sables d'Olonne ?
    Sur un des bulletins du Conseil Départemental on a même pu lire, je cite "ABANDON DU PROJET DE DEUXIEME PARC EOLIEN EN MER : UNE PREMIERE VICTOIRE ».
    Serait-ce un début de prise de conscience de la part de nos élus de la folie de ce projet ? Les mêmes arguments qui ont abouti à ce rejet unanime ne peuvent-ils pas être opposés au projet éolien des Deux Îles ?

    A Noirmoutier totalement enserrée entre deux parcs éoliens (celui des Deux Îles et celui de Saint Nazaire), l’opposition au parc est vive.

    Pour preuve, le récent positionnement de l’association noirmoutrine "Vivre l'île 12/12 " dans son dernier bulletin Automne-Hiver 2015 (association agréée de défense de l’environnement, revendiquant 850 adhérents dont une grande partie de noirmoutrins de souche) :
    « …/… Après avoir participé à un certain nombre de réunions, il ressort que nous sommes sur le fond, tout à fait favorables à une diversification des sources énergétiques .../...
    Nos réserves concernent les moyens mis en œuvre pour les 2 parcs éoliens proches.
    Nous estimons que le choix de l’éolien en mer n’est pas encore suffisamment argumenté et souhaiterions une expertise réellement indépendante concernant les aspects environnementaux, énergétiques et financiers à la hauteur des enjeux.
    Des questions se posent encore : coût de l’électricité produite, effets sur la biodiversité, les écosystèmes, les ressources halieutiques, les mammifère marins, les oiseaux, effets cumulés des différents parcs, impacts du bruit, de la pollution lumineuse, de la turbidité de l’eau pendant les travaux, et pendant les phases d’exploitation et de post-exploitation.
    Les retours d’expérience ne sont pas suffisamment pris en compte, ni les risque de catastrophe maritime pas plus que l’impact réel sur le paysage et le tourisme.
    Des études ont été diligentées par l’opérateur, mais elles ne sont pas consultables. Ce manque de transparence nous inquiète, ainsi que l’arrosage financier qui accompagne le projet, qui neutralise certaines oppositions et engage le processus vers un aboutissement obligé.
    .../… Les réunions publiques nous ont souvent déçus par leur manque de précisions et de réponses apportées…/… »
    Voilà le genre d’analyse lucide et critique dont ferait bien de s’inspirer une association comme Yeu Demain qui se targue d’avoir pour objet la protection de l’environnement.

    Au Tréport (projet jumeau de celui des Deux Îles, 62 éoliennes de 210 mètres de haut entre Dieppe et Mers), l'opposition au parc éolien est également très vive.
    Le 28 juillet dernier, le Maire de Mers-les-Bains s’exprimant au nom de sa commune, mais aussi au nom du syndicat mixte Baie de Somme – Grand littoral Picard, et du Conseil Départemental de la Somme a rejeté solennellement le projet de parc éolien (voir son discours : https://eolienmer-pdlt.debatpublic.fr/sites/debat.eolienmer_pdlt/files/emmanuel-maquet-presentation28072015.pdf ).

    Le 9 novembre dernier la mairie de Luc-sur-Mer a voté à une écrasante majorité contre le projet éolien devant les plages du Débarquement (parc de Courseulles-sur-Mer), notamment en raison de l’impossibilité du classement à l’UNESCO des plages du Débarquement en cas de maintien du projet.
    Autre argument qui ne peut qu’interpeller, le fait « d’acheter les communes ! C’est une forme de corruption légale, mais certains élus s’en rendent bien compte ! ».
    (source : http://www.libre-horizon.com/spip.php?article227)
    De toute évidence, le problème du conflit d’intérêt se pose de manière récurrente pour chaque projet.

    En Allemagne (pays sur lequel la France prend modèle en matière d’énergie renouvelable), le parlement du Land de Mecklenburg-Vorpommern a décidé cette année de stopper les projets de parcs éoliens sur la côte Baltique.
    La raison : une étude très sérieuse montrant les répercussions désastreuses des parcs éoliens offshore sur le tourisme (18,9% de touristes ne reviendraient pas à cause de la vue d’un parc éolien offshore).

    etc...

    Islais, interrogez-vous ! Les projets de parcs éoliens offshore sont tous fortement contestés. Ce projet ne doit pas passer en force ! Devez-vous accepter l’inacceptable ?

  • #96

    Futur candidat #elections2020 (mardi, 08 décembre 2015 15:18)

    Moi j'attend toujours un pont entre les conches et Saint Hilaire de Riez , d'ailleurs pour les anti éoliennes preparez vous psychologiquement car dans moins de 10 ans je serait candidat et ce sera dans mon programme.

  • #97

    andré (mercredi, 09 décembre 2015 08:37)

    Des pêcheurs du Mexique se plaignent qu'ils ne peuvent plus pêcher dans la grande lagune qui les nourrit depuis toujours. L'huile des éoliennes contamine l'eau et les crevettes. Voir la vidéo ici: https://liledyeu.wordpress.com/2015/12/06/contamination-par-eoliennes/

  • #98

    ANNE CHAUSSEBOURG (mercredi, 09 décembre 2015 22:05)

    1/ Bravo à tous ceux et à toutes celles qui participent à ce forum et bien sûr bravo à La Gazette de l'avoir ouvert
    2/ Regrets pur ceux et celles qui y mettent de l'agressivité
    3/ Encouragements pour y voir clair en l'absence de réponses à des questions précises :
    combien d'emplois, de quelle nature et sur quelle période?
    quel montant et sur quelle durée les redevances à la municipalité, au comité des pêches, aux associations...?
    quelle crédibilité à accorder aux études sur les études de risques et d'impact commandées et payées par le maître d'ouvrage?
    quand seront-elles rendues publiques?
    En un mot : quand islais, résidents secondaires, touristes occasionnels et réguliers disposeront -ils des informations nécessaires pour débattre et décider de ce projet? La municipalité se doit de prendre en compte une demande aussi simple.

  • #99

    Tristan Pinatel (jeudi, 10 décembre 2015 08:17)

    L'association Yeu Demain est l'interlocuteur privilégié de la mairie. C'est elle qui a donné un avis favorable aux éoliennes il y a plusieurs années. Cette année Yeu Demain a validé la création du parc photovoltaïque des corbeaux sans en dire un mot lors de ses réunions d'information.
    Le projet photovoltaïque est porté par Mr Charruau , adjoint au maire de l'ile d'Yeu mais aussi responsable de la transition énergétique dans l'association Yeu Demain.
    La "concertation" se fait donc toujours entre les mêmes , le but étant d'informer le moins possible les habitants ,et pouvoir imposer les éoliennes ,les champs photovoltaïques ,etc...

  • #100

    Dom. (jeudi, 10 décembre 2015 22:35)

    Chers opposants arrêtez de nous mentir sur les données que vous citez.
    Le prix du kilowatt est sous-estimé dans la production nucléaire. Il ne comprend pas le démantèlement des centrales qu’il faudra bien réaliser un jour. Celui de l’éolien est comptabilisé avant que le site soit réalisé. Quel sera le coût de la production du futur EPR, s’il voit un jour, le jour ? Pour le nucléaire vous oubliez bien vite les drames de Tchernobyl et de Fukushima. Le drame évité de justesse au Blayais en 1999. N’ayons pas la mémoire courte, surtout actuellement avec la menace terroriste. Et quel héritage allons-nous laisser aux générations futures avec tous ces déchets dangereux pour des milliers d’années ? Que vaut-il mieux, un champ éolien qui produit quand même pas mal d’électricité malgré ce que vous dites, avec l’appui de la centrale de Cordemais déjà construite, ou une centrale nucléaire qui nous pètera au visage un jour ou l’autre.
    Concernant l’impact visuel, mis à part à la Pointe du But, il faudra se tordre le cou afin d’apercevoir les éoliennes. D’ailleurs, seule la première est à 12 kilomètres de l’Ile d’Yeu, les autres sont distantes de près d’un kilomètre rangée après rangée, il convient donc de dire que peu d’éoliennes sont à environ 12 kms des plus proches côtes et non 62. Les dernières seront invisibles la plupart du temps. De toute manière lorsque l’on ne veut pas voir quelque chose le plus simple n’est-il pas de ne pas le regarder ?!
    Gros impact sur le tourisme nous dit-on. Plus personne ne voudra venir sur l’île. Depuis l’annonce du projet aucun fléchissement de l’immobilier n’est constaté. Etonnant ! Quel constat sur le parc le plus proche de chez nous. Sur les communes de Bouin et de Beauvoir sur Mer, les habitants non pas fuient, même pas une plainte. Bizarre ! On ne leur a pas distribué des comprimés d’iode à eux contrairement aux habitants proches d’une centrale nucléaire ! Les foulées du Gois ont toujours le même succès. Le classement du Gois au titre des sites d'intérêt national est presque acquis, malgré qu’il y ait en fond une lignée d’éoliennes. Etrange ! Pourquoi alors à Yeu et Noirmoutier le touriste fuira selon vous ?
    Les infra-sons, maintenant. Comme pour le son, ils sont sensibles au vent pour leur propagation. Le futur champ éolien est implanté idéalement. Son emplacement a été déterminé d’ailleurs par les marins pêcheurs. Là où il est placé, les vents dominants épargneront les côtes les plus proches de ses infra-sons (Yeu et Noirmoutier). Les côtes exposées sont donc très loin du projet (Pornic, St Nazaire).
    On nous parle depuis peu de pollution par l’huile des boites de vitesse. Quel est le nombre de fuite sur l’ensemble des éoliennes en exploitation, on se passe bien de nous le dire dans vos commentaires. Les navires croisant au large de nos côtes contiennent combien de litres d’huile chacun dans leurs moteurs. Personne ne soulève le problème, pourtant là aussi le risque de pollution existe.
    Mme Tavernier, la grande prêtresse. Pourquoi crachez-vous sur Yeu-Demain ? Vous avez été présidente de cette association, il y a quelques années ! Vous avez peu de reconnaissance avec vos amis d’alors. Au passage cette association a été obligée de changer de nom après votre départ afin de gommer, à l’opinion, la mauvaise image vous y aviez laissé. L’association que vous avez créé ensuite (Quel île ?) on en est-elle ? Elle a fait un flop ! Bien signe que vos idées ne sont pas porteuses. Hélas pour vous, il en sera de même pour ce dossier de l’éolien. Vous ne faites que brasser du vent. Votre référendum, c’est il y a 5 ans qu’il fallait le faire, pas une fois que tout est engagé. Et malheureusement, vous auriez été gravement déçu, tant par le taux de participation que par le nombre d’avis défavorable au projet.
    Alors Messieurs et Mesdames arrêtez de blasphémer. Laissez les islais prendre les emplois qu’on leurs propose. Car là aussi il y aura des emplois de créés et plus que vous en dites. En ces temps de fort chômage, touchant aussi, hélas, nos îles, tout emploi est bon à prendre, nous n’avons pas le droit de cracher dans la soupe.
    Cordialement

  • #101

    Hazard Jeanne (vendredi, 11 décembre 2015 04:23)

    @Dom. On ne peut pas ne pas réagir. Les attaques personnelles ne sont certainement pas prévues dans l'esprit de ce forum qui se veut, je pense, un débat d'idées. @Dom, vous attaquez Mme Tavernier personnellement derrière un pseudo. La moindre des choses, ce serait de le faire à découvert. De ce fait, quelle est votre identité ? Pourquoi devez-vous vous cacher? Qui etes-vous?

  • #102

    andré (samedi, 12 décembre 2015 08:17)

    Dom, vous avez écrit: "lorsque l’on ne veut pas voir quelque chose le plus simple n’est-il pas de ne pas le regarder ?!"
    Avec ce raisonnement, on n'a plus qu'à mettre une cimenterie à côté du Taj Mahal ...

    Vous semblez penser que les anti-éoliens sont pro nucléaires. Ou plutôt, vous espérez que nous le soyons, afin de pouvoir réduire votre argument à la phrase simpliste : mieux vaut l'éolien que le nucléaire.

    Vous vous rendez compte cependant que l'éolien tout seul ne sert à rien. Il lui faut l'appui d'une centrale à gaz - "avec l’appui de la centrale de Cordemais déjà construite", avez vous écrit. Mais ce que vous ne dites pas, c'est que les éoliennes auront un facteur de charge de 25% environ, et la centrale de Cordemais (turbine à combustion) fournira l'appoint, soit 75%. Mais ces 25% d'éolien ne seront pas de l'énergie propre, car la variabilité du vent entraîne une variabilité 8 fois plus prononcée de la production des éoliennes. La centrale à gaz de Cordemais devra donc consommer davantage de carburant pour compenser les creux dans la production des éoliennes, en temps réel car on n'a pas les moyens de stocker cette électricité. Ça la forcera en effet à accélérer et freiner sa production très souvent. Comme une voiture en ville consomme deux fois plus qu'une voiture sur autoroute, la centrale de Cordemais consommera environ deux fois plus de combustible par kWh produit, et cela à cause des éoliennes.

    Les économies de combustible réalisées par les éoliennes seront donc annulées par l'augmentation de la consommation de la centrale à gaz. C'est pour cela que les émissions de CO2 du Danemark et d'Allemagne n'a pas baissé malgré toutes leurs éoliennes. Celles-ci sont en fait inutiles. Mieux vaut nous contenter de centrales à gaz fonctionnant normalement, et ne pas construire d'éoliennes du tout. Ça nous permettra d'ailleurs de construire des centrales à gaz à cycle combiné, qui consomment moins (elles ne changent pas de régime assez rapidement pour appuyer les éoliennes). On économisera aussi des milliards d'euros que les consommateurs n'auront plus à payer sur leurs factures d'électricité (via la taxe CSPE), et puis on économisera sur les combustibles fossiles qu'on n'aura plus à brûler pour fabriquer des éoliennes, construire leurs bases de ciment, leurs lignes de transmission, et pour leur transport, leur construction, leur entretien et leur démantèlement.

    à suivre...

  • #103

    andré (samedi, 12 décembre 2015 08:28)

    Suite... (votre message était très long, or il appelle des réponses sur bien des points)

    Les éoliennes sont une arnaque qui se perpétue à coup de subventions pharaoniques et de renvois d'ascenceur aux politiques qui les votent. Ainsi se financent leurs campagnes électorales, ce qui explique pourquoi la droite comme la gauche ne peuvent se passer de cette manne, qui est en fait illégale. Quant aux élus locaux, ils ont aussi accès à l'assiette au beurre, d'où leur intérêt à cacher aux populations les inconvénients des projets éoliens, sans considération aucune pour le dommage qu'ils font : santé (infrasons), environnement (mazout sur les plages, risque de marée noire, vibrations affectant mammifères marins, poissons et crustacés), dévaluation immobilière, carnage d'oiseaux et de chauves souris, effets négatifs sur la pêche, le tourisme et l'emploi, enfin électricité plus chère pour tous, y compris les Islais.

    Continuons avec vos arguments: "Sur les communes de Bouin et de Beauvoir sur Mer, les habitants non (sic) pas fuient (re-sic), même pas une plainte".
    Ce n'est guère étonnant: les médias ne publient rien qui puisse faire du mal à l'éolien, qui est le projet phare du gouvernement. Ignorez vous que 99% de la presse française est subventionnée? Quant à la television, elle est totalement inféodée au politiquement correct, c'est à dire à l'éolien. Si les médias ne publient pas leurs plaintes, comment saurons nous si les habitants de Bouin et de Beauvoir sont heureux de leurs éoliennes? Quant au tourisme, on ne vient pas de toute la France, de Belgique, d'Angleterre et d'Allemagne pour passer des vacances á Bouin et Beauvoir. Mais on vient pour l'île d'Yeu. Notre île attire des estivants à haut pouvoir d'achat de partout, ce qui fait sa prospérité. Pour l'instant, ils ne se rendent pas compte de l'impact des éoliennes. mais attendez un peu qu'ils les voient sous leur nez, quand ils feront la traversée depuis Fromentine. Et attendez aussi qu'il se construise un second parc éolien au sud de l'île https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/21/468/ . Ils fuiront en grand nombre. Bien des Islais perdont leur emploi, ou verront diminuer leur chiffre d'affaires.

    à suivre...

  • #104

    andré (samedi, 12 décembre 2015 08:33)

    Suite et fin (ouf!)

    Vous dites aussi: "Le classement du Gois au titre des sites d'intérêt national est presque acquis". Mais bien sûr! Vous ne pensez tout de même pas que le gouvernement va faire la bourde de refuser son classement! Ils se serviront du classement pour faire de la propagande pour l'éolien, leur grand projet national! J'imagine les manchettes des journaux: "le Gois classé - les éoliennes de Bouin considérées comme un clin d'oeil du futur! " Ils ont bien mis une éolienne sur les Champs Elysées - pour la pub de la COP21. L'esthétique, ils n'en ont rien à cirer. Seuls comptent le succès de la COP, leur bonne entente avec le lobby éolien, et les prochaines élections. Si le vert se vend bien dans les sondages, ils se peindront en vert.

    Vous dites que "les vents dominants épargneront les côtes les plus proches de ses infra-sons (Yeu et Noirmoutier)". C'est inexact. En cherchant sur internet, je constate que selon les vents dominants, les infrasons affecteront notre île, le continent entre Fromentine et St Jean de Monts, et Noirmoutier. Voici la carte des vents (Distribution de la Direction du Vent - dérouler la page vers le bas): http://fr.windfinder.com/windstatistics/ile_d_yeu
    Comparez vous mêmes avec la situation du projet: https://liledyeu.wordpress.com/contact/

    Vous dites: "Les navires croisant au large de nos côtes contiennent combien de litres d’huile chacun dans leurs moteurs. Personne ne soulève le problème, pourtant là aussi le risque de pollution existe."
    Justement ! C'est bien assez des bateaux, pas besoin d'en rajouter. Voyez les photos ici: https://liledyeu.wordpress.com/2015/12/06/contamination-par-eoliennes/
    ... et la vidéo montrant les pêcheurs de crevettes mexicains, qui se plaignent que les éoliennes contaminent leur pêche.

    En ce qui concerne Yeu-Demain, je ne sais pas à combien se monte la subvention que leur donne la mairie. Je ne sais pas non plus combien ils vont toucher du promoteur du projet éolien, et combien ils ont déjà reçu de lui. Mais leur opinion en perd beaucoup de son objectivité. C'est comme la LPO, et c'est comme les pêcheurs. C'est aussi comme vous même, si vous êtes un élu. Il y a conflit d'intérêts dans ce genre de situations. L'argent a un gros pouvoir sur les gens. et sur leurs opinions. C'est triste à dire, mais c'est comme ça.

    Vous écrivez : "Laissez les islais prendre les emplois qu’on leurs propose."
    Mais on a vu les conditions de ces emplois : https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/30/emploi-eoliennes-il-faut-parler-anglais/.
    Très peu d'Islais auront ces qualifications. Peut être même aucun. Qui a un an d'expérience de travail sur éoliennes en mer? Et parler l'anglais en plus, et ne pas avoir le vertige.

    Enfin vous dites : "tout emploi est bon à prendre"...
    Ah oui? A n'importe quel prix pour la communauté?
    ..."nous n’avons pas le droit de cracher dans la soupe".
    Mais cracher sur ceux qui vont perdre leur emploi à cause du projet, on a le droit?
    Défigurer une île qui est un bijou, on a le droit?
    Considérer son intérêt particulier avant l'intérêt général, on a le droit?


  • #105

    masse critique (samedi, 12 décembre 2015 15:24)

    S'il n'y a pas assez de travailleurs qualifiés pour les emplois offerts, il n'y aura pas de base de maintenance sur l'île.
    Or il n'y en a pas assez., peut être même pas du tout.
    Donc, emplois sur l'île, ZÉRO.

  • #106

    Pas d'emplois pour les Islais ! (dimanche, 13 décembre 2015 14:06)

    "Donc, emplois sur l'île, ZÉRO. "
    Pas d'emplois pour les Islais ! Alors tout ça c'est de la frime ! C'est du pipeau !
    En fait, on nous demande de sacrifier la beauté de notre île, qui nous donne des tas d'emplois par le tourisme et les maisons des estivants, pour que la mairie touche un peu plus d'argent, 5% de son budget. De qui se fout on?

  • #107

    Pertes d'emploi (lundi, 14 décembre 2015 21:48)

    Ne pas oublier aussi les pertes d'emplois. Il y en aura, car avec les éoliennes, l'île n'attirera pas autant les gens de l'extérieur: touristes, estivants, résidents secondaires et même primaires (retraités). Et puis la baisse de la qualité esthétique de l'île, pour les gens qui viennent passer ici leurs loisirs et dépenser leurs économies, limitera le potentiel de l'île d'Yeu pour le futur.
    Défigurer une île qui vit du tourisme, c'est ce qu'on appelle se tirer une balle dans le pied.

  • #108

    laforet (mardi, 15 décembre 2015 18:06)

    non non aux eoliennes .
    trop d'inconvenients par rapport à la production d'electricité
    pollution de l'eau
    pollution visuelle
    Cette ile est trop belle pour la massacrer avec un projet aussi couteux et aussi peu rentable
    Non non non aux eoliennes de yeu

  • #109

    Dom. (mardi, 15 décembre 2015 19:10)

    André, c’est tout de même étrange, à vous lire, tous ceux qui défendent le projet éolien sont corrompus ?! Vous ne parlez que d’argent. N’est-ce pas là votre grande crainte, voir votre propriété perdre de sa valeur, si les éoliennes voient le jour ? Pour nous les islais qui ne sommes pas des spéculateurs, ce ne serait que du bonheur, ça permettrait au moins à nos jeunes de pouvoir plus facilement s’implanter sur notre île. Personnellement, je ne défends aucun intérêt particulier, mais simplement mon île et les islais. Ces derniers se sont toujours fait par le passé, excusez-moi de l’expression, "baisés" par des écolos comme vous et vos amis. Alors continuer, plus vous combattrez comme vous le faites, plus ils se motiveront pour ce projet d’avenir éolien. Nous les islais, nous n’avons pas peur de l’évolution technique, nous savons trop bien où se situe notre avenir. Ce n’est pas en regardant les autres communes prendre à pleines mains les bons projets que notre île maintiendra 5000 habitants à l’année. C’est en prenant toutes les opportunités qui se présentent que nous y arriverons, quitte à déplaire à certaines personnes comme vous, venant nous voir que quelques jours par an.

  • #110

    andré (jeudi, 17 décembre 2015 06:48)

    Dom a écrit : "André, c’est tout de même étrange, à vous lire, tous ceux qui défendent le projet éolien sont corrompus ?! "

    Non, pas nécessairement. Surtout, beaucoup ne se rendent pas compte. Prenons un exemple: - Vous dirigez une association. Des gens aimables viennent vous voir. Ils s'intéressent au futur de l'île, et surtout à vos projets. Ils vous disent qu'ils travaillent contre le réchauffement climatique, ce qui vous met en confiance... Ils vous parlent alors de leur grand projet d'énergie "propre", des emplois qu'ils vont créer pour les Islais... Vous sympathisez.... Alors ils font une généreuse donation à votre association, que vous acceptez.
    - Où est le mal, dites-vous, si vous pensez que leur projet est une chose positive?

    La même chose, à quelques variantes près, se passe avec les pêcheurs, les élus, et autres personnes susceptibles de faire dérailler le projet s'ils ne sont pas amadoués au départ.

    La corruption morale ou financière, elle, entre en jeu lorsque les bénéficiaires de cette manne ne sont pas francs avec leurs compatriotes - c'est à dire lorsqu'ils leur cachent ce qu'ils savent, qu'ils restent sans rien dire quand il est révélé que le (premier) promoteur avait truqué les photomontages, qu'en fait on verrait les éoliennes depuis une bonne partie des côtes de l'île, qu'il n'y aurait pas vraiment de création d'emplois, qu'au contraire cela nuirait à l'économie islaise, que ça impacterait négativement la population en général, etc. En se taisant, voire en défendant les demi-vérités lancées par le promoteur, ils se font complices de grande tromperie.

    C'est encore pire, bien entendu, s'ils reçoivent des avantages personnels, tels que cadeaux, voyages, repas gourmands, vins, liqueurs, frais payés, enveloppes, actions de la compagnie, etc.

  • #111

    Que dit la mairie ? (vendredi, 18 décembre 2015 14:58)

    La mairie devrait nous expliquer pourquoi elle soutient ce projet, puisqu'il n'y aura pas de création d'emplois sur l'île.
    A t elle oublié l'intérêt des Islais? Seul compte l'argent qu'elle touchera?

  • #112

    andré (samedi, 19 décembre 2015 06:45)

    Les élus gardent le silence, espérant que l'orage passe. Ils ne se rendent pas compte que plus ils attendent, plus ils se rendent complices de la grande tromperie.

    Voici une autre pìèce à mettre au dossier :

    Contamination : 2º volet

    Dissolution de métaux toxiques dans la mer (10 tonnes par éolienne !)

    Source: un article du prestigieux magazine allemand Der Spiegel

    Pour en savoir davantage :
    http://www.gazette-iledyeu.fr/2015/10/30/parc-éolien-des-îles-d-yeu-et-noirmoutier-ils-en-parlent/

  • #113

    andré (samedi, 19 décembre 2015 06:53)

    Pardon ! Le lien correct, c'est :
    https://liledyeu.wordpress.com/2015/12/19/contamination-2o-volet/

  • #114

    Sandrine (samedi, 19 décembre 2015 09:14)

    On sait qu'il existe de meilleures solutions que ces immenses éoliennes qui vont dévaster et polluer les fonds marins. C'est une grave erreur à la fois sur les plans énergétique, écologique et financier. Par ailleurs c 'est du bon sens de comprendre que ces éoliennes vont faire fuir les touristes. L'ile d'Yeu attire parce qu'elle est loin du continent, qu'elle est restée sauvage, que l'eau marine est plus pure qu'ailleurs...un ilot de pureté préservée.
    Quand on sait ce que la présence d'éoliennes envoie comme produits toxiques dans l'océan on se pose des questions avant d'aller se baigner... Quand on sait qu'on ne peut plus voir un coucher de soleil sans éoliennes devant, défigurant l'horizon on décide d'aller voir les beaux couchers de soleil ailleurs, c'est à dire sur une autre île restée préservée. Quand on ne peut plus faire son tour à vélo sans voir presque la moitié de notre chère île avec des éoliennes sur l'horizon on est tellement désolés qu'on ne revient plus... Des touristes qui vont renoncer à l'ile d'Yeu il y en aura énormément, bien plus que vous croyez. J'en connais déjà beaucoup qui disent renoncer à aller sur l'Ile d'Yeu si on met en place ces éoliennes. Par ailleurs les pêcheurs sont contre ce projet, et la majorité des ilais également. Avec un peu de bon sens on ne peut être favorable à un tel projet. Sauvez notre île!!!

  • #115

    une vidéo étonnante. (lundi, 21 décembre 2015 04:34)

    Ce reportage vidéo est passionnant. Pour les éoliennes offshore, le scandale est encore plus grand puisque l'électricité produite sera 4 fois plus chère que la conventionnelle (au lieu de 2 fois pour le terrestre), plus le coût d'adaptation du réseau et celui des centrales à gaz d'appui, donc environ 6 fois plus chère.
    Et vu la taille énorme des projets en mer, on peut imaginer des pots-de-vin encore plus alléchants que ceux dont parle la vidéo.
    Imaginer, c'est notre droit à tous.
    Voici la vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=lVrxw1jMYkQ





  • #116

    Catherine Tavernier (lundi, 21 décembre 2015 16:27)

    Madame ou Monsieur Dom vous me calomniez grossièrement et anonymement. Il n'y a, c'est bien connu, de calomnies qu'anonymes! Ce faisant vous espérez détourner le débat riche de réflexions et d'informations ouvert par la Gazette vers des attaques personnelles et des insultes. Vous ne faites ainsi que me renforcer dans l'idée que la seule façon pour que dans l'île ne se développe pas une atmosphère délétère est que le Maire et son Premier adjoint convoquent une REUNION PUBLIQUE sur le projet industriel éolien, comme ce fut le cas sur les PLU, mais aussi la liaison entre Yeu et le Continent ((soudain malheureusement redevenue d'actualité!) etc...Je fais circuler une pétition en ce sens mais il n'y a dans notre île aucun endroit public où elle peut-être lue, sans parler bien évidemment de Neptune FM. Aurait-on dans notre île à taille humaine peur de la démocratie ?
    Les lecteurs et intervenants de cette tribune doivent absolument aller sur le site de l'Association de NOIRMOUTIER : " VIVRE L'ILE 12 sur 12"( 850 adhérents m'a t-on dit) www.12sur12.org. Leur dernier bulletin comporte un texte vraiment digne d'une association indépendante : "POSITION DE 12 SUR 12 SUR LE PROJET EOLIEN EN MER AU LARGE DES ILES D'YEU ET NOIRMOUTIER". Elle exprime pleinement les inquiétudes légitimes qu'une association encore une fois indépendante peut avoir sur ce projet.
    En ce qui me concerne je peux dire que c'est le peu d'informations qui a filtré dans la réunion publique du 21 juillet convoquée par la CNDP - Commission Nationale du Débat Public- qui m'a vraiment interpellée et obligée à poser publiquement des questions sur un enjeu pour notre île de la plus haute importance

  • #117

    Dom. (lundi, 21 décembre 2015 22:38)

    Monsieur André je suis assez surpris par votre dernière découverte, "dissolution des métaux toxiques dans la mer". Les fabricants d’éoliennes font comme les constructeurs navals, ils protègent leurs œuvres de l’agression de la mer. Faut-il à cause de ces protections arrêter tout le trafic maritime ? Comment viendrez-vous sur l’île alors ? Les métaux se dissolvent dans la mer, c’est simplement un cycle naturel, pas plus polluant qu’autre chose. Comme dit la phrase si célèbre "rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme". Si l’on suit votre raisonnement, heureusement que Mme Royal à choisit le consortium GDF-SUEZ (Engie), car nous avons beaucoup moins d’acier dans la mer (moins d’éoliennes que le projet WPD). Qu’allez-vous nous faire découvrir la prochaine fois, pour faire peur au lecteur de ce forum ? J’en tremble déjà !
    Mme Tavernier, dans votre dernier commentaire je suis surpris sur deux points. Vous demandez une réunion publique, mais sauf erreur de ma part la municipalité depuis la fin du Débat Public, a organisée au moins une réunion publique sur le sujet. Peut-être que l’issue n’est pas allée dans le sens que vous espériez, mais elle a bien eu lieu ! Evidemment la municipalité ne fera pas des réunions toutes les semaines pour vous, c’est bien compréhensible. D’autre part lorsque l’on n’est pas sur la même ligne que vous je vous trouve bien susceptible, je ne vous calomnie pas, ni vous insulte, je fais simplement référence à vos actions passées, couronnées il est vrai de bien peu de succès. Puisque vous faites référence à la liaison Yeu-Continent, demandez donc aux islais de renoncer aux catamarans de la Compagnie Yeu-Continent, vous allez voir comment votre demande sera accueillie ! Personnellement, je vais rire au moins cinq minutes, et il n’y aura pas que moi ! Pour conclure, vous êtes contre ce projet éolien, moi je suis pour, et pas à 100%, mais à 200%, nous ne pourrons donc jamais nous entendre.

  • #118

    Emmanuel Vrignaud (mercredi, 23 décembre 2015 02:00)

    Mon cher (chère ?) Dom

    Vous êtes décidément bien seul à défendre sur ce forum ce projet, avec fort peu d’arguments qui se perdent hélas en invectives personnelles.

    Il n'a jamais été question de nier les difficultés que peuvent éprouver les islais qui aspirent à vivre sur l'île. Il est également légitime que la municipalité cherche des solutions pour enrayer le déclin économique et démographique de l'île.
    Avec vous, applaudissons donc des deux mains à l'implantation de ce parc éolien.

    L'Homme a décidément cette capacité incroyable à bousiller tout ce qu'il y a de plus beau au monde.
    L'île d'Yeu, "la perle de l’Atlantique" comme le vantaient les brochures touristiques, en acceptant ce projet industriel aura à mes yeux définitivement perdu son âme, cela en est triste à pleurer et me révolte.

    Etre pour les éoliennes, c'est surtout ne pas avoir compris que des territoires insulaires comme l'île d'Yeu sont des endroits exceptionnels, véritables conservatoires des paysages, au même titre qu'ils sont des conservatoires de la biodiversité.
    En toute objectivité, pouvez-vous me citer un seul endroit de la côte vendéenne qui égale en beauté et en diversité les côtes de l'île d'Yeu ?
    Une telle proximité des éoliennes par rapport à la côte nord de l'île est tout simplement un non-sens absolu.

    Vous avez écrit : « Concernant l’impact visuel, mis à part à la Pointe du But, il faudra se tordre le cou afin d’apercevoir les éoliennes."
    Mais comment peut-on écrire pareille ineptie, c'est très mal connaitre la géographie de l'île et le gigantisme total de ce projet.
    J'invite également tout un chacun à se figurer l'impact visuel des éoliennes : en se plaçant à la pointe du But, la première rangée sera sensiblement aussi haute sur la ligne d'horizon que la tourelle des Chiens Perrins (NB : cela est facilement démontré par le fameux théorème de Thalès).

    Vous avez également écrit : « Le classement du Gois au titre des sites d'intérêt national est presque acquis ».
    Peut être, mais c’est pour faire oublier que le classement du Gois à l’UNESCO, inscrit comme comme promesse dans la profession de foi du nouveau président de région est très fortement compromis. L’UNESCO n’apprécie pas en effet la présence d'éoliennes et a menacé à plusieurs reprises de retirer son label de sites (Mont Saint Michel, Jurassic Coast en Angleterre...) si des projets voyaient le jour à leur proximité.

    Vous parlez du risque nucléaire. Ce risque existe certes, mais en ce qui nous concerne, le parc éolien expose l'île encore plus à un risque de catastrophe maritime lié aux navires abordant l'estuaire de la Loire.

    .../...

  • #119

    Emmanuel Vrignaud (mercredi, 23 décembre 2015 02:02)

    suite :

    En définitive, ce projet n'est ni plus ni moins qu'un projet monté et vendu par un lobby industriel puissant, espérant un retour sur investissement, sous couvert de fausse bonne conscience écologique à l'heure des bonnes résolution de la COP 21.
    Soyez certain qu’ils se moquent éperdument de faire le bonheur des islais. Pire encore, l’argent qu'il verse aux associations et aux collectivités afin de museler toute forme d'opposition.
    De plus, ne nous y trompons pas, il n'y a strictement rien d'écologique dans ce projet : les fondations vont devoir engloutir des milliers de tonnes de béton, pour produire ce béton il va falloir prélever des quantités pharaoniques de sable sous-marin qui vont modifier les flux hydrosédimentaires, la mortalité des oiseaux marins sera effroyable, les poissons vont déserter les lieux, les fonds sous-marins vont être dévastés, etc...

    Tout aussi grave, de concertation, il n'y en en aura eu aucune, comme le prouvent les dernières communications du consortium, communications qui se veulent apaisantes mais qui ne font qu'enfumer encore plus les islais.
    Vous avez donc raison, il n'y a pas besoin de réunions publiques puisque le projet ne sera de toute façon modifié en rien. Cela est absolument scandaleux.

    Quand le voile sera levé, les islais n'auront plus que leurs yeux pour pleurer et ce ne sont pas les quelques 6% de budget communal supplémentaire ni les quelques maigres emplois "subalternes" dévolus à des islais qui compenseront le préjudice subi en terme de perte d'attractivité touristique et de retombées négatives sur la pêche.
    J'ouvre les paris sur le nombre réel de techniciens de maintenance islais qui seront embauchés, étant données les conditions drastiques d'embauche formulées par le consortium (avoir un an d'expérience dans l'éolien offshore, etc...).

    Enfin, il faut aussi comprendre que la solution choisie ("l'éolien posé", c'est à dire des éoliennes offshore qui reposent sur des fondations très coûteuses à construire) est une technologie qui sera bientôt OBSOLETE.

    L'avenir, ce sont par exemple des parcs d’éoliennes flottantes qui ont notamment l'immense avantage de pouvoir être implantées à plus grande distance des côtes (voir par exemple : http://www.usinenouvelle.com/article/siemens-va-installer-la-plus-grande-ferme-eolienne-flottante-au-monde.N369176).

    L’avenir ce sont aussi des solutions techniquement innovantes comme l’utilisation de l'énergie houlomotrice, comme par exemple le projet mené au large du Croisic avec l’Ecole Centrale de Nantes (voir : http://www.planete-energies.com/fr/medias/decryptages/l-energie-houlomotrice-l-utilisation-du-mouvement-perpetuel).

    Voilà le genre de projets auxquels j'applaudirais des deux mains, avec des impacts visuel et écologique bien moindres, susceptibles d'apporter des emplois aux islais et porteurs d'un vrai projet local de développement des énergies renouvelables, et non ces verrues immondes implantées à bien trop grande proximité des côtes islaises.

  • #120

    des soles au zinc (jeudi, 24 décembre 2015 06:18)

    Dom: "Les fabricants d’éoliennes font comme les constructeurs navals, ils protègent leurs œuvres de l’agression de la mer. Faut-il à cause de ces protections arrêter tout le trafic maritime ?"
    Mais les bateaux n'utilisent pas d'anodes sacrificielles qui se dissolvent massivement dans la mer : avec les 62 éoliennes de 1100 tonnes chacune, ce sont 620 tonnes de métaux qui se dissoudront en 25 ans, soit 25 tonnes par an, et ceci près des côtes d'Yeu et de Noirmoutier!

    Et puis c'est une curieuse logique. 1) Vous voulez de l'énergie propre; 2) on vous montre que les éoliennes ne sont pas propre; 3) du coup vous changez votre fusil d'épaule en répondant: peu importe si elle est sale, il y a d'autres choses qui le sont aussi!
    Le pire c'est qu'il y a des gens qui se laissent convaincre par ce genre de pirouettes!

    Dom : "Les métaux se dissolvent dans la mer, c’est simplement un cycle naturel, pas plus polluant qu’autre chose".
    Oui, sauf qu'ils s'accumulent dans la chair des poissons. Nous avons déjà les poissons au mercure, nous aurons bientôt les bars à l'aluminium, les soles au zinc et les colins à l'indium. Ceci grâce aux éoliennes, sur lesquelles le retour d'expérience est par ailleurs accablant.

  • #121

    andré (samedi, 26 décembre 2015 11:29)

    Le photomontage de Martine Genty compare les éoliennes avec le château d’eau du continent.
    C'est saisissant !
    Voir notre nouvel article: https://liledyeu.wordpress.com/2015/12/26/571/

  • #122

    Dom. (lundi, 28 décembre 2015 00:09)

    Mr Vrignaud, ce que vous ne désirez pas, c'est de voir les éoliennes, hors l'implantations du champ a été déterminé par les pêcheurs de l'Ile d'Yeu. Tout simplement parce que c'est le site qui les pénalise le moins dans leur activité. Des éoliennes flottantes situées plus loin seront probablement plus pénalisantes pour les marins pêcheurs car sur leur pêcherie. Elles se situerons sur les lignes Maritimes. Elles seront aussi plus polluantes, les navires de maintenances auront de plus grands trajets pour aller sur site. Seul l'impact visuel sera moins important pour ceux comme vous qui trouvent laids ces moulins des temps modernes. Concernant les anodes sacrificiels, tous les navires en possèdent, qu'ils soient en acier, mais aussi en bois et en polyester. Vous n'avez donc jamais vu de navire à sec !!! Vous faites hélas parti des personnes qui ne voient que leur nombril.

  • #123

    Dom. (lundi, 28 décembre 2015 00:25)

    Mr André vous l'avez enfin trouvé la simulation de Mme Genty. Ce montage pitoyable et le mot est faible, montre bien une éolienne 6 fois plus haute que le Kulmino. En effet, la simulation montre a distance similaire un gros trait (à droite) comme je l'ai précisé dans l'article #43, 6 fois plus haut que le Kulmino, soit une éolienne de 350 mètres. Quant au deuxième trait à gauche de ce chateau d'eau sur la photo, qui serait situé à 12Kms du photographe là le trait est 12 fois plus haut !!! Vous et vos "amis" ne seraient jamais crédibles avec de tels procédés. Arrêtés de nous prendre pour des idiots !!! Mme Genty est certainement une grande photographe, mais pas pour le photomontage, ce n'est pas pour rien qu'il y a des bureaux spécialisés et homologués.

  • #124

    Dom. (lundi, 28 décembre 2015 00:28)

    Bonne nouvelle en cette fin d'année pour l'Ile d'Yeu, le maitre d'ouvrage poursuit son projet à voir sur http://iles-yeu-noirmoutier.eoliennes-mer.fr/la-decision-du-maitre-douvrage/

  • #125

    Jean ROUTEAU (lundi, 28 décembre 2015 19:36)

    Résident secondaire depuis 1948, propriétaire depuis 1974 et habitant ma maison islaise 7 mois par an depuis le printemps 2007,
    Je milite en tant qu'adhérent de l'Association NENY (Non aux Eoliennes entre Noirmoutier et l'île d'Yeu) car suis depuis le début du projet très inquiet quant à ses conséquences paysagères. Je crains fort, en effet, un très néfaste impact visuel.
    C'est d'abord dans ma tête que je me suis représenté le futur en comparant des hauteurs connues comme à l'île d'Yeu celle du Grand Phare (50 m au dessus du niveau de la mer) et celle des éoliennes (215 m pale comprise).
    Imaginer la vision d'un tel spectacle marin en guise d'horizon m'inquiète beaucoup, c'est pourquoi j'ai participé à une réunion sur le sujet organisé le 27 Oct. 2015 à la Citadelle par le consortium (ENGIE, etc ..)
    Il nous a été présenté des photomontages très impressionnants (vues depuis le brise lames de Port Joinville, depuis la Pointe du But, depuis la Pointe de Gilberge).
    La société GEOPHOM réalisatrice de ces photomontages était présente à la réunion, de même qu'un expert du CNRS qui était là pour nous rapporter sa critique scientifique. En particulier il nous a expliqué qu'il fallait déterminer des lieux géographiques où nous pourrions nous placer pour observer des amers connus et nous représenter l'impact visuel qu'auront les futures éoliennes.

    Ainsi, en application du théorème de THALES , si nous allons près de Bouin au carrefour des D21 et D59 (à 1.5 km des feux rouges de Bouin en direction de Bois de Céné), nous pourrons voir les 8 éoliennes actuelles de la même façon que nous verrons les premières rangées du futur champ en nous plaçant sur l'île d'Yeu à la Plage du But.

    Personnellement, je m'y suis déjà rendu 3 fois par des temps différents et à chaque fois j'ai vraiment été abasourdi par le spectacle désolant, par l'horreur de la vision, en me disant que toutes proportions gardées, c'est ce que je risque de voir demain de l'île d'Yeu en pire puisque il y aura bien plus que seulement 8 éoliennes ...
    J'ai eu un choc, j'en pleurais presque. C'était bien pire qu'après avoir vu les photos à la Citadelle !

    Aussi, j'invite tous les islais qui ne se rendent sûrement pas encore suffisamment compte de ce qui les attend, ou qui n'ont pas assez réfléchi au sujet, de se rendre sur le continent au point indiqué ci-dessus. Ils en reviendront parfaitement informés, avertis de ce qui les menace si le projet est mené jusqu'à son terme. Il n'est pas possible de rester indifférent après avoir vu cela.

    J'en témoigne,et suis maintenant encore plus renforcé dans ma certitude des dégâts qui pourraient être causés, et dans l'horreur que nous verrons jours et nuits (62 clignotants rouges !...) de notre côte islaise.


  • #126

    Emmanuel Vrignaud (lundi, 28 décembre 2015 22:18)

    En réponse au post #122 de Dom

    Non mon cher (ma chère ?) Dom, je ne vois pas que mon nombril.

    Je vois les espoirs déçus des islais à qui on a laissé entendre que leurs enfants pourraient rester vivre sur l’île grâce aux emplois générés par la base de maintenance.

    Je vois les craintes de tous les islais qui vivent du tourisme (commerçants, artisans, prestataires de service…) et qui vont pâtir de l’impact catastrophique de ces éoliennes sur l’attractivité touristique de l’île.

    Je vois la colère des marins-pêcheurs qui n’ont aucune garantie que soit modifié le plan de câblage, condition essentielle pour que la pêche au chalut dans le parc soit possible.

    Je vois la colère des marins-pêcheurs de l’Herbaudière qui sont eux totalement opposés au projet.

    Je vois les conséquences écologiques désastreuses de l’implantation des éoliennes (sur les fonds sous-marins, la faune sous-marine, les oiseaux marins), sans compter les risques absolument non évalués sur les flux hydrosédimentaires et le risque d'érosion accru des côtes.

    Je vois enfin la tristesse de tous les amoureux de l’île d’Yeu dont les paysages sans équivalents ont été vendus sans scrupules à des industriels.

    En ce qui concerne l'alternative des éoliennes flottantes implantées plus à distance des côtes, bien évidemment le choix du site ne pourrait se faire qu’en concertation pleine et entière avec les marins-pêcheurs. Bien évidemment elles poseraient des difficultés supplémentaires en terme de raccordement et d’accès.

    Mais en dehors de ces contraintes, ce choix résoudrait la plupart des inconvénients des éoliennes offshore « posées », et n'aurait pas seulement comme conséquence un impact visuel bien moindre et bien plus acceptable :
    - leur installation serait bien plus facile et le coût d’implantation serait bien moindre ;
    - leur impact écologique sur les fonds sous-marins serait moindre ;
    - elles bénéficieraient de vents plus forts et plus constants ;
    - au besoin elles pourraient être ramenées dans un port pour assurer de très grosses réparations ;
    - le démantèlement du site à terme ne poserait aucune difficulté.

    Extrait du site France Energie Marine (http://www.france-energies-marines.org/Les-energies-marines-renouvelables/Interview-L-eolien-flottant-en-4-questions) :
    « L’éolien flottant pourrait devenir la plus importante source d’énergie marine renouvelable bien avant 2050. …/… En France, on se trouve en phase préindustrielle : on peut envisager des éoliennes flottantes connectées au réseau électrique entre 2018 et 2020. …/… A terme, il n’y a aucune raison que l’éolien flottant soit plus cher que l’éolien posé.…/… En France, il existe aussi un potentiel intéressant en Manche-Ouest, en Bretagne et à l’ouest des Pays de la Loire. »

    Cette alternative ne doit pas être occultée.

  • #127

    Emmanuel Vrignaud (mardi, 29 décembre 2015 01:32)

    En réponse au post #123 de Dom

    Pour clore définitivement le sujet à propos du photomontage de Mme Genty (voir article de Ouest France http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/lile-dyeu-85350/eoliennes-trois-fois-plus-grandes-quun-chateau-deau-3820121) : il faut reconnaitre que sa représentation est en effet quelque peu erronée.

    Pour figurer correctement la hauteur du premier rang d'éoliennes depuis Port Joinville il faut bien la dessiner 7 fois plus haut que la hauteur du Kulmino.
    Cela est démontré par le théorème de Thalès (dommage que l’on ne puisse pas insérer un schéma sur ce forum) : 210m / 12km = 7 x (70m / 28km).

    Sur la photo de Mme Genty, la dimension correcte du premier rang d’éoliennes se situerait donc approximativement à mi-hauteur entre les traits de gauche et de droite.
    Ne vous en déplaise mon cher (ma chère ?) Dom, au delà des erreurs malencontreuses de ce schéma, cela est déjà parfaitement monstrueux.

    Avec la même méthodologie de calcul, il est également facile de démontrer que depuis la pointe du But le premier rang des éoliennes sera sensiblement aussi haut sur la ligne d’horizon que la tourelle des Chiens Perrins.

    Islais, pensez-vous qu’il soit ainsi acceptable de défigurer ainsi votre île ?

  • #128

    andré (vendredi, 01 janvier 2016 17:59)

    Dom a écrit: "Arrêtés (sic) de nous prendre pour des idiots !!! Mme Genty est certainement une grande photographe, mais pas pour le photomontage, ce n'est pas pour rien qu'il y a des bureaux spécialisés et homologués."

    Je réponds: Mme Genty vaut mieux que les "bureaux spécialisés et homologués" qui truquent les visuels, comme on l'a vu avec celui du premier projet, qui faisait DISPARAÎTRE les éoliennes complètement. Quant au visuel publié cette année par le nouveau promoteur, il utilise des artífices pour diminuer son impact visuel: angle d'ouverture de l'objectif, choix des premiers plans, lumière, brume de mer, position du soleil, nuages...

    Le visuel de Mme Genty au moins le mérite de secouer les Islais de leur torpeur. J'ai calculé qu'en gros, les éoliennes du 1er rang apparaîtront 8 fois plus hautes que ce que l'on aperçoit du Kulmino, ce qui est horrible quand on pense qu'il y en aura 62 disposées sur plusieurs rangs.

    Mon article a été remanié en fonction de mes calculs.
    https://liledyeu.wordpress.com/2015/12/26/571/
    Peut être pourrez-vous convaincre Ouest France d'en faire autant?

  • #129

    andré (dimanche, 03 janvier 2016 18:22)

    Le 28 décembre, Dom a écrit. "Concernant les anodes sacrificiels (sic), tous les navires en possèdent, qu'ils soient en acier, mais aussi en bois et en polyester. Vous n'avez donc jamais vu de navire à sec !!! Vous faites hélas parti des personnes qui ne voient que leur nombril. "

    Je vous réponds : hormis la ridicule attaque personnelle adressée à M. Vrignaud, qui ternit VOTRE image et non la sienne, voici mon commentaire:
    62 éoliennes dont chacune relâchera dans la mer 10 tonnes d'aluminium, de zinc et d'indium, cela fait 620 tonnes de métaux toxiques DE PLUS qui finiront en partie dans les huîtres, les moules, les patagos, les tourteaux, les homards, les crevettes, les bigorneaux, les bulots, et les poissons.
    Pour une énergie que l'on dit "verte", c'est un peu dur à digérer, c'est le cas de le dire.

    Ajoutez à cela que la France a construit très discrètement 16 centrales à gaz pour réguler la production des éoliennes, donc que les émissions de CO2 et de gaz polluants vont augmenter au lieu de diminuer. On se demande donc si la transition énergétique n'est pas un attrape nigaud. Aux USA, un livre dénonce le fait que les subventions favorisent ceux qui financent les campagnes électorales. On est donc en présence d'une manière de financer les partis politiques - rien à voir avec sauver la planète. C'est bel et bien une escroquerie, comme le dit cet excellent documentaire que l'on retrouve sur YouTube et un peu partout: http://contrevents.free.fr/pages/video07.htm
    Il y a aussi des livres, en français et en anglais, et des tas d'articles qui le disent. Des millions de personnes sensées, dans le monde, se sont mobilisées pour lutter contre cette arnaque planétaire. Que les médias les ignorent ne prouve pas que ces personnes ont tort - à l'époque du "politiquement correct" je dirais même "au contraire".

    Ne laissons donc pas l'île d'Yeu faire les frais de cette entourloupe. D'ailleurs, Monsieur le Maire le sait bien que ce projet est mauvais pour l'île, sans cela il viendrait s'expliquer ici. Il préfère donc se cacher, espérant que l'orage passera, et que nos commentaires seront vite oubliés.
    A ce propos, j'aimerais demander à la Gazette qu'elle publie un article reflétant les vues de "Lumière et Beauté", exposées ici: https://liledyeu.wordpress.com Je m'offre à proposer un texte qui les résume..
    Ceci dit, je remercie la Gazette de l'objectivité dont elle fait preuve en publiant nos commentaires ici même. Voilà qui est démocratique, voilà même qui est courageux! Bravo la Gazette !
    Ceci contraste avec l'attitude de Radio Neptune, qui ignore complètement tous ceux qui ne sont pas d'accord avec le monstrueux projet, et bien entendu leur arguments, aussi sensés qu'ils soient..

  • #130

    Les éoliennes de Bouin!!!!! (lundi, 04 janvier 2016 23:02)

    J'étais sur le continent aujourd'hui. Je suis allé à Bouin à l'endroit indiqué par Jean ROUTEAU (lundi, 28 décembre 2015 19:36) - commentaire #125 :
    "Ainsi, en application du théorème de THALES , si nous allons près de Bouin au carrefour des D21 et D59 (à 1.5 km des feux rouges de Bouin en direction de Bois de Céné), nous pourrons voir les 8 éoliennes actuelles de la même façon que nous verrons les premières rangées du futur champ en nous plaçant sur l'île d'Yeu à la Plage du But."

    C'est désespérant en effet. On verra les éoliennes en mer comme le nez au milieu de la figure. Pire encore qu'à Bouin depuis le carrefour D21 et D59, car il n'y aura pas d'arbres, de prairie et de maisons pour distraire le regard. On les verra sur la nudité de l'océan, et il y en aura 62 au lieu de 8 !!!!!

    Autre chose: sur les visuels, les éoliennes ne tournent pas. Mais à Bouin, elles tournent, et ces pales immenses qui tournent font bien plus d'effet qu'une photo immobile. L'effet visual du "parc" offshore sur l'île d'Yeu sera DÉVASTATEUR.

    On va tuer la poule aux oeufs d'or, c'est vrai!

  • #131

    Les suicides à Bouin (mercredi, 06 janvier 2016 15:04)

    Bouin a connu une vague de suicides, qui s'est calmée ces deux dernières années. S'agit il de cette minorité d'hyper-sensibles aux infrasons, que les éoliennes empêchent littéralement de dormir? Les infrasons sont inaudibles à la grande majorité des gens, mais pas sans effets (à terme) sur la santé. Par contre ils sont audibles à certaines personnes, les hyper-sensibles. Les entendant, et souffrant de leurs effets beaucoup plus tôt que la majorité, les hyper-sensibles aux infrasons souffrent d'insomnies chroniques, de maux de tête, de nausées, de vertiges, d'acouphènes, d'arrythmie cardiaque, de haute tension, d'acouphènes, de tachycardie, de difficultés de concentration, etc. Voir http://lemontchampot.blogspot.fr/2014/12/approche-epidemiologique-des-tres.html

    C'est comme le mal de mer: certains y sont sensibles, d'autres pas. Mais imaginez avoir le mal de mer pratiquement 24h sur 24, 7jours sur 7, et ce pendant des années.... Et ne pas en connaître la cause... Il y aurait en effet de quoi se pendre.
    Or le village de Bouin est sous le vent de 8 éoliennes (quand le vent souffle de l'Ouest, donc le plus souvent).

    Pas de suicides par contre à Beauvoir sur Mer, qui est également proche des éoliennes. Mais celles ci sont au Nord du village. Ceci pourraît il expliquer la différence? Ou alors faudrait il étudier les chagrins d'amour: sont ils plus fréquents et plus désespérés à Bouin qu'à Beauvoir? En tous cas, si les infrasons y sont pour quelque chose, Noirmoutier pourrait être plus exposée que l'île d'Yeu, à cause de la direction des vents dominants.

    Certains professionels de la santé alertent que les éoliennes peuvent avoir des effets nocifs sur les riverains jusqu'à 10 km. C'est ce qui a été prouvé par des études faites sur le terrain en Australie. Mais certaines victimes ont fait savoir qu'elles "entendent" les infrasons des éoliennes jusqu'à 30 km.
    À Eskdalemuir, le centre écossais chargé de détecter les explosions nucléaires tout autour de la terre, on a fait interdire les éoliennes dans un rayon de 50 km, car ce qui produit les infrasons envoie également des vibrations dans le sol, qui sont ressenties jusqu'à cette distance.
    http://eprints.keele.ac.uk/210/

  • #132

    Eglantine (mercredi, 06 janvier 2016 19:14)

    Je prends le temps de lire tous les messages, en amoureuse de l'ïle d'Yeu, n'y possédant rien d'autres que des souvenirs et des rêves !
    Justement mes souvenirs y étaient beaux, bourrés de naturel, de poésie, de promenades à vélo, de grand air, d'étendue vierge vers l'horizon.
    Penser que tout sera saccagé par ces maudits opportunistes, vandales des temps modernes me retournent les tripes !
    Je suis sensible aux infrasons, je vis près d'éoliennes, et je vous affirme que c'est un calvaire tous les jours de l'année et toutes les nuits. Surtout la nuit qui d'habitude est indispensable au repos !
    J'ai aussi observé, pour les tenants utopistes des emplois créés que c'est une f........ e ! je vous livre les lettres en vrac, à vous de les replacer dans l'ordre : e - o - i - a - u - s - t ! Chez moi aussi le maire vantait l'emploi ! (il faut faire feu de tous bois pour convaincre les gens raisonnables), et bien aucun emploi créé, ces sociétés ont leurs personnels qui arrivent avec camions, grue, etc... pour la maintenance ce sont aussi des sociétés étrangères ! Il y a plus de 7 ans que j'observe et j'affirme : les emplois créés c'est une vaste fumisterie ! c'est ZERO toto !
    En revanche les nuisances, qui sont minimisées, elles sont réelles ! Les commissaires enquêteurs sont aussi voyous que les "promoteurs", mille pardon j'allais écrire "rabatteurs" car c'est de cela dont il s'agit, les élus sont complices ainsi que l'Etat qui pense acheter les voix des écolos-bobos-parigots n'y connaissant rien !
    J'ai entendu, de mes deux oreilles hyper sensibles, le sénateur Jean-Vincent Placé, si vous voyez de quel arrogant je parle, qui palpe plein de sous en tant que sénateur, dire à : "on n'est pas couché" : "je ne connais rien à l'écologie ! On se pincerait si l'on n'avait pas déjà les éoliennes qui vous meurtrissent les oreilles ! Mais alors JVP soyez logique, optez pour un autre parti : "les guignols" par exemple, et en tous cas RENDEZ LES SOUS ! car pour parader (comme vos copains tous aussi nuls en écologie, mais super forts en opportunisme), et orienter des décisions aussi suicidaires écologiquement et économiquement pour le pays, cela relève du crime, c'est du scandale pur. C'est de la trahison ! Moi quand je subis mes éoliennes de malheur je rêve de la guillotine, oui de la guillotine pour tous ceux qui participent à cette mascarade mortifère !
    Vous ne pensez pas que JVP, par exemple, mais c'est vrai aussi pour la Ministre de l'Ecologie, viendront passer une seule nuit sous ces machines infernales ! Pour sacrifier les autres ils n'ont aucun scrupule ! 500 mètres des habitations a dit Mme La ministre de l'Ecologie, autant dire qu'elle signe notre arrêt de mort, toute pétillante et contente d'elle-même ! Mais quel cadeau aux "rapaces" ! ( Que reçoit-elle en retour ?)
    Un jour il faudra reprendre les fourches et mettre ces énarques au travail à l'usine, au cul des vaches, dans les ateliers et les abattoirs, pour leur faire comprendre ce qu'est la vie réelle ! La vie réelle ce n'est pas de se pavaner à Bruxelles, de prendre l'avion tous les matins pour organiser des meetings, montrer son sourire (avec toute ses dents), tout ça en costume-cravate nickel, ou en ensemble de chez Dior, avec petit foulard assorti !
    Les énarques devraient obligatoirement travailler 10 ans en usine avant d'être relâchés dans la nature !
    Donc des décisions de bourges prises au détriment du petit peuple pour satisfaire des bobos-ayant-toujours un pet de travers, telle Mme Duflot, Mr Baupin, et sa douce compagne ! Barbara et son pote ! Bref de ces écolos-là ras-le-bol, j'ai rendu ma carte !
    Faites-en de même, et ne vous laissez manger la laine sur le dos ! Ne laissez pas votre île, préservée et sublime, se faire massacrer par ces porteurs de malheur ! COURAGE, battez-vous !

  • #133

    "les énarques au cul des vaches" ! (vendredi, 08 janvier 2016 21:33)

    Tout à fait d'accord ! Marre de ces dirigeants coupés de la réalité qui bousillent notre économie comme Angela Merkel fait avec la sienne, en nous imposant cette énergie intermittente et hors de prix, qui ne crée en fin de compte que de la pauvreté et du chômage. Sans parler du reste : effets sur la santé (infrasons), contamination des eaux, destruction des ressources touristiques et de l'immobilier, massacres d'oiseaux, dévastation de l'environnement...
    Et puis oui, tous ces suicides à Bouin, on en parle sur le continent. C'est en effet troublant.

  • #134

    andré (mercredi, 13 janvier 2016 06:42)

    On dirait que l'unique défenseur du projet est à court d'arguments. Nous avons en effet réfuté les belles promesses qu'il reprenait pour le compte des promoteurs. Nous savons en effet depuis peu que le projet ne créera pratiquement pas d'emplois sur l'île - voir: https://liledyeu.wordpress.com/2015/11/30/emploi-eoliennes-il-faut-parler-anglais/
    Nous savons aussi que les fameuses retombées financières n'apporteront qu'environ 5,86% de plus au budget de la Mairie - voir ci-dessus le commentaire # 85 de M. Emmanuel Vrignaud (mardi, 01 décembre 2015 01:13).

    Il est évident qu'il ne faut pas approuver un projet aussi gigantesque (3 fois la taille de l'île) qui ne rapportera aux Islais que des clopinettes. Il aura par contre de nombreux impacts négatifs, enlaidissant fortement nos paysages, faisant fuir touristes et estivants, appauvrissant tout le monde et rendant certains habitants malades (infrasons). Ajouter à cela la contamination de la mer, le risque de marée noire, les effets sur l'environnement (courants, déplacement du sable des plages, effets des vibrations de la construction puis du fonctionnement sur les coquillages, crustacés, poissons et mammifères marins; enfin les effets mortels des pales sur oiseaux et chauves souris). Ajouter encore le danger de voir un second projet offshore se développer au sud de l'île, détruisant l'attrait de la Côte Sauvage.

    C'est un marché de dupes: il y aura de l'argent pour les élus, les pêcheurs, et quelques associations - bref, les privilégiés. Mais quant à nous, pauvres mortels, nous paierons les pots cassés. On ne s'attaque pas impunément à ce qui fait vivre l'économie ( ici, le tourisme et les estivants ).

  • #135

    andré (samedi, 16 janvier 2016)

    Voir notre nouvel article :
    Eoliennes : bilan négatif
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/01/16/eoliennes-bilan-negatif/

    Vous pouvez être avisés automatiquement de la parution d'un nouvel article en cliquant sur le bouton "Suivez" à droite sous la photo.

  • #136

    Un pavé dans la marre des opposants (dimanche, 17 janvier 2016 02:42)

    La commission d'enquête publique vient de rendre son avis sur le projet de parc éolien de St Nazaire. Et l'avis est favorable.
    L'article de ouest france du 13 janvier est très interessant au sujet de l'impact visuel des éoliennes en mer et l'influence sur le tourisme. Mesdames et messieurs les anti-éoliens vos principaux arguments ne tiennent plus. Je me permets de porter à votre connaissance ci-après un extrait de cet article : "L'impact visuel des éoliennes, avec notamment ses conséquences sur le tourisme, a été le premier sujet de préoccupation exprimé lors de l'enquête publique concernant le parc de Saint-Nazaire qui comprendra 80 éoliennes à plus de 12 km des côtes. 232 contributions évoquent ce sujet soit 30 % des participants, selon le rapport de la commission. Pour ce parc, 26 % (195) des avis exprimés sont favorables, 62 % (467) sont défavorables. Certains ne tranchent pas. Mais la commission s'est rendue dans le Kent en Angleterre pour y observer le parc éolien offshore de Ramsgate et a constaté "à quel point cet impact visuel était susceptible de varier très rapidement au cours d'une même demi-journée, jusqu'à en faire disparaître en partie la vision".De plus, "aucune étude ni retour d'expériences ne confirme la crainte que la présence d'un parc éolien en mer s'accompagne d'une dévaluation des biens et d'une chute de la fréquentation touristique", ajoutent les enquêteurs." http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire-44600/parc-eolien-avis-favorable-de-la-commission-denquete-publique-3965068

  • #137

    Un pavé dans la marre des opposants (dimanche, 17 janvier 2016 02:44)

    Si l'on prend le temps de lire le rapport de cette commission d'enquête sur le sujet de cette visite en Angleterre, l'on y découvre aussi que la maintenance éolienne a permis de créer de nombreux emplois, et de faire croitre la population et les activités portuaires dont ont bien besoin nos deux iles. L’immobilier n'a pas été dévalué bien au contraire et les touristes ne sont pas partis vers d'autres destinations. Voici ci-dessous le paragraphe sur le sujet.
    "Afin de mieux cerner le problème de l’impact visuel du projet par rapport au littoral, objet de très nombreuses observations du public et des associations, la commission d’enquête a estimé nécessaire de visiter des parcs éoliens présentant des configurations analogues. Elle a demandé aux maîtres d’ouvrage de l’envisager à partir du 20 août 2015. Cette possibilité n’est offerte que par des parcs éoliens à l’étranger. La direction de projet a sélectionné ceux situés au large de Ramsgate, en Grande Bretagne, dans le Kent, à 200 km au nord de Londres. Cité balnéaire de 35 000 hab. environ, mais aussi port de pêche, elle dispose de plusieurs parcs éoliens implantés au large à différentes distances par rapport au littoral.
    Le déplacement s’est effectué les 23 et 24 septembre 2015.
    La commission a pu dans un premier temps, visiter une zone d’atterrage de câbles de transport d’énergie du parc éolien de Thanet, située au sud de Ramsgate et dans un deuxième temps découvrir les parcs éoliens implantés au large de Ramsgate.
    La commission a pu constater que le tracé du raccordement empruntait le sous-sol des voies publiques très proches des maisons d’habitation ;
    A partir de plusieurs points d’observations du littoral, elle a pris la mesure de l’impact visuel des parcs de :
    - Thanet : 100 éoliennes, hauteur maximale des machines en bout de pâles par rapport au niveau de la mer : 150m, implantées à 11,3km au large de Foreness Point, distance inter-éoliennes 500m, superficie du parc 35 km2.
    - Kentish Flats I et II (en cours de construction), 30 + 15 éoliennes, 130 à 140m en bout de pâles par rapport au niveau de la mer, situé à 8,5km par rapport au littoral, distance inter-éoliennes 700m.
    - London Array : 175 éoliennes, parc implanté à 28,5km du littoral, distance inter-éoliennes 900m, superficie du parc 100km2.
    Les conditions météorologiques d’observation étaient favorables, belle visibilité avec alternance de nuages et d’éclaircies entraînant une découverte dynamique des parcs et des machines visibles partiellement, en totalité ou pas du tout dans des laps de temps relativement courts. Un trafic de navires au premier plan des parcs éoliens pouvait être observé permettant aux observateurs d’avoir des repères et de quantifier les facteurs d’échelle.
    A partir de ces observations, les membres de la commission s’estiment mieux armés pour qualifier plus objectivement l’impact visuel des champs éoliens depuis le littoral. La visite à Ramsgate a été complétée par un entretien de 2h avec le directeur du port. Ce port abrite des activités de plaisance, des bateaux de pêche et les sites de maintenance des parcs éoliens. Les membres de la commission ont aussi interrogé des citoyens locaux (serveurs, promeneurs…).
    Le premier parc éolien (Kentish Flats I) a été installé en 2005 et depuis cette date, près de 300 éoliennes ont été implantées au large en 10 ans. Si à l’origine quelques opposants se sont manifestés contre le projet, progressivement le déploiement de nouveaux parcs est devenu un véritable outil de développement économique de la région. La population a cru de près de 1000 habitants, la station balnéaire est restée très prisée, le commerce s’est développé, la base de maintenance des parcs éoliens emploie environ 500 personnes, le port de pêche a été agrandi. L’impact environnemental et la perception des parcs depuis la côte semblent très largement relativisés par la dynamique économique locale créée par les parcs. L’immobilier a suivi le même essor et les membres de la commission d’enquête ont été sensibles à la qualité et au charme des cottages anglais." http://www.loire-atlantique.gouv.fr/content/download/19520/141765/file/Rapport%20parc%20éolien-1.pdf
    Je vois déja les commentaires de certains nous déclarant que ces gens là ont été achetés par le promoteur ! Mais ça commence à faire vraiment beaucoup de monde. Je conclu simplement en disant que le projet éolien des deux iles est d'une importance économique capitale pour nos territoires, pour des nuissances très relatives.

  • #138

    Collas (dimanche, 17 janvier 2016 12:16)

    Comme une pierre que l'on jette dans l'eau vive d'un ruisseau, votre pavé dans la marre ne fait pas de grandes ondes... Oui je suis un des 68 % d'opposants qui ont coupé leurs vacances afin de participer à cette Enquête publique du Parc de St Nazaire programmée en juillet/août... Peu de Touristes nous ont rejoint, il est vrai que la Presse locale n'en a pas parlé et à ignoré nos articles d'Opposants... Peut-on comparer les parcs éoliens en mer froide de Ramsgate où les Promoteurs ont invité les Commissaires enquêteurs avec notre Belle côte atlantique qui attire le Tourisme 12 mois par an... Différentes clientèles se succèdent toute l'année, avec un apport supplémentaire des Croisières qui font escales à Nantes et st Nazaire pour visiter la Brière et notre belle Côte Sauvagae... Oui je suis un opposant avec le Collectif "Côte Ouest Sans Eolienne" qui a déposé 29 remarques lors de cette Enquête http://www.loire-atlantique.gouv.fr/content/download/19523/141777/file/Rapport%20raccordement.pdf (voir pages 129, 130 et 131..) Mais j'ai participé aussi au Grand Débat Publique qui a comme sur les autres Projets Offshore été une belle comédie qui a trop souvent donné la parole à des intervenants défendant les Projets et pilotés par les Promoteurs( je n'ai pas dit payés) ... Donc on veut nous imposer ces éoliennes géantes qui ne seront pas plus grandes que des allumettes comme le disent les Verts pour défendre cette énergie verte qui en terrestre n'ont rien prouvé... un gros investissement, des impacts minimisés, des fonds marins dévastés et et 28 km de câbles haute tension 225000 volts entre la plage familiale de la Courance à St Marc jusqu'à Prinquiau... et tout au long des cheminées pour évacuer la chaleur diffusée par les câbles... Oui je suis un Opposant depuis 2008 quand j'ai compris que l'éolien était loin d'être la solution énergétique pour la France... il suffirait d'attendre un peu les résultats des expériences sur les énergies marines en cour (Houle, marées, vagues, température, salinité) Donc on va faire fuir le tourisme comme je l'ai fait moi-même en bradant ma maison de Jans 44170 car malade des éoliennes et de leurs infrasons... Oui je suis un Opposant malade des éoliennes et j'ai fui le 44 pour la Vendée où il n'y avait pas de Projets, mais je me suis fait avoir car les projets sortent des tiroires des Elus depuis la COP21 (Chantonnay, Les Pineaux, Bournezeau; Thorigny et Château-Guibert) Je vais donc lancé un très très gros pavé dans la mare des Promoteurs et de leurs complices pour défendre le cadre de vie où je me refais une santé... NON AUX EOLIENNES DE NOIRMOUTIER-YEU et tous les autres projets comme celui de Courseulles qui va ravager les fonds marins cimetière du débarquement...

  • #139

    Collas (dimanche, 17 janvier 2016 17:22)

    Trop occupé par ma Revue de Presse anti-éolienne journalière, à faire du porte à porte pour informer les Riverains du Projet éolien/méthanisation de Chantonnay 85 et préparer un Recours éventuel contre l'Avis Favorable offert aux Promoteurs du Parc éolien de St Nazaire 44.... j'ai donc parcouru cette Gazette et constaté que comme dans tous les forums il y a des intervenants sans doute envoyés par les Promoteurs et leurs complices... DOM, Déjà Obligé de Mentir pour essayer d'attirer à lui ceux qui sont n'ont pas encore compris que l'éolien n'est pas la solution... et le Photovoltaïque qui refuse de produire la nuit... qui créent donc des emplois pour construire des Centrales thermiques gaz et charbon pour pallier aux manques de vents et de soleil... Il suffirait de réduire notre consommation électrique, d'isoler nos maisons et installer des panneaux solaires pour eau chaude et chauffage (avec ballon thermos enterré) pour rendre inutiles toutes ces éoliennes qu'on nous impose sans réelle concertation et qui rendent malades les riverains jusqu'à 10 km de ces machines industrielles http://appge-comiac.e-monsite.com/pages/le-saviez-vous/nuisances-mammiferes.html En 1945 on a tondu ceux qui ont travaillé avec l'Occupant, mais que va t'on faire des Elus qui ont préparé en douce toutes ces Fermes éoliennes terrestres (Ferme =c'est plus écologique) ou les pieds dans l'eau avec des tonnes de sédiments brassés pour creuser les Bases d'éoliennes et les km de tranchés pour enfouir les Câbles Haute Tension 225 000 volts entre les machines et vers l'atterrage sur la belle plage familiale de la Courance à st Marc... Il faudra des cheminées pour évacuer la chaleur des câbles sur terre, mais que vont chauffer les câbles HT sur les fonds marins...? Réduisons notre consommation électrique... ça chauffe

  • #140

    andré (lundi, 18 janvier 2016 08:55)

    Réponse aux commentaires #136 et #137 de "Un pavé dans la marre des opposants" (dimanche, 17 janvier)
    Nous retenons que 62 % des avis exprimés sont défavorables au projet éolien de Guérande-la Baule-St Nazaire !
    Alors qu'ont fait les promoteurs, de connivence avec les pouvoirs publics, pour aller contre la volonté du bon peuple? Ils ont organisé un voyage en Angleterre pour leurs petits copains les commissaires enquêteurs. Là bas, ils les ont choyés, chouchoutés, pouponnés, et leur ont fait interviewer quelques complices qui ont certifié que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Comment va la pêche? - florissante! Et l'emploi? - on embauche à tour de bras! L'immobiler? - les 300 éoliennes ont causé un véritable boom immobilier!

    C'est y pas beau, ça? C'est d'autant plus beau que ça se passe en Angleterre, et avant qu'un Guérandais ou un Islais fasse le voyage pour aller vérifier si c'est la vérité, les éoliennes géantes se dresseront déjà devant chez eux. D'ailleurs, des équipes de travailleurs super qualifiés s'affairent déjà sur le Banc de Guérande. Les travaux ont commencé... à la St Sylvestre! Oui, authentique! Pourquoi? - parce qu'il n'y avait aucun risque de manifestation ce jour là! Alors, que les informations rapportées d'Angleterre par les chers commissaires enquêteurs soient vraies ou fausses, cela n'a plus aucune importance. Le mal est fait. Il est trop tard pour arrêter les travaux. Pensez un peu aux dommages et intérêts que pourraient réclamer les promoteurs à l'État, c'est à dire au contribuable!

    Sauf que pour le projet Yeu-Noirmoutier, le mal n'est pas encore fait. Il est encore temps de stopper la catastrophe. Tout dépend de nous, Islais et autres amoureux de l'île. Nous avons notre mot à dire, même si "on" a tout fait pour nous enfumer, pour que nous n'osions pas nous opposer à ces égoïstes forcenés qui veulent vendre notre île de lumière et de beauté pour une poignée d'euros (5% du budget de la Mairie).

    Je ne peux m'empêcher de sourire en lisant, à la fin du commentaire #137 de la personne qui présente les vues du promoteur: "les membres de la commission d’enquête ont été sensibles à la qualité et au charme des cottages anglais". Je rajouterais: mais ils se sont bien gardés d'aller interroger les gens qui y habitent! Imaginez la scène: toc toc! bonjour, vous êtes contents d'avoir 300 éoliennes sous le nez quand vous ouvrez les rideaux le matin et regardez la mer? - Bloody hell! F..k off!
    Traduction: &%?$*!!!!





    Que demander de plus? Mais ces parcs éoliens, c'est un rêve! C'est une bénédiction! Il va falloir en mettre partout! autour du Mont St Michel, dans le Bassin d'Arcachon, en vue de l'île de Ré, pour que la Jet Set puisse en profiter aussi!
    Vous noterez que

  • #141

    La partialité des commissaires enquêteurs (mercredi, 20 janvier 2016 02:30)

    Regardez qui nomme ces commissaires et qui les paie, et vous saurez tout ce qu'il y a à savoir sur cette "étude", à savoir que c'est encore de l'enfumage.
    C'est comme quand on invite Monsieur le Maire, farouche partisan du projet éolien, à faire un voyage au Danemark tous frais payés... S'attendre de sa part à ce qu'il enquête objectivement et en profondeur, c'est être d'une naïveté qui frôle l'inconscience.

  • #142

    Robin des Bois (vendredi, 22 janvier 2016 05:59)

    L'association Robin des Bois a publié une lettre ouverte sur l'éolien en mer adressée à :
    Monsieur le Premier Ministre,
    Madame la Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie,
    Monsieur le Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique,
    Madame la Ministre de la Culture et de la Communication,
    Monsieur le Secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche,
    Monsieur le Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du
    tourisme et des Français de l’étranger,
    Monsieur le Président du Sénat,
    Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale.

    18 associations l'ont co-signée, dont une fédération qui représente plus de 1000 associations
    .
    http://www.robindesbois.org/communiques/mer/environnement/2015/lettre-eolien-offshore-et-EMR-en-question.pdf

  • #143

    andré (lundi, 25 janvier 2016 05:51)

    Éoliennes dans le monde : plus de 20.000 accidents depuis 1997. Les plus nombreux sont les chutes de pales, 3.800 par an, selon une compagnie d’assurances. On comprend pourquoi les marins pêcheurs anglais, même s'il leur est permis de poser leurs casiers etc. entre les éoliennes, ne s'y risquent pas (ça, plus les autres problèmes déjà mentionnés pour la pêche).

    Voyez aussi les accidents causant contamination, les 50 phoques retrouvés morts lacérés sur les plages, etc.
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/01/24/accidents-et-contamination/

  • #144

    Collas (mercredi, 27 janvier 2016 11:09)

    J'ai consacré du temps et des finances pour participer au Débat Publique et à l'Enquête publique pour le Parc éolien de St Nazaire... Pourquoi St Nazaire alors qu'il sera face à la plage de la Baule et à la Côte sauvage du Croisic, un mensonge qui a permis de rassurer les touristes... Mais ce parc éolien sera visible de Noirmoutier et lors de la Permanence pour l' Enquête publique j'ai été le seul à me déplacer, même les îliens ne sont pas venu... il est vrai qu'il y a eu une ""erreur""" d'affichage qui informait que cette enquête était destinée à l'atterrage des Câbles Haute Tension 225 000 volts sur la Plage de la Courance à St Marc, donc ne concernait pas Noirmoutier... Avis favorables des Commissaires pour ce Parc éolien les pieds dans l'eau aux drames et impacts ignorés... la Presse n'en parle que peu, ou soutien les Complices (Promoteurs-Commissaires-Elus) http://www.media-web.fr/projet-de-parc-eolien-du-banc-de-guerande-l-enquete-publique-donne-son-feu-vert-80-103-2099.html

  • #145

    Les ions (jeudi, 28 janvier 2016 07:30)

    Un article qui résume assez bien la situation ...

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/l-eolien-offshore-prend-le-large_1701833.html

  • #146

    Nathalie (jeudi, 28 janvier 2016 10:05)

    Je suis horrifiée par toutes ces éoliennes en mer ou en terre. Quel saccage!!!!!
    J'ai remarqué que les pro éoliens avaient très peu d'arguments pour justifier l'implantation de ces immondes asperges. Toujours la sempiternel phrase : je préfère les éoliennes au nucléaire. Comment peut-on mettre en opposition deux énergies totalement différentes!!!! C'est comme choisir entre la peste et le choléra.
    Pour ce qui concerne les emplois, je ne suis pas prête à laisser ces idéologistes saccager ma planète pour quelques emplois.
    Je vous soutiens fermement et espère que ce projet et tant d'autres ne verront pas le jour.

  • #147

    Hugues (jeudi, 28 janvier 2016 17:31)

    Plutôt que défigurer le paysage et apporter des nuisances visuelles et sonores aux touristes qui choisiront un autre endroit ou passer des vacances, ne pourrait on pas installer des hydroliennes dans le pertuis Breton dont le courant régulier pourrait fournir l'électricité demandée.
    Le marin n'a pas besoin d'autre chose qu'un phare pour se repérer en mer et les lumières clignotantes peuvent gêner la navigation...

  • #148

    andré (dimanche, 31 janvier 2016 03:10)

    Éoliennes et mammifères marins
    17 cachalots échoués sur les plages dans une vaste zone d’éoliennes offshore
    Voir notre nouvel article :
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/01/31/754/

  • #149

    andré (lundi, 01 février 2016 20:56)

    Rajouté à la fin de l'article:
    Il faut être bien optimiste pour penser que ces pollutions accrues, chimiques et sonores, n'auront pas d'effets négatifs sur les poissons, coquillages et crustacés. Les "retours d'expérience" à ce sujet sont souvent manipulés, ou affectés par l'autocensure médiatique du "politiquement correct". Ils sont donc d'une fiabilité douteuse.

  • #150

    andré (mercredi, 03 février 2016 06:16)

    À un marin pêcheur qui m'insultait après l'article sur les baleines (pas un pêcheur de l'île, mais un qui touchera une enveloppe plus grosse encore), j'ai répondu : La plupart des gens qui avaient des choses à dire à la Commission de débat public n'ont pas osé le faire de peur de représailles de la Mairie (ou de l'État). L'usage ici de pseudonymes, par contre, permet à tout le monde de donner son opinion librement. Bravo à la Gazette pour cela !
    D'ailleurs, quand on vote, un isoloir permet aux électeurs de le faire anonymement. C'est ça, la liberté d'expression, c'est ça, la démocratie, c'est ça, la République. Alors encore bravo à la Gazette !

    Le seul bémol, c'est que la plupart des Islais ignorent que ce débat a lieu. Il faudrait un autre article sur le monstrueux projet éolien, dans la Gazette, avec à nouveau une colonne ouverte aux commentaires.

  • #151

    éolien et corruption (jeudi, 04 février 2016 05:47)

    "C’est aujourd’hui plus d’une centaine de plaintes pour prise illégale d’intérêt, qui ont été déposées par les associations de résistance anti-éoliennes. À ce jour, une très grande partie de ces plaintes font l’objet d’enquêtes préliminaires et d’information, au service centrale de prévention de la corruption (SCPC) du Ministère de la Justice."

    "Un élu doit donc être très prudent lors des délibérations et de toutes interventions publiques et se poser systématiquement la question « ai-je un intérêt direct ou indirect » dans cette affaire."

    "Nous rappelons que la complicité est prévue par l’article 121-7 du code pénal, qui précise : « (…)Est également complice la personne qui par don, promesse, menace, ordre, abus d'autorité ou de pouvoir aura provoqué une infraction ou donné des instructions pour la commettre. »

    Les préfets sont aussi dans le colimateur. Lire l'article: http://www.economiematin.fr/news-france-eoliennes-prises-illegales-interets-prefet

  • #152

    marcel (jeudi, 04 février 2016 18:41)

    il est plus que temps que les français prennent conscience de l'héritage qu'il vont laisser à leurs enfants et aux générations futures, à ce jour seuls les intérets économiques comptent , au mépris de la nature de l'environnement et des personnes vivant sur place,d'ici 20 ans il sera impossible de se déplacer en france sans voir une de ses éoliennes à l'horizon...à t'on demandé l'avis des français ?, de la population? ,cherchez sur internet et tapez "éolienne le mensonge" , vous finirais par comprendre que la vérité n'est pas dans les médias la presse et la télévision !!! car toutes ces personnes sont corrompus par le pouvoir et l'empire....Pauvre France j'ai honte d'être Français !
    que toutes ces personnes qui ne respectent pas la nature l'environnement et qui nous mentent sous pretexte de l'écologie et tout les mensonges habituels...je vous maudis !

  • #153

    Les emplois français s'envolent (samedi, 06 février 2016 00:36)

    Areva rachetée par les Allemands.

    "Malheureusement, l’éolien offshore n’apportera presque pas d’emplois en France. Les habitants de la région qui escomptaient du travail peuvent se faire du souci. Il ne faudra pas compter sur les postes locaux de maintenance : c’est l’entreprise allemande Siemens qui en sera responsable. Les Allemands vont d’abord utiliser leurs effectifs, et ils ne formeront des « locaux » à la marge que pour des tâches subalternes. Il n’est en effet pas économiquement pertinent pour une entreprise de former quelques dizaines de personnes éparpillées ici et là. Le personnel doit être transférable, « mutualisable ».

    Par ailleurs, Siemens a déjà ses outils de production et ses fournisseurs pour construire les éoliennes, et ils ne se sentiront pas obligés d’embaucher des Français. Si l’État français demande des garanties d’emplois locaux dans les accords de rachat avec Gamesa / Adwen / Areva, ce sera juste une façade rutilante pour rassurer la population et calmer les esprits.

    C’est affligeant mais, en clair, il n’y a aura pas d’emplois locaux. Les élus avaient été prévenus il y a un an, mais ils ne savaient comment allait se dérouler le scénario. Maintenant, ils savent. L’éolien offshore en France sera allemand, danois, mais pas français.

    http://www.contrepoints.org/2016/02/05/237747-le-vent-sessouffle-dans-lemploi-eolien

  • #154

    Témoignage d'une famille "cernée" (mardi, 09 février 2016 05:52)

    Témoignage d'une famille "cernée"

    Bonjour, j'habite à Renansart, petit village à côté de Ribemont. Avec mon mari, nous avons fait construire une maison à la sortie du village direction Nouvion et Catillon, il y a 5 ans. Nous avons (ou devrai-je dire nous avions) une superbe vue dégagée sur les champs. C'est cet environnement paisible qui a fait que nous avons choisi cet emplacement pour faire construire. Mais tout c'est gâté il y a quelques semaines. En effet, un soir en rentrant du travail, nous avons eu la surprise de voir qu'un chantier d'éoliennes s'étaient mis en place dans un champ juste derrière notre maison, à quelques kilomètres (peut-être 1 ou 2 km, je ne saurai pas vous dire précisément). Cela est très difficile à accepter, d'autant plus qu'à aucun moment avant le début des travaux, nous avons été prévenus ! Nous avons reçu peut-être une semaine après que la première éolienne soit sortie de terre, un petit tract prévenant d'une réunion d'informations. Jamais nous n'aurions pensé qu'un tel spectacle se déroulerait si proche de chez nous. Aujourd'hui, elles sont au nombre de 14 et j'ai entendu dire qu'un autre parc de 16 éoliennes est prévu dans un autre champ à proximité de chez moi. La magnifique vue que nous avions est réduite à néant et un mal-être s'est installé dans notre maison.

    Les rideaux sont tirés sur la baie vitrée qui surplombe notre séjour pour ne pas les voir la journée et le soir, nous fermons les volets dès qu'elles commencent à clignoter... Aujourd'hui, je suis désemparée, c'est le projet d'une vie qui est anéanti. Avec mon mari, Nous ne nous voyons PLUS passer le restant de notre vie dans cette maison.

  • #155

    La Cour des Comptes (vendredi, 12 février 2016 11:41)

    "Déjà, dans son rapport du 25 juillet 2013: la Cour (des Comptes) stigmatisait ainsi la politique de développement des énergies renouvelables :
    « Alors qu’il engage la collectivité sur des sujets financièrement très lourds, l’État s’est insuffisamment organisé pour disposer des données de base indispensables à la conduite de la politique en faveur des énergies renouvelables. En effet, l’État ne dispose que d’informations lacunaires et dispersées sur les coûts de production. » (p63)
    « La faiblesse d’expertise de l’État se retrouve également dans sa capacité à connaître l’impact socio-économique des décisions prises. Cela peut le conduire à lancer desprojets très coûteux pour la collectivité ou les consommateurs sans que les bénéfices attendus ne se produisent. »

    Dans son rapport d’aujourd’hui concernant la maintenance des centrales nucléaires, on peut constater l’absence de chemin parcouru depuis!
    « Aucune évaluation n’a encore été réalisée, ni par l’État, ni par EDF, sur les conséquences économiques potentielles de l’application de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. »
    Concernant le plafonnement de la puissance installée, dont cette loi implique la fermeture de 2 réacteurs parallèlement à l’ouverture de l’EPR, la Cour considère que « le montant des dépenses pour les deux réacteurs, dont la fermeture est évoquée plus haut, peut être estimé à 3,44 Md€. »
    Et que « Le plafonnement de puissance fait également supporter à l’État le risque de devoir indemniser le préjudice subi par EDF »

    Enfin : « l’ampleur des conséquences financières du plafonnement de puissance serait inférieure à celle de la réduction à 50 % de la part du nucléaire dans la production, dans la mesure où 17 à 20 réacteurs pourraient être arrêtés ».
    http://lemontchampot.blogspot.fr/2016/02/nucleaire-le-bateau-ivre.html

    Conclusion : nos factures d'électricité n'ont pas fini de monter. Nous paierons bientôt le double, comme au Danemark et en Allemagne.
    Merci aux énergies renouvelables, intermittentes, hors de prix, et inutiles !

  • #156

    Jean-Philippe (mardi, 16 février 2016 07:45)

    Une barge danoise de pose d’éoliennes chavire dans la tempête
    Elle contient 178 000 litres de gasoil.
    http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/energies-marines/24346-une-barge-danoise-de-pose-deoliennes-chavire-dans-la

  • #157

    Promesses d'emplois (dimanche, 21 février 2016 02:59)

    Une usine d'éoliennes ferme en Nouvelle-Écosse.
    https://fr-ca.finance.yahoo.com/actualites/une-usine-d%C3%A9oliennes-ferme-en-nouvelle-%C3%A9cosse-210342850--finance.html

    Des promesses d'emplois, 56 millions de dollars de subventions publiques, et quand les projets éoliens sont approuvés, l'usine ferme...
    C'est ce que fait l'industrie éolienne au Canada, comme elle l'a fait au Royaume Uni et ailleurs, dans le monde entier. C'est son modus operandi : promesses d'emplois, aboulez les subventions, puis le rideau tombe, et elle s'en va ailleurs avec ses promesses d'emplois, laissant le bon peuple payer les pots cassés, et endurer leurs monstrueuses éoliennes, chères, inutiles, et destructrices d'environnement pendant 25 ans - ou plus car on les remplace en fin de course.

  • #158

    andré (lundi, 22 février 2016 06:45)

    Les Français, dindons de la farce.
    Voyez notre nouvel article ici : https://liledyeu.wordpress.com/2016/02/21/les-francais-dindons-de-la-farce/
    Nos chers élus en prennent pour leur grade.

    NB : l'article n'est complet qu'à ce jour. Hier, il a été publié incomplet par erreur. Veuillez nous en excuser, svp.

  • #159

    La LPO (jeudi, 25 février 2016 04:12)

    En Écosse, la Société Royale de Protection des Oiseaux (RSPB) a déposé un recours contre les 4 projets de parcs éoliens en mer. Elle estime que ces parcs tueraient des milliers d'oiseaux de mer, dont environ 1250 macareux chaque année.
    http://www.thesundaytimes.co.uk/sto/news/uk_news/article1670493.ece?shareToken=7000c202e3efbc8fc85f34324689e3cb
    Chez nous, il est peu probable que la LPO fasse objection au projet éolien en mer : pour elle, il représente une rentrée annuelle de 150.000€, tel que révélé par je ne sais plus quel journal. En langue de bois, on appelle ça un conflit d'intérêts. En français courant, j'en connais qui emploieraient des mots plus imagés...
    Si la LPO ne défend plus les oiseaux contre les appétits destructifs de l'environnement, qui le fera ?

  • #160

    Emmanuel Vrignaud (vendredi, 26 février 2016 21:22)

    A propos de la LPO, j’ai eu la chance d’avoir une discussion longue et passionnée avec une de leurs équipes venue spécialement du continent faire des comptages d’oiseaux à la pointe du But en automne dernier.

    Ils m’ont expliqué faire des études sur la migration des passereaux dans le cadre du projet du parc éolien, mais comme ils l’ont vite reconnu, les passereaux volant au ras de l’eau, ils ne seront de toute évidence pas du tout impactés par les éoliennes.
    En revanche ils m’ont confirmé leurs plus grandes craintes vis-à-vis les oiseaux ayant un vol très aérien (fous de Bassan, rares puffins des Baléares…) qui vont se faire hacher menu par les éoliennes, en ajoutant avec un certain fatalisme que de toute façon une espèce comme celle des fous de Bassan n’est pas une espèce protégée.

    Premier point : est-il normal que le promoteur du parc éolien finance des études (sur terre, sur mer et même par avion !) sur les passereaux alors qu’ils ne seront de toute évidence pas impactés par les éoliennes.
    Second point : est-il normal que la LPO soit aussi peu sensible au sort des oiseaux marins ?

    Pourtant l'impact environnemental de ce projet sera considérable.
    Article de Presse Océan du 22.09.2015 interviewant Jacky Bonnemains de l’association Robin des Bois : «Les mammifères marins, les poissons, les oiseaux « vont faire les frais » de ce projet. C’est un habitat entier qui va être dégradé et à ce jour on ne connait pas les capacités de ces espèces à éviter ce parc ou s’y adapter. Le bruit lors des fondations, la vitesse en bout de pales, les dissolutions des anodes (12 tonnes de métaux par turbine)… auront un impact sur ces espèces. »

    Appelez cela comme vous voulez, mais il évident que la LPO s’est fait acheter (pour 150 000 € par an tout de même toujours selon ce même article de Presse Océan) et que le conflit d’intérêt est patent, discréditant toute prise d’opinion de cette association vis-à-vis du parc éolien.

    voir aussi : https://eolienmer-pyn.debatpublic.fr/sites/debat.eolienmer_pyn/files/synthese_detudes_environnementales_oiseaux_et_chauves-souris.pdf

  • #161

    la LPO, et les autres du même acabit (mardi, 01 mars 2016 16:00)

    Emmanuel Vrignaud a écrit, parlant de la LPO: "En revanche ils m’ont confirmé leurs plus grandes craintes vis-à-vis les oiseaux ayant un vol très aérien (fous de Bassan, rares puffins des Baléares…) qui vont se faire hacher menu par les éoliennes, en ajoutant avec un certain fatalisme que de toute façon une espèce comme celle des fous de Bassan n’est pas une espèce protégée."

    Curieux comme la LPO souligne que le Fou de Bassan n'est pas une espèce protégée, afin de justifier leur soutien au projet.
    S'ils défendaient vraiment la biodiversité aviaire, mission que leur ont confiée leurs adhérents, ils insisteraient plutôt sur le Puffin des Baléares, qui LUI est une espèce protégée. On voit bien là comme ils violent leurs statuts, tout ça pour faire plaisir au promoteur, qui va pourtant tuer des milliers d'oiseaux, des centaines de mammifères marins, détruire le potentiel touristique des deux îles, rendre malades les gens qui sont sensibles aux infrasons, bouleverser l'environnement pour le pire, et d'une façon générale empoisonner la vie de tout le monde. Ah, elle est belle la LPO !

    Et il n'y a pas qu'elle : je pense aux autres personnes qui sont prêtes à sacrifier leur île et ses habitants pour toucher le fric offert pour cette trahison.
    C'est écoeurant.

  • #162

    andré (dimanche, 06 mars 2016 04:59)

    Philippe de Villiers a écrit une lettre à un Islais au sujet du projet éolien. La Gazette veut elle la publier?
    SVP me répondre à andre.bertin@hotmail.com.

  • #163

    Economie Matin (mercredi, 09 mars 2016)

    Economie Matin a publié un article d'André !
    http://www.economiematin.fr/news-transition-energetique-france-echec-politique/


  • #164

    Le miracle éolien de l'île des Canaries s'écroule (samedi, 12 mars 2016 07:37)

    Ségolène Royal s'est encore mis le doigt dans l'oeil !

    Le scandale des renouvelables d’El Hierro : une arnaque à 82 millions d’euros
    http://metamag.fr/2016/03/10/le-scandale-des-renouvelables-del-hierro-une-arnaque-a-82-millions-deuros/

  • #165

    andré (lundi, 14 mars 2016)

    Je mettrai la lettre de Philippe de Villiers sur mon blog demain.
    La Gazette a dû en recevoir une copie. Espérons qu'elle y sera publiée dans le numéro d'avril.

    En attendant, voici un avant goût : Il y fustige le projet éolien, "un non-sens sur le plan de l'environnement, et qui va tuer le tourisme côtier en abîmant nos rivages."

    Il poursuit : "c'est surtout une imposture économique et les Islais, les pêcheurs et tous le Vendéens en reviendront très vite."

    Voir la suite sur le blog à partir de lundi soir, mardi au plus tard.

  • #166

    chaussebourg (lundi, 14 mars 2016 16:46)

    Avec intérêt, je continue à lire les contributions à ce forum.
    Depuis ma modeste intervention (98), aucune réponse : ni sur le nombre d'emplois prévus à Yeu, ni sur la crédibilité à accorder aux études d'impact et autres financées par le consortium, ni sur les réponses innombrables posées à la municipalité. Comment faut-il s'exprimer pour avoir des réponses ? Avec de l'agressivité...J'ajoute que le nombre de projets de parc éoliens annulés par les préfets ou les autorités judiciaires ne cessent d'augmenter au motif de vices de forme, de dégradations des paysages, de nuisances pour les riverains. Inscrivez vous sur les alertes éoliennes Google, c'est édifiant! Et encore plus intéressante, la somme d'articles sur l'obsolescence de la technologie éolienne au profit des hydroliennes, des centrales biomasses...et surtout des économies d'énergie!
    Dernière question : les opposants, les sceptiques, les moyennement convaincus, les ceux en attente de précisions, les partisans encore en doute, les fermes adhérents pourraient-ils se rencontrer? Etablir un questionnaire pour obtenir des réponses confortant ou non leurs positions? Bref un débat que La Gazette serait tout à fait à même d'organiser.

  • #167

    La stratégie du silence (mercredi, 16 mars 2016 01:26)

    Vous avez raison, M. Chaussebourg. C'est ce que dénonçait un Islais mécontent dans l’Ile d’Yeu Magazine : « Une grande réunion d’information sur le
    «projet éoliennes» a été organisée à grand renfort de publicité. Les membres de la municipalité, présents, maire en tête, ont brillé par leur silence. Interrogé, l’un des adjoints présents a confirmé qu’il s’agissait d’une «stratégie» de leur part. Voilà bien résumée l’attitude permanente de nos élus. Ils appellent cela «Communication» : La stratégie du silence». https://liledyeu.wordpress.com/2016/02/21/les-francais-dindons-de-la-farce/

    Votre idée est bonne. Vous devriez contacter la Gazette. Je ne pense pas que son éditeur lise nos commentaires.

  • #168

    andré (dimanche, 20 mars 2016 02:59)

    En attendant que La Gazette la publie, la lettre de Philippe de Villiers peut être vue ici :
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/03/18/philippe-de-villiers-ecrit-a-un-islais/

  • #169

    D'autres emplois qui s'envolent? (mercredi, 23 mars 2016 05:15)

    Menaces sur les futures usines éoliennes au Havre
    http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/5331693/actualites/menaces-sur-les-futures-usines-eoliennes-au-havre#.VvIRubDmr81

    « Siemens n’a pas besoin de la technologie d’Areva, il développe ses propres grosses turbines », précise Reuters.
    "L’attribution des champs français à Areva ayant été conditionnée à la construction des usines en France, « le gouvernement pourrait annuler les deux contrats, dont la valeur combinée atteint près de six milliards d’euros », poursuit l’agence Reuters, citant l’une de ses sources."

    L'île d'Yeu sera t elle sauvée malgré l'égoïsme de son maire?

  • #170

    Catherine Tavernier (vendredi, 25 mars 2016 16:00)

    Voici le lien de l'émission de France culture où samedi dernier une émission de 50 minutes a été consacrée au projet éolien de Yeu Noirmoutier.
    htpp://www.franceculture.fr/emissions/sur-la-route/sur-la-route-de-l-eolien-offshore-l-ile-d-yeu

  • #171

    Beaucoup d'Islais désapprouvent le projet (dimanche, 27 mars 2016 06:23)

    Merci, Madame Tavernier. Intéressant, ce qu'on apprend dans cette émission sur France-culture : beaucoup d'Islais désapprouvent le projet éolien en conversation privée, mais n'osent pas le faire en public.
    Explication : peur de représailles de la Mairie.
    Il y a d'abord le fait que la Mairie est le premier employeur de l'île, ce qui met presques toutes les familles en situation de dépendance par rapport au Maire, ce qui est malsain à tous points de vue.
    Et puis il y a le reste: les permis de construire ou de modifier, les permis de ceci ou de cela, les inspections, les contrôles fiscaux, les tracasseries administratives, la liste est longue... On se croit peuple souverain, et on découvre qu'on est soumis au bon vouloir d'une petite clique, et de son chef (presque) tout puissant...


  • #172

    andré (lundi, 28 mars 2016 07:25)

    Après de nombreuses hésitations, un jeune marin-pêcheur retraité ose enfin prendre la parole :
    "J ai bien peur que sur l agitation de quelques centaines de milliers d euros on y perde plus que l on y gagne et surtout qu on y laisse notre (ame)".
    Ceci va dans le sens de ce que disait Monik Malissard dans l'émission sur France culture : les Islais n'osent pas parler contre la Mairie. htpp://www.franceculture.fr/emissions/sur-la-route/sur-la-route-de-l-eolien-offshore-l-ile-d-yeu
    Mais celui-ci a osé, finalement.

    Il a raison quand il écrit : "l'île va y laisser son âme". Il dit aussi: "Depuis le début de cette affaire je redoute que cela ne finisse par un gros gachis".
    Voir son commentaire complet à cet article : https://liledyeu.wordpress.com/2016/03/18/philippe-de-villiers-ecrit-a-un-islais/
    en cliquant sur le lien "x réponses" en haut à gauche, sous le titre "Philippe de Villiers écrit à un Islais".

  • #173

    éolien en mer St Brieuc (jeudi, 31 mars 2016 08:29)

    Ouest France:
    Les élus s’opposent au projet éolien en mer ( moins fous que les nôtres, plus conscients de l'intérêt général, plus responsables en tous cas ).

    Sept avis favorables, treize défavorables et six abstentions ont été enregistrés pour la concession d’utilisation du domaine maritime public. La déclaration d’utilité publique a été plus nettement refusée, avec un avis favorable, dix-neuf défavorables et six abstentions.
    http://www.ouest-france.fr/bretagne/pleneuf-val-andre-22370/peneuf-les-elus-sopposent-au-projet-eolien-en-mer-4118332

  • #174

    Collas (jeudi, 31 mars 2016 13:38)

    J'avais prévu de passer ma retraite dans le secteur de Châteaubriant (44) mais vu l'invasion visible de mon jardin à Jans et un premier projet dans le village, ne dormant plus, état de nervosité permanente, accouphènes mais un médecin qui refuse de croire que les machines pourraient être responsables... J'ai bradé ma maison pour m'installer en Vendée encore protégée des éoliennes (officiellement, mais ça couve) ... Donc depuis un an je me refais une santé et j'ai retrouvé le sommeil.... Dimanche de Pâques après une tournée sur les brocantes du secteur et j'ai été découvrir le Parc éolien de Bouin (85) Très bruyant en ce début de tempête annoncée... cela fait des mois que je n'était pas passé sous des éoliennes... je m'y suis trouvé mal à l'aise ressentant dans mon corps les bruits des pâles passant devant le mat... bouffées de chaleur, nervosité et reprise des accouphénes obligé de reprendre les calmants... suis-je trop sensible au bruit, aux effets stroboscopiques et à d'invisibles infrasons ou ultrasons... Par sécurité, je ne suis pas près de retourner sous ces machines... mais je plaints les Riverains qui vont subir sans pouvoir se défendre... c'est le pot de terre contre le pot de fer... mais il ne faut qu'un grain de terre et de sable pour bloquer les engrenages des éoliennes... Résistons...!

  • #175

    Présentation du nouveau plan le 5 avril à Noirmoutier (samedi, 02 avril 2016 02:13)

    http://www.lecourriervendeen.fr/2016/04/01/eolien-en-mer-un-atelier-le-projet-et-le-paysage/
    Eolien en mer. Un atelier « le projet et le paysage »
    Poursuivant son travail de concertation, la société les Eoliennes en mer des Iles d'Yeu et de
    Noirmoutier organise un atelier avec le public intitulé « Le projet et le Paysage » le mardi 5
    avril dans la Salle « La Salangane » à l'Epine.

    A l’occasion de cet atelier, la société présentera le nouveau schéma d’implantation du parc, « fruit de la concertation avec les acteurs du territoire ainsi que les nouvelles simulations paysagères réalisées à partir de ce nouveau schéma. »

    Deux sessions sont organisées dans la Salle « La Salangane » le mardi 5 avril
    - Une première session se déroulera de 16h à 18h
    - Une seconde session se déroulera de 19h à 20h

    Il est recommandé pour le public de se préinscrire ici (LIEN).

  • #176

    andré (mardi, 05 avril 2016 07:16)

    18 parcs éoliens en mer de plus !
    Le projet au sud de l'île est loin d'être mort.

    Hier, on a pu lire dans la presse : "le ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a officiellement annoncé le lancement d’un nouvel appel d’offres (le troisième) pour l’éolien offshore français. En concurrence avec dix-huit autres zones, c’est celle de Dunkerque qui a été retenue."

    Vous avez bien lu: "en concurrence avec 18 autres zones". Ceci veut dire qu'il en reste maintenant 17. Ils les annoncent au compte gouttes pour ne pas effrayer les populations.

    Voir notre nouvel article: https://liledyeu.wordpress.com/2016/04/05/18-parcs-eoliens-en-mer-de-plus/

  • #177

    Emmanuel Vrignaud (jeudi, 07 avril 2016 21:46)

    On adhère ou on n'adhère pas aux idées politiques de Philippe de Villiers, mais quoi qu'il en soit, son action en tant qu'ex Président du Conseil Général est unanimement considérée, car il a toujours eu pour la Vendée une politique visionnaire (en impulsant le désenclavement routier de la Vendée, en créant des Vendéopôles pour attirer les entreprises, en développant le tourisme à l'intérieur des terres avec le Puy du Fou, en associant l'image de la mer, de la Vendée et des Sables d'Olonne avec le désormais mythique Vendée Globe...).

    Ce projet aura des conséquences désastreuses pour la Vendée, tant du point de vue environnemental, que pour le tourisme ou les marins-pêcheurs, et les emplois promis ne seront pas au rendez-vous, Philippe de Villiers le sait mieux que quiconque.

    Ainsi dans ce courrier adressé à un islais (courrier dont il autorise la publication dans la Gazette de l’île d’Yeu), il n’a pas de mots assez durs :

    « Je suis bien évidemment opposé aux installations monstrueuses qui vont défigurer le littoral vendéen entre l’île d’Yeu et Noirmoutier.
    C’est un non-sens sur le plan de l’environnement et qui va tuer le tourisme côtier en abimant nos rivages. Mais c’est surtout une imposture économique et les Islais, les pêcheurs et tous les vendéens en reviendront très vite.
    Les conséquences d’une telle implantation sont redoutables pour l’avenir de la Vendée. Faut-il que nos élus aient perdu la tête pour imposer de telles inepties ! Dans 100 ans ils seront jugés très sévèrement. »
    (https://liledyeu.files.wordpress.com/2016/03/lettre-scannc3a9e-de-philippe-de-villiers.jpg)

    Sur les ondes de France Bleu, on a aussi pu l’entendre exprimer de nouveau sa plus totale désapprobation du projet :

    « Les photomontages qui vont apparaitre sous les yeux de tous les amoureux de la côte vendéenne seront très en deçà de la réalité …/… On a décidé de faire une croix sur le tourisme vendéen …/… Comme j’aime la Vendée maritime, la Vendée du Vendée Globe, je dis que tout cela est une folie, une lubie… » (https://www.francebleu.fr/infos/societe/eoliennes-quoi-ressemblera-la-cote-vendeenne-demain-1459878473)

    Lorsque Philippe de Villiers était président du Conseil Général, il s’est toujours opposé à ce projet. Puissent ses arguments et sa vision pour l’avenir de la Vendée être de nouveau entendus.

  • #178

    Les intérêts du maire, ou ceux des Islais? (dimanche, 10 avril 2016 06:00)

    Bonjour Monsieur Vrignaud.
    Vous écrivez: "Puissent ses arguments et sa vision pour l’avenir de la Vendée être de nouveau entendus." (ceux de Philippe de Villiers)
    Oui, espérons qu'ils le soient, pour le bien de l'île.
    A la différence des élus d'aujourd'hui, on ne peut le soupçonner de vouloir faire son beurre sur le dos des Français, ou des Islais.
    Sa fortune est déjà faite, une fortune honnête due à l'énorme succès du Puy du Fou, son entreprise privée qui bénéficie à toute la Vendée.
    Ce n'est pas comme la scandaleuse ardoise laissée par Ségolène Royal en Poitou-Charente, et la faillite de sa voiture électrique subventionnée à coups de millions, etc. http://www.lepoint.fr/politique/poitou-charentes-quand-segolene-royal-jonglait-avec-les-millions-31-03-2016-2029162_20.php
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/06/27/la-tres-chere-voiture-electrique-de-segolene-royal_4446938_823448.html ETC... ETC...

    Maintenant, Ségo veut nous faire croire aux "Territoires à Énergie positive" , une nouvelle lubie pour électeurs naïfs qui va nous ruiner encore davantage. Notre maire, bien entendu, a sauté dedans à pieds joints. Il n'a pas résisté, pensez, il y avait quelques sous pour la mairie à la clé. Résultat: touristes et estivants se frotteront les yeux en découvrant des étendues de plaques solaires là où, auparavant, il n'y avait que tapis d'herbes blondes, chirons, et autres hábitats naturels qui font le bonheur des oiseaux, des lapins et... des enfants et autres amoureux de la nature. Et puis, voulant se reposer l'âme en contemplant l'océan, ils ne rencontreront qu'éoliennes en guise d'horizon, au nord, à l'est et au sud. Eh oui, notre chère Ségo a d'autre projets offshore dans ses tiroirs, à commencer par Dunkerque (voir le commentaire 176).
    Islais, il faut que vous le sachiez: le maire peut bien fanfaronner avec Yeu, territoire à énergie positive. Mais qui paiera la facture? Qui subira les inconvénients? Qui devra vivre avec les conséquences négatives sur l'économie de l'île?

  • #179

    les "Poitou-Charentes papers" (jeudi, 14 avril 2016 09:51)

    Le scandale du “trou” de centaines de millions d'euros laissé par Ségolène Royal en Poitou-Charentes défrayent la chronique dans la presse.
    Elle se défend par la tactique de la "fuite en avant", c'est à dire en parlant de ses nouveaux projets "verts": rendre quelques îles françaises autonomes en énergie renouvelable. Ça, et de grandioses projets d'éolien flottant qui n'ont même pas franchi l'étape du prototype.
    Voir: " Mer et environnement : les ambitions de Royal" dans Ouest France.

    Mais revenons aux îles:
    L'expérience de l'île El Hierro aux Canaries a été un échec:
    http://metamag.fr/2016/03/10/le-scandale-des-renouvelables-del-hierro-une-arnaque-a-82-millions-deuros/
    A Tahiti, un autre fiasco:
    http://www.ladepeche.pf/Conseil-des-ministres-Proposition-de-la-dissolution-de-la-SAEM-Te-Mau-Ito-Api_a10200.html
    A Eigg, en Écosse, l'électricité coûte très cher: 35 centimes le kWh, et ils doivent quand même utiliser des générateurs diesel 15% du temps. Leur ìle, bien entendu, est parsemée d'éoliennes, de champs de panneaux solaires, et de mini centrales hydro-électriques (ils ont une montagne, ce que nous n'avons pas).
    http://www.aljazeera.com/indepth/features/2014/01/greenest-island-world-201412783012455475.html

    Mais qu'importent les retours d'expérience à Mme Royal? Après le Poitou-Charentes, l'île d'Yeu sera son nouveau laboratoire, et les Islais ses dociles cochons d'inde. Nous allons faire les frais de son incompétence, et nos estivants iront passer leurs vacances ailleurs.

  • #180

    EDF paie les pots cassés (lundi, 18 avril 2016 07:18)

    Dans cette brève vidéo fort bien faite, "la CSPE, la spéculation verte en marche", EDF nous explique qu'elle perd de l'argent malgré cette taxe en sa faveur, qui coûte très cher aux Français (5 milliards d'euros par an)..
    https://www.youtube.com/watch?v=uOLVXcAZpIY
    Souvenez vous: EDF sera obligée d'acheter l'électricité produite par le projet éolien offshore Yeu-Noirmoutier à 240€ le MWh pendant 25 ans (indexé sur l'inflation), alors que le prix de gros sur le marché de l'électricité est de 40 à 50 € le kWh. Tandis qu'au Danemark, l'éolien offshore vend son électricité au prix garanti de 95€ le MWh. Aucun pays au monde ne paie 240€ le MWh éolien. Nous assistons au suicide économique de la France.

  • #181

    EDF paie les pots cassés (lundi, 18 avril 2016 07:24)

    Pardon, je voulais dire 40 à 50 € le MWh.

  • #182

    Les photomontages (samedi, 23 avril 2016 05:41)

    Les photomontages du promoteur ont été publié sur internet. Ils sont encore plus truqués que ceux exposés à la citadelle en aout dernier.
    Ils ont fait disparaitre les eoliennes, quasiment. Heureusement qu'on sait qu'elles seront 8 fois plus hautes que le chateau d'eau qu'on voit sur le continent. Ça permet de se faire une idée de ce qu'on verra VRAIMENT.
    Quelle bande de tricheurs!

  • #183

    andré (mardi, 26 avril 2016 05:46)

    Après la Grèce, l'Italie, l'Espagne et le Portugal, c'est au tour de la Bavière et du Québec de fermer la porte à l'éolien, pour être beaucoup trop cher et terriblement destructeur.
    Voir notre nouvel article:
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/04/23/eolien-le-quebec-stoppe-le-gachis/

  • #184

    Alain (vendredi, 29 avril 2016 18:38)

    Concertation alibi

    Lors de l’ « atelier » Impact Visuel du 27 octobre 2015 à l’Ile d’yeu, pratiquement tous les « groupes de travail » avaient exprimé le souhait de disposer de supports visuels complémentaires indispensables à la bonne information du plus grand nombre, avec notamment :
    -la création d’une ou plusieurs expositions permanentes à Port Joinville
    -des simulations intégrant des amers connus de tous et permettant de "donner une meilleure idée de l’impact paysager" ( le Pont de Noirmoutier, les immeubles de la Barre de Monts, …)
    -de nouveaux photomontages à la Pointe du But au soleil couchant, ainsi qu’un semi-circulaire sur place,
    -….

    Tous ces points étaient repris en conclusion de l’Atelier par Lucile Forget, qui indiquait alors : « fin 2015/début 2016, … de l’information sera envoyée par mail et sur le site Internet sur les suites qui seront données aux demandes formulées aujourd’hui »
    (cf le compte rendu : http://iles-yeu-noirmoutier.eoliennes-mer.fr/wp-content/uploads/sites/3/2016/02/Comptes-rendus-des-Ateliers-du-27-octobre-2015-%C3%A0-l%C3%8Ele-dYeu.pdf)

    6 mois sont passés !
    Silence radio sur ces aspects
    -Aucune exposition permanente
    -Aucun visuel comparatif (la nouvelle configuration du parc ne change en rien la hauteur des machines (rappel : 215m, 5 fois le grand phare) et la distance à la côte, objet des simulations demandées avec des amers existants)
    -Pas d’installation de semi-circulaire en perspective à la Pointe du But
    -Pas plus de précision d’ailleurs de la Mairie sur le lieu de la maintenance, toujours en discussion à l’époque

    Dommage …
    Pour les vacances de Pâques, l’île accueillait un grand nombre de résidents, « extérieurs à la communauté insulaire » il est vrai…, qui auraient sûrement apprécié, eux aussi, d’en savoir davantage.
    Peut-être verra-t-on quelque chose après le 3 juin, une fois que le Consortium aura annoncé « avoir levé les risques » ?
    Ou bien encore plus tard, en octobre, quand la plupart auront quitté l’île…

    Vous avez dit Concertation ?
    La concertation, avec le Consortium, c’est du sérieux ….

  • #185

    concertation alibi (lundi, 02 mai 2016 04:08)

    Ce n'est que trop vrai. La concertation est une farce. Moins la population en sait sur l'impact visual du projet éolien, plus le promoteur et la Mairie sont contents. Comme ça l'opposition ne pourra pas grandir.

    On se croit en régime démocratique, mais en fait les élus regardent leurs propres intérêts avant tout. Et tant pis si l'île d'Yeu y perd son charme et son âme...

  • #186

    photomontages (jeudi, 05 mai 2016 07:32)

    Le lien des photomontages du porteur de projet se trouve ici:
    http://geophom.fr/eolienmer-pyn/carte.html
    La vue du projet depuis la Pointe du But se trouve aux numéros 29, 30 et 31.
    La vue depuis la jetée de Port Joinville: 26, 27, 28.

    La brume de la mer cache les pales, mais ce ne sera pas toujours le cas.
    Pour les voir avec les pales: cliquez sur le bouton indiquant 3 pales en bas à gauche de l'écran.

    Sous l'image, cherchez la phrase "Pour observer ce photomontage dans des conditions optimales, placez vous à une distance de votre écran équivalente à 100% de la largeur de la fenêtre du photomontage." Le pourcentage indiqué change selon que vous diminuez la taille de l'image ou l'agrandissez. Si vous ne voyez pas la phrase, diminuez la taille de l'image, et vous la verrez apparaître tout en bas..
    Le bouton avec les 3 pales apparaîtra aussi.

  • #187

    impacts sur les mammifères marins (dimanche, 08 mai 2016 08:08)

    "Des expériences ont permis de définir que les activités de battage de pieux pouvaient être audibles jusqu’à 80 km de la source pour des espèces comme le marsouin commun. Les impacts résultant de l’exposition à de forts niveaux sonores vont du dérangement à des lésions permanentes, voire létales, en passant par des perturbations comportementales."

    "De plus, ces modifications de l’écosystème vont également avoir un impact sur le benthos et les peuplements halieutiques de la zone, ce qui peut avoir des répercussions sur les autres maillons des réseaux trophiques, et notamment les mammifères marins (remise en suspension ou introduction de polluants, départ d’espèces et installation de nouvelles…)."

    "Enfin, au-delà des différents effets potentiels, il convient de tenir compte de la possibilité de cumul des effets, à la fois entre les différents projets éoliens mais aussi avec les différentes pressions déjà existantes sur la zone (captures accidentelles, trafic maritime, bruit ambiant, polluants…)."

    Source:
    http://www.eolien-biodiversite.com/impacts-connus/article/eoliennes-offshores-et-mammiferes

  • #188

    Bavière: la haute cour confirme (jeudi, 12 mai 2016 08:39)

    La Bavière a su protéger sa beauté: elle a voté une loi fixant à 2 km* la distance entre éoliennes terrestres et habitations. Du coup, seulement 1% du territoire est apte pour les éoliennes.
    * en fait, la limite c'est 10 fois la hauteur des éoliennes. Pour des éoliennes de 200 m de haut, ça fait 2 km.

    La bonne nouvelle, c'est que la cour suprême de Bavière vient de déclarer que cette loi est constitutionnelle, donc applicable.
    Pas fous, ces Bavarois: ils ont trouvé le moyen de sauver leur tranquillité, la beauté de leur pays, et le tourisme.

    http://notrickszone.com/2016/05/09/major-blow-to-wind-power-bavarias-highest-court-upholds-10h-rule-shoots-industrialization-of-idyllic-landscape/#sthash.lTVkHcRH.dpbs

  • #189

    MOREAU (jeudi, 12 mai 2016 14:16)

    chers amis, bonjour,

    A propos du projet de complexe éolien en Baie de Saint-Brieuc, prenons quelques instants de calme et de réflexion, posons tout cela sur le sable…de Pleneuf, d’Erquy et autres lieux des cotes de Penthièvre et du Goelo


    commençons par le matériel proposé :
    - l’alternateur de 8 MW. il n’existe que sur le papier.. un « prototype » serait en cours de développement. pour l’instant, seule SIEMENS dispose d’un prototype « certifié » de 6 MW.
    - l’ensemble pales-mat. Pour passer de 5 à 8 MW, il faut que la surface balayée par les pales évolue dans le même rapport. c’est pour cela que nos pales font maintenant 90 m de longueur, au lieu 70 m. le mât, lui, prend 20% de plus en hauteur, à peu près comme l’augmentation de la longueur des pales. pas de prototype, pas d’essais, on construit, cela devrait tenir au vent.

    ensuite : qui fabrique quoi :

    - AREVA a abandonné le secteur des énergies renouvelables. le marché est repris par ADWEN co-entreprise AREVA-GAMESA. GAMESA veut se vendre à SIEMENS. SIEMENS ne veut pas de la technologie d’AREVA. GE pointe le bout de son nez.
    qui fait quoi dans tout cela ? la seule chose dont on est à peu près sûr, c’est qu’on ne construira pas d’usine au Havre..de toutes façons AREVA n’aurait jamais rien construit au Havre, car elle possède une usine à Bremerhaven en Allemagne, dédiée à la construction d’éoliennes, et il faut bien la rentabiliser.

    ensuite : comment ce complexe éolien va-t-il fonctionner par rapport au réseau ?
    - il faut se rappeler que le vent est intermittent et imprévisible. Malgré les prévisions optimistes du promoteur, rapportées par l’autorité environnementale (j’ai calculé que les éoliennes tourneraient pendant 56% du temps !), il n’empêche que lorsqu’il n’y a plus de vent, il n’y a plus de vent ni d’électricité, et on passe instantanément de 400 MW ( en cas 20% d’éoliennes en croix en permanence) à 0 MW. il faut donc une source de substitution.
    - où en est le projet de la centrale de Landivisiau ? il prend du retard selon la presse, il est en croix selon d’autres sources.
    - l’idée de faire varier brutalement les régimes des centrales nucléaires pour s’adapter à la production éolienne me parait complètement farfelue, bien que faisable techniquement : cela m’étonnerait que les agents de la conduite de EDF soient d’accord..on n’aime pas trop les régimes transitoires et les variations brutales dans ces métiers là...

    et tout cela pour 2,7 Mds €

    vu de l’extérieur, ce projet ne tient pas debout…aucun industriel ni économiste n’accepterait de se lancer dans une aventure pareille..

    personnellement, j’ai toujours pensé que ce projet était au mieux une fantaisie commerciale pour étudiants en marketing et communication. je me réfère pour cela à la facilité déconcertante avec laquelle le promoteur répond aux variations du cahier des charges : 100 éoliennes passant à 62, fondations gravitaires se transformant en jackets, puis en gravitaires, puis à nouveau en jacket, toutes évolutions nécessitant des études technico-économiques qui n’ont jamais été faites.

    réveillons nous , cela doit être un mauvais cauchemar..

    Jean-Claude MOREAU

  • #190

    andré (lundi, 16 mai 2016 07:54)

    Le Danemark abandonne 5 projets éoliens en mer : l'électricité produite est bien trop chère.

    Le projet Yeu-Noirmoutier : 220€ le MWh contre 21€ au prix du marché - DIX FOIS PLUS CHER !

    "Nous allons payer 220€ le mégawatt/heure produit par le projet Yeu-Noirmoutier. Or, nous dit l’agence REUTERS ci dessus, le prix du marché au Danemark est de 21€ le MWh. Payer l’électricité 10 fois son prix, cela a un nom : c’est un suicide, économique mais aussi social."
    Lire l'article qui nous vient du Danemark : https://liledyeu.wordpress.com/2016/05/16/le-danemark-veut-abandonner-5-projets-eoliens-en-mer/

  • #191

    Que de promesses tombées à l'eau! (jeudi, 19 mai 2016 04:59)

    Un article de l'association Libre Horizon, d'Arromanches:

    Adieu veau, vache, cochon, couvée

    On peut changer comme ça 50% d’un consortium, oublier les promesses d’emploi, faire fi de l’opposition de 70% de la population exprimée lors de l’Enquête publique, et payer son électricité 8 fois plus cher pour financer une filière nord-américaine ?!

    Lire l'article au complet: http://www.libre-horizon.com/spip.php?article255

  • #192

    L'éolien caffouille en Allemagne (lundi, 23 mai 2016 05:32)

    "Certains groupes écologistes bien intentionnés tracent un portrait un peu trop rose de la transition énergétique en Allemagne. En fait, les limites pratiques sont nombreuses, les coûts sont élevés et les modèles économiques classiques ne fonctionnent plus. Tout le secteur européen de la production électrique est au bord de la faillite et les experts en énergie essaient de comprendre les contraintes inhérentes aux énergies renouvelables avant d’aller plus loin."
    Lire l'article en entier: http://adrastia.org/lecons-transition-energetique-allemagne-gauthier/

  • #193

    André publié dans Economie Matin (jeudi, 26 mai 2016 06:54)

    L'ÉOLIEN OFFSHORE FRANÇAIS, UN GOUFFRE FINANCIER POUR LE CONSOMMATEUR
    http://www.economiematin.fr/news-france-eolien-offshore-cout-prix

  • #194

    Bateau de pêche coulé par une éolienne (lundi, 30 mai 2016 06:23)

    Nouvel accident de bateau de pêche dans le parc éolien de Barrow‏
    Jeudi 26 mai 2016
    Tôt ce matin, les bénévoles de la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) ont sauvé l'équipage d'un bateau de pêche après sa collision avec une éolienne en mer dans le parc de Barrow à l'ouest de l'ile de Walney.
    Le bateau était en train de couler à 4 km à l'ouest de l'ile de Walney avec 3 marins pêcheurs à bord dont deux blessés à la suite de la collision.
    Barrow : 30 éoliennes Vestas de 3MW à 11KM de l'ile de Walney

    http://www.4coffshore.com/windfarms/rnli-rescues-fishing-crew-after-turbine-collision-at-barrow-nid3882.html

  • #195

    Paradoxe: éoliennes = + de pollution (jeudi, 02 juin 2016 03:08)

    "Le pays avec éoliennes consomme 13 % de gaz de plus que celui qui n’a pas d’éoliennes. La différence est pire pour tout autre combustible fossile !"

    "L’installation d’éoliennes où que ce soit sur la planète ne répond à aucune logique, ni verte ni économique. Peu nombreuses, elles ne dérangent guère ; nombreuses, elles tuent l’économie d’un pays tout en le polluant."
    Par Claude Brasseur,
    mathématicien, chercheur dans le domaine des énergies renouvelables
    http://fr.friends-against-wind.org/realities/l-energie-eolienne-pour-polluer-plus


  • #196

    Corruption (mercredi, 08 juin 2016 01:08)

    Eoliennes : les commissaires enquêteurs dans la tourmente de la corruption !
    http://www.economiematin.fr/news-france-eoliennes-corruption-elus-enquete

    Ça ne surprendra personne, mais c'est tout bonnement écoeurant.

  • #197

    la pêche dans les parcs éoliens offshore (dimanche, 12 juin 2016 09:05)

    Peut-on vraiment pêcher dans les parcs éoliens en mer ?

    Les retours d'expérience danois, allemands, anglais sont édifiant.

    http://2gpgf.r.a.d.sendibm1.com/7pt9b6ttrf.html

  • #198

    andré (samedi, 18 juin 2016 05:51)


    Les prix de l’électricité s’envolent en Europe

    COUPABLES, LES ÉNERGIES RENOUVELABLES
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/06/18/les-prix-de-lelectricite-senvolent-en-europe/

  • #199

    deux fois plus cher ! (jeudi, 23 juin 2016 04:59)

    EDF va être obligée d'acheter, pendant 25 ans, l'électricité produite par le futur parc éolien en mer Yeu-Noirmoutier au prix exhorbitant de 220€ le MWh.
    C'est deux fois plus cher que ce que paie l'équivalent d'EDF au Danemark: "l'an dernier, le suédois Vattenfall a remporté un appel d'offres au Danemark pour la construction du parc Horns Rev3 au prix de 103 euros/MWh" - (Horns Rev1, 2 et 3 sont des parc éoiliens en mer).
    http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211010524133-eolien-en-mer-la-baisse-des-couts-progresse-a-grands-pas-2004852.php

    Les Français peuvent-ils se permettre de payer leur électricité "verte" deux fois plus cher qu'au Danemark?

  • #200

    Eoliennes offshores et mammifères marins (lundi, 27 juin 2016 03:51)

    L'ADEME, le MEDDE, le SER/FEE et la LPO reconnaissent que les éoliennes offshore peuvent causer des lésions fatales aux mammifères marins:
    "Des expériences ont permis de définir que les activités de battage de pieux pouvaient être audibles jusqu’à 80 km de la source pour des espèces comme le marsouin commun. Les impacts résultant de l’exposition à de forts niveaux sonores vont du dérangement à des lésions permanentes, voire létales, en passant par des perturbations comportementales."
    http://www.eolien-biodiversite.com/impacts-connus/article/eoliennes-offshores-et-mammiferes
    Mais bien sûr, l'argent du promoteur fera dire aux études d'impact que le risque est "faible". C'est comme pour les oiseaux et les chauves-souris...
    Le fric arrange tout, comme chacun sait...

  • #201

    Financement participatif (vendredi, 01 juillet 2016 06:39)

    Méfiez vous des promesses de profits mirobolants:
    http://leventtourne.org/enquete-des-milliers-de-personnes-flouees-apres-un-placement-dans-les-energies-renouvelables/

  • #202

    Un classement UNESCO passe à la trappe... (mardi, 05 juillet 2016 07:45)

    Une complainte parmi tant d'autres en France:

    Il y a quelques semaines nous nous réjouissions que Langres soit lauréate du concours des plus belles villes fortifiées de France.
    Aujourd'hui on apprend que malgré ses atouts, Langres ne pourra prétendre au classement UNESCO ...

    En effet, la semaine dernière devant l'assemblée départementale, le préfet de la Haute-Marne Françoise SOULIMAN a exprimé sa déception face à l'échec de la candidature de Langres au classement UNESCO ... à cause des éoliennes (Journal de la Haute-Marne du 24/6/ 2016) qui ruinent son panorama du secteur Nord.
    Plus précisément, il s'agit des éoliennes de l'entreprise BORALEX qui possède et exploite le parc éoliens des Haut de Conges sur les finages de Dampierre (361 habitants) et Vitry les Nogent.

    La notoriété dont tout le Pays de Langres aurait bénéficié grâce ce label international (hôtellerie, commerce, immobilier, bâtiment) nous passe sous le nez....

  • #203

    Un classement UNESCO passe à la trappe... (mardi, 05 juillet 2016)

    Voici le lien : https://www.facebook.com/cielsudhautemarne/

  • #204

    72€ le MWh offshore au Danemark !!!!!!! (lundi, 11 juillet 2016 05:43)

    Il y a deux ou trois mois, le MWh éolien offshore se payait 103€ au Danemark. Que s'est il passé? - Le gouvernement a fait savoir qu'il pensait annuler 5 projets offshore parce que cette énergie, à 103 € le MWh, était trop chère. Du coup, les promoteurs ont décidé d'être moins gourmands...
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-dong-energy-pays-bas-tarif-achat-bas-27160.php4#xtor=ES-6

    Pas de danger que notre gouvernement en fasse de même, d'autant qu'il a accordé 220 € le MWh à l'éolien offshore en France - un prix pharamineux! C'était une façon de renflouer Areva, seulement voilà, c'est Siemens ou d'autres étrangers qui vont en bénéficier!
    Les Français, comme d'habitude, paieront les pots cassés par les politiques.

  • #205

    Areva quitte l'éolien offshore (lundi, 11 juillet 2016 08:23)

    Pour mieux comprendre le passage de bâton d'Areva aux étrangers :

    "Ce rapprochement remet en cause la participation de Gamesa dans la société Adwen co-construite avec Areva en mars 2015. La société française a désormais trois mois pour décider du sort de ses parts : soit céder sa participation à Gamesa, soit profiter d'une meilleure offre d'un investisseur tiers intéressé par Adwen. Dans tous les cas, elle se retire du secteur. Mais elle garantit que les engagements d'Adwen pris dans le cadre des parcs éoliens offshore français seront tenus.
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-siemens-gamesa-fusion-areva-retrait-27031.php4

    Qui profitera du prix exhorbitant de 220€ le MWh? - Siemens et Gamesa!

  • #206

    50 milliards d'euros gaspillés (samedi, 16 juillet 2016 06:04)

    Les Echos: "Le plan (éolien et photovoltaïque) gouvernemental s'analyse comme une augmentation d'impôt de près de 10 milliards par an. En pis, en bien pis, car l'argent de nos impôts est (généralement) dépensé en créant de l'utilité, ce qui n'est pas le cas ici. Il offre un exemple caricatural de la façon dont nos décideurs décident : comme on aime, sans compter. La politique a ses raisons que la raison ne connaît point."

    Lire l'article: http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0211117043579-energies-renouvelables-un-gaspillage-a-50-milliards-deuros-2014451.php

  • #207

    Ostermann (mardi, 19 juillet 2016 21:57)

    Il faudrait que les ilais se réveillent puisque ce projet a des conséquences négatives sur tous les plans y compris écologique! Ils seront les premiers en faire les frais.

  • #208

    andré (dimanche, 24 juillet 2016 10:23)

    Ecologique, oui. Rappelons nous les risques de marée noires à la suite de collisions, par mauvais temps, de navires contre les éoliennes, qui sont trop proches du chenal de St Nazaire.
    Et puis, les effets des 62 tours énormes sur les courants, donc sur le sable des plages. Sur les fonds marins aussi, et les ressources en poissons et crustacés : toutes ces vibrations dans l'eau et dans la roche, ça les fait fuir. Dans les autres pays ils s'en fichent : ils ont interdit la pêche autour des éoliennes, pour des raisons de sécurité.

  • #209

    actions en justice (jeudi, 28 juillet 2016 08:49)

    La Fédération Environnement Durable demande à la justice l'annulation des permis de construire des parcs éoliens offshore.
    http://www.economiematin.fr/news-federation-environnementale-durable-annulation-permis-construction-fed

    J'entends dire que l'association NENY s'est aussi lancée courageusement dans un recours, mais je n'ai pas les détails. Quelqu'un les a t il?

  • #210

    andré (jeudi, 04 août 2016 09:41)

    Vue des futures éoliennes depuis Noirmoutier
    http://vendee.eoliennes.non.free.fr/videos/noirmoutier.gif

    Elles seront plus proches de l'île d'Yeu.
    C'est le photomontage officiel, mais en utilisant un angle panormique on rapetisse les choses.
    Pour se rendre réellement compte de ce qu'on verra, il faut aller à Bouin, au Carrefour entre la .... voir commentaire #125 :

  • #211

    plus de 500 personnes escroquées à l'éolien (vendredi, 12 août 2016 22:17)

    Encore une escroquerie à base d'éolienne !
    Eh oui, on a lavé le cerveau des gens à la télé, alors ils croient à ces machines dur comme fer, qu'elles soient énormes ou de taille plus modeste.
    http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire-44600/pays-de-la-loire-le-scandale-des-eoliennes-domestiques-ira-au-proces-4411792

  • #212

    Vidéo : La Guerre des Éoliennes (mardi, 23 août 2016 02:14)

    Une vidéo allemande très intéressante est passée à la télé Outre Rhin.
    La voici, sous-titrés en Français:
    La Guerre des Éoliennes
    « Quelques-uns font de gros profits aux dépens des citoyens et de la nature. »
    http://fr.friends-against-wind.org/films/der-kampf-um-die-windraeder

  • #213

    andré (dimanche, 28 août 2016 23:30)

    Voyez notre nouvel article :
    Peut-on se fier aux photomontages ?
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/08/28/photomontages-trompeurs/
    L'article conclut : Merci, Monsieur le Maire!

  • #214

    Pas fous, les Suisses (jeudi, 01 septembre 2016 01:36)

    Enfin !... les Suisses se réveillent devant la stupidité de la transition énergétique.
    http://lesobservateurs.ch/2016/08/31/albert-rosti-pour-un-approvisionnement-electrique-avantageux-sur-et-suffisant-de-la-suisse-non-a-la-nuisible-strategie-energetique-2050/

  • #215

    Éolien : scandale d’État (lundi, 05 septembre 2016 21:08)

    "L’escroquerie aux énergies renouvelables, véritable scandale légalisé par l’État, persiste sans que les Français n’en soient conscients."
    http://www.bvoltaire.fr/olivierdamien/eolien-scandale-detat,280579

  • #216

    Une autre imposture (lundi, 12 septembre 2016 13:28)

    "La ratification de la COP21 est aussi une imposture, car les émissions de CO2 vont augmenter."
    http://reinformation.tv/ratification-cop21-imposture-emissions-co2-augmenter-dolhein-59277-2/

  • #217

    La transition catastrophique (vendredi, 23 septembre 2016 12:37)

    "Sortir du nucléaire sans énergies renouvelables prêtes à prendre le relais nous renvoie aux vieilles centrales à charbon. Cette transition est déjà à l’œuvre en Allemagne : mines à ciel ouvert, paysages dévastés et pollutions diverses."
    http://www.liberation.fr/debats/2016/09/21/energie-la-transition-catastrophique_1505351
    Ce que Libération oublie de dire, c'est qu'il FAUT des centrales brûlant du gaz ou du charbon pour réguler la production intermittente et erratique du vent et du soleil.
    C'est là qu'on se rend compte que, pour les journaux subventionnés, le "politiquement correct" prime sur la vérité.

    Les subventions nous imposent donc, non seulement des industries peu performantes, voire carrément inutiles (éolien), mais encore des journaux qui nous MENTENT.

  • #218

    andré (mardi, 27 septembre 2016 03:37)

    Voyez notre nouvel article:
    Un échec de l’éolien, maquillé en succès
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/09/23/un-echec-de-leolien-maquille-en-succes/
    Ne pas manquer, en fin d'article : Éric Brunet, de RMC Radio Brunet, nous dit ce qu'il a sur le coeur.

  • #219

    Californie : l'échec des renouvelables (mercredi, 05 octobre 2016 22:18)

    Une étude de Bloomberg vient de mettre en évidence que le développement éolien et photovoltaïque entraînait une augmentation des émissions de GES en augmentant la nécessité de recourir aux énergies fossiles pour les assister.
    http://www.environmentalprogress.org/big-news/2016/7/14/bloomberg-new-energy-finance-renewables-killing-nuclear
    (en anglais)

  • #220

    infrasons : dix kilomètres et davantage (dimanche, 09 octobre 2016 19:52)

    L’angoisse des éoliennes
    "...du 118ème congrès des médecins allemands qui a attiré l’attention sur les effets potentiels sur la santé des infrasons éoliens dans un rayon de… dix kilomètres.
    En tout état de cause, même si à grande distance les bruits audibles disparaissent, les infrasons des éoliennes constituent une nuisance pour la santé et le confort de vie des riverains."
    Dix kilomètres, et davantage selon des études indépendante, et des témoignages : www.friends-against-wind.org/testimonies

    http://metamag.fr/2016/10/06/langoisse-des-eoliennes/

  • #221

    Folie furieuse (mercredi, 12 octobre 2016 19:43)

    "Des milliers de générateurs diesel pour compenser l’éolien !"
    Et à quel coût !!!!
    http://www.contrepoints.org/2013/08/05/133423-folie-des-milliers-de-generateurs-diesel-pour-compenser-leolien

    Sans les combustibles fossiles, 1000 éoliennes ne pourraient pas allumer une ampoule 4 jours de suite...

  • #222

    démantèlement (jeudi, 13 octobre 2016 22:44)

    Qui démantèlera les éoliennes arrivées en bout de vie (en príncipe 25 ans) ? Surtout si la société montée pour l'occasion plie bagage...
    En mer, ça sera bien plus difficile - et coûteux - que sur terre. On s'engage à l'aveuglette sans bénéfice du retour d'expérience.
    Les consommateurs paieront pour la légèreté des politiques. Tant pis pour eux !
    http://lepetitrapporteurdunet.unblog.fr/2014/08/28/le-grand-mensonge-14-000-eoliennes-abandonnees-aux-usa/

  • #223

    andré (mardi, 01 novembre 2016 02:23)

    Voir notre nouvel article: 25.000€ par famille
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/11/01/25-000e-par-famille/

  • #224

    andré (vendredi, 25 novembre 2016 15:26)

    La future base de maintenance Quai du Canada : une horreur qui fera fuir touristes et estivants.
    https://liledyeu.wordpress.com/2016/11/25/quai-du-canada-ca-coince/

  • #225

    CSPE (mercredi, 14 décembre 2016 20:31)

    5 milliards de déficit de la CSPE - en Espagne ils en sont à plus de 30 milliards, qui devront être payés par les consommateurs.
    https://www.youtube.com/watch?v=KboWWN_w6r0&feature=youtu.be

  • #226

    la vérité sur l'offshore (vendredi, 16 décembre 2016 13:43)

    Siemens se plantera comme s'est planté Areva - le consommateur paiera.
    http://lepeuple.be/areva-se-plante-leolien-off-shore/75345

  • #227

    la ruine pour les ploucs! (mardi, 20 décembre 2016 14:09)

    Enfin un article bien sentí, plein de bon sens, sur l'éolien:
    http://friends-against-wind.org/testimonies/il-en-faut-bien-de-l-eolien

  • #228

    Une bataille de perdue pour les opposants aux éoliennes !!! (mercredi, 21 décembre 2016 22:09)

    Premier recours, première défaite !!! NENY n'a plus qu'à payer. Que de temps perdu par les tribunaux français dans des débats inutiles. J'espère que ce jugement va éviter d'autres recours tous aussi inutiles les uns que les autres dans ce genre de projet, qui risquent de couter cher au contribuable.

  • #229

    Dom. (jeudi, 29 décembre 2016 23:31)

    Que de temps perdu et d'argent gaspillé. Recours rejeté.
    http://www.lecourriervendeen.fr/2016/12/15/les-recours-contre-le-parc-eolien-off-shore-des-deux-iles-rejetes/

  • #230

    Emmanuel Vrignaud (samedi, 07 janvier 2017 18:48)

    Ainsi donc, ce projet se poursuit dans sa folle lancée.
    A en lire les derniers commentaires de ce fil de discussion, il faudrait même aller encore plus vite, sans prendre la mesure des conséquences pour l'île d'Yeu, ou comme si il fallait faire taire au plus vite les critiques que commencent (enfin) à formuler les islais.

    La lecture de l’article de Ouest France du 25.11.2016 (repris dans la Gazette Annonces du 08.12.2016) est en effet édifiante.
    Malgré les paroles rassurantes, la société Eoliennes en mer des îles Yeu et Noirmoutier ne chercherait-elle pas de bons prétextes pour ne pas implanter les bases de maintenance à l’île d’Yeu et Noirmoutier ?

    On apprend tout d’abord dans cet article que le consortium a découvert que la houle était plus forte que prévue en Atlantique !
    Par conséquent, alors qu’il avait été affirmé publiquement que des bateaux de 15 mètres suffiraient, pour assurer le confort des techniciens, les bateaux seront beaucoup plus gros et surtout très larges, encore plus larges que les catamarans de la régie.
    Soit, mais il y a un problème, il n’y a pas assez de tirant d’eau dans le port !!!
    Il faudrait donc draguer et consolider le port. Or les marins s’y opposent car outre le prix prohibitif des travaux, cela risquerait d’accentuer le phénomène de houle dans le port, comme ce fut la cas lors des travaux des années 80.

    Deuxième problème : la base de maintenance serait éclatée en 3 sites (aux Bossilles, sur le quai du Canada et à l’aérodrome).
    Ce choix est un non-sens industriel, le consortium le reconnait bien volontiers.
    Plusieurs problèmes là aussi et non des moindres : comment concilier cette activité industrielle avec l’activité touristique du port, et comment parvenir à assurer la sécurité des transports d’éléments lourds entre des Bossilles jusqu’au quai du Canada ? Surtout en saison lorsqu’on voit la circulation anarchique sur cette route et l’activité qui règne sur le port.

    Enfin doit-on accepter qu’un bâtiment même modeste se construise sur le quai du Canada ? Même si ce quai a jadis abrité l’ancienne gare maritime, il s’agit quand même d’un élément important pour ne pas dire essentiel du patrimoine du port.
    Une conseillère municipale de la majorité dit même avec raison : « Je suis catastrophée à l’idée d’un bâtiment situé place de la Norvège, qui ruinerait la vue sur l’entrée du port ».
    Aussi une grue forcément très inesthétique serait nécessaire, mais il est fort probable que le quai ne soit pas à l'heure actuelle suffisamment solide pour la porter.

    Avec beaucoup de justesse et de lucidité le directeur de port résume parfaitement les choses : « Les installations pour la maintenance des éoliennes doivent être compatibles avec l’échelle de l’île et les contraintes portuaires de Port-Joinville. Appliquer un cahier des charges répondant aux standards en vigueur dans les ports industriels allemands ou belges est un non-sens pour l’île d’Yeu. Il est nécessaire de sortir des schémas théoriques et de penser à l’aspect du port, à la vie locale et aux estivants ».

    A l’Herbaudière les projets du consortium provoquent aussi la colère car ils souhaitent s’approprier une partie des quais des marins.
    Les marins ont aussi appris avec stupeur que pendant la phase de construction (2-3 ans) il y aura interdiction de rentrer sur la zone du parc.

    Pour conclure, reprenons les paroles de ce conseiller municipal : « Je suis inquiet de l’évolution du projet, tant pour les promesses d’emploi, indéfinies, que pour les propositions d’emplacements du centre de maintenance, sur lesquelles on manque d’éléments. Nous sommes dans le flou. Il serait judicieux d’avoir des interlocuteurs au fait des problèmes techniques ».
    Triste aveu.
    Les élus ne parviendraient donc pas à avoir de réponses précises à leurs questions. Le nombre d’emplois dévolus aux islais resterait toujours aussi incertain.

    Avec ce projet totalement démesuré et rappelons-le implanté beaucoup trop proche des côtes de l’île d’Yeu, les islais ne sont hélas pas au bout de leurs désillusions.

  • #231

    andré (mardi, 31 janvier 2017 16:46)

    Nouvel article sur le blog "liledyeu" : La face cachée de l'éolien
    Une énergie renouvelable, ou bien tout autre chose ?

    « La Cour des Comptes a démontré que les éoliennes n’ont plus besoin d’aides financières depuis 2013. Pourquoi continuer à leur servir un pont d’or aux frais du contribuables et dans quelles poches va-t-il depuis trois ans ? » Ludovic Grangeon

    « Grâce à des subventions pour des technologies inefficaces, pas un seul nouvel emploi n’a été créé, mais la richesse a été détruite ».
    Hans-Werner Sinn, président de l’institut IFO de Múnich
    Lien : https://liledyeu.wordpress.com/2017/01/31/la-face-cachee-de-leolien/

  • #232

    Australie: pannes de courant à répétition (vendredi, 10 février 2017 15:34)

    L'Australie du Sud, l'un des états fédérés de la grande île, est lancé à fond dans l'éolien depuis 15 ans. Résultat : pannes de courant généralisées à répétition losrqu'il n'y a pas de vent. Des industriels pensent délocaliser. L'état est devenu la risée du pays, et les Australiens commencent enfin à se rendre compte que l'éolien est un leurre.
    Voir l'article (en anglais) paru dans un journal Australien (les journaux européens, subventionnés, se gardent bien d'en parler, obéissant aux consignes gouvernementales: surtout ne pas critiquer l'éolien): http://www.thegwpf.com/south-australia-the-green-state-that-cannot-keep-the-lights-on/

  • #233

    Emmanuel Vrignaud (mercredi, 29 mars 2017 21:34)

    La Société des Eoliennes en Mer des Iles d’Yeu et de Noirmoutier vient de mettre en ligne de nouvelles simulations visuelles du projet (voir : http://iles-yeu-noirmoutier.eoliennes-mer.fr/photomontages/carte.html).
    Certaines présentent différentes simulations selon l’heure de la journée, d’autres intègrent le projet de parc éolien en mer de Saint-Nazaire pour identifier les effets visuels cumulés.

    Pour l’île d’Yeu, il faut noter parmi les panoramas supplémentaires, un nouveau point de vue depuis la pointe de la Gournaise, une vue au coucher du soleil à Port Joinville, ainsi que des vues durant la traversée.

    J’invite chacun à visualiser ces photomontages sur grand écran, en sachant que l’angle de champ à 180° choisi pour les panoramas est beaucoup plus large que celui de la vision humaine.

    Si cet effort de transparence est louable, on peut néanmoins regretter que d’autres vues emblématiques n’aient pas été réalisées (vues depuis la plage de la Pulante, avec l’anse des Broches au premier-plan, ou encore depuis la côte sauvage aux Chancrelles…).

    Surtout, il démontre une nouvelle fois l’impact visuel catastrophique de ce projet.
    Qui peut encore affirmer que les éoliennes ne se verront pas, ou seront de simples allumettes imperceptibles sur la ligne d’horizon ?
    A titre d’exemple pour que chacun puisse se faire une idée, depuis la pointe de la Gournaise le photomontage montre bien que les éoliennes seront beaucoup plus hautes sur la ligne d’horizon que la tourelle des Chiens Perrins.