Croqueurs de pommes de L'île d'Yeu : une pépinière de projets

Lors de son assemblée générale annuelle, l’association islaise affiliée à l’association nationale des Croqueurs de pommes a présenté les projets d’actions qu’elle compte entreprendre dès l’année en cours. Son président, Patrick Levainville a fait part le 27 avril de ses pistes de réflexion à la trentaine de personnes présentes. Il envisage de s’orienter dans trois directions, en partenariat avec la mairie, l’association Yeu Demain et le Collectif agricole.

Inventaire collectif

Premier objectif : poursuivre l’inventaire des arbres fruitiers de l’île, en proposant aux enfants de s’associer de façon pédagogique à l’aventure. Un concours pourrait être lancé en vue de désigner le pommier, le prunier ou le poirier le plus emblématique de l’île. Il inciterait à renouer avec l’histoire de l’île tout en permettant d’alimenter en nouveaux greffons le verger patrimonial. Les établissements scolaires et les centres de loisirs seront contactés à cet effet.

Apprentissage et perfectionnement

Un stage de pomologie pourrait aussi être organisé au quatrième trimestre afin que les adhérents de l’association complètent leurs connaissances en botanique et puissent reconnaître les différentes variétés de pommes. Conçu pour vingt personnes, ce cours d’une journée serait ouvert à toute personne intéressée.

Des initiations à la taille des arbres fruitiers doivent par ailleurs voir le jour, dans la même veine que les séances d’apprentissage de greffe pratiquées jusqu’ici. L’objectif étant de sauvegarder les variétés anciennes.

Animations et emploi solidaire

Enfin, pour animer le verger patrimonial, une bourse aux greffons ainsi qu’une fête de la pomme sont envisagés. Les Croqueurs de pommes rêveraient aussi de transformer à terme le verger de la rue Saint-Hilaire en maison de la nature à ciel ouvert : un potager pédagogique viendrait notamment s’adjoindre aux arbres fruitiers et aux ruches, des panneaux expliqueraient comment jardiner sans pesticides… Ils songent en outre à développer l’emploi solidaire autour de l’entretien des vergers délaissés, de la récolte des fruits, de leur transformation et de leur vente. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0