Oya Films : menace apocalyptique sur l'île d'Yeu !

Cet été, les caméras et le banc de montage d'Oya Films tournent à plein régime avec les ados de l'espace jeunes qui se sont essayés à la science-fiction en imaginant l'île d'Yeu en 2025.

 

Bénéficiant d'un financement du dispositif Passeurs d'Images de la DRAC et en coopération avec l'Espace Jeunes de la mairie, Oya Films a imaginé un véritable parcours de cinéma tout au long de l'année pour les ados volontaires. Le programme a débuté à Pâques sur le thème de la science-fiction choisi par les jeunes. Après l'analyse de films et la programmation d'une séance de cinéma en plein air, les enfants ont côtoyé pendant deux jours une scénariste professionnelle, Catherine Paillé, originaire des Sables et formée à la prestigieuse FEMIS, pour élaborer leur propre histoire de science-fiction. C'est finalement un mélange de menace apocalyptique et d'intrigue policière qu'ils ont choisi de mettre en scène : en 2025, l'île est menacée par une météorite qui contraint les habitants à évacuer le territoire en urgence. Un groupe d'amis se trouve à ce moment-là en camping sauvage sur la plage des Fontaines, sans que tous les parents soient au courant. Le lendemain matin, ils découvrent une île désertée où tout est donc possible, mais où la menace n'est pas forcément celle que l'on croit...

Rencontre avec le scénariste du petit Nicolas

 

Tourné début juillet, le court-métrage qui représente une île sans habitants a dû s'adapter au flux touristique avec des tournages de bonne heure le matin ou tard le soir. Heureusement, des commerçants comme la Maison de la presse et Casino ont parfaitement joué le jeu, ainsi que des particuliers offrant leur maison et leur piscine. Zoé, Amélie, Astrid, Elisa, Baptiste, Axel et Adrien se sont aussi complètement investis dans ce projet de longue haleine qui connaîtra son moment fort avec la présentation de leur film au public, le jeudi 31 juillet à 22h30 dans la prairie de la Citadelle, en avant-programme de Super 8 (la séance est gratuite !). Et le parcours de cinéma n'est pas fini, car il se poursuivra à la Toussaint avec un déplacement au festival nantais des Utopiales spécialisé dans la science-fiction. Le film des ados devrait aussi être proposé l'an prochain au prix Louis-Marie Barbarit de la Cinémathèque de Vendée.

Écrire commentaire

Commentaires : 0