Les P'tites têtes de l'île d'Yeu sur la grande scène

Depuis une vingtaine d'années, des bénévoles animent un groupe de jeu théâtral et d'expression corporelle à l'île d'Yeu. Pas forcément très connues du grand public, « Les petites têtes » ont pourtant donné le goût du jeu et de l'écriture à de nombreux jeunes Islais. Mardi 24 juin, à 20h30, les jeunes comédiens monteront sur les planches du Casino pour exprimer leur... vérité.

 

Longtemps liée à l'Amicale laïque, l'association des Petites têtes a souhaité prendre son autonomie afin de dépasser le clivage parfois un peu trop prégnant entre école publique et école privée, il y a une dizaine d'années. Les encadrantes aussi ont changé même si la fondatrice, Martine Rambaud, est toujours aux commandes. Et, en fonction du nombre de bénévoles, les classes d'âge concernées se sont aussi réduites et les quatre « animatrices » ne peuvent désormais plus se consacrer qu'aux enfants de 7 à 10 ans. Alors qu'il y eut jusqu'à 50 apprentis comédiens quand neuf adultes s'impliquaient dans l'animation des séances, ils ne seront qu'une vingtaine en représentation au Casino, mais pas moins motivés pour autant.

Apprendre à exprimer

 

Depuis la Toussaint 2013, une fois par semaine à la Citadelle, les deux groupes des Petites têtes s'adonnent à des exercices d'improvisation, d'expression corporelle et de maîtrise de l'espace sur un thème donné. « Les enfants doivent exprimer des sentiments ou des sensations. Au contraire, on peut leur demander d'exprimer quelque chose avec le corps alors qu'ils portent un masque neutre. Les exercices peuvent encore consister à mimer une action au ralenti afin de décomposer un mouvement. Le but est d'apprendre à jouer, développer un jeu physique en adéquation avec le texte proposé. Je m'appuie notamment sur des livres ou des exercices trouvés sur Internet, souvent en provenance du Québec » nous a expliqué Mousso Gravier. « Cela développe des talents, parfois insoupçonnés, et cela donne confiance aux enfants. » Dépister le talent de chacun et le mettre en valeur, telle est bien la motivation première de Martine Rambaud accompagnée par Corinne Lévesque pour le groupe des plus petits (CE1-CE2), et Mousso Gravier et Sandrine Izacard avec les plus grands (CM1-CM2).

 

Cette année, la pièce des plus grands s'articulera en scénettes sur le thème de la vérité : peut-on tout dire ? À qui et comment ? Et qui dit vrai ? Un rap de la vérité viendra ponctuer les scènes courtes qui seront certainement appréciées par quelques anciens, car ils sont finalement nombreux les Petites têtes à être devenues grandes. À terme, les encadrantes aimeraient amener les enfants à Nantes pour y assister à un match d'improvisation, mais évidemment il manque quelques soutiens pour réaliser ce projet-là...

Écrire commentaire

Commentaires : 0