Vendée Va'a - Ile d'Yeu : Les Sablais à 2 secondes près !

Pour sa cinquième édition, la Vendée Va'a ralliait cette année directement Les Sables d'Olonne à l'île d'Yeu, où les pirogues tahitiennes devaient effectuer un parcours côtier, vendredi 30 mai. Autre nouveauté, la meilleure équipe européenne s'envolerait pour la Polynésie afin de se confronter aux meilleurs de la discipline lors de l'Hawaiki Nui 2014 ! Le suspense et le spectacle ont tenu toutes leurs promesses !

 

Alors qu'une hiérarchie semblait définie après la première manche, « les cartes ont été complètement rebattues » selon Bastien Jacotey de CAVAL Kayak, grâce à l'épreuve islaise. Jugée pourtant trop courte par les rameurs et dans des conditions presque trop faciles, la boucle entre le Marais salé et la Meule permettait aux Tahitiens de rester naturellement en tête devant des Bayonnais et des Sablais dans un mouchoir de poche. La dernière manche s'annonçait donc cruciale pour déterminer le lauréat du séjour à Tahiti. Au départ de la plage du Marais salé, les Tahitiens ont d'abord offert une prière traditionnelle, celle qu'ils réservent à leurs marins prenant la mer. Plus folklorique, un « haka », la danse rituelle du Pacifique Sud, a été improvisé pour le plus grand bonheur de la foule des spectateurs. 

Finalement, après des milliers de coups de pagaie, l'Hinaraurea Edt Tahiti s'est logiquement imposé, mais seules deux petites secondes ont départagé les rameurs des Sables d'Olonne de leurs collègues du pays Basque ! Ces derniers, beaux joueurs, ont fait une haie d'honneur à leurs hôtes vendéens qui s'envoleront donc en novembre prochain pour se confronter aux meilleurs équipes de la spécialité en Polynésie française.

 

À l'île d'Yeu, la manifestation sportive pourrait encore se développer pour mieux s'inscrire dans le territoire. La Commune participe désormais au financement de l'événement nautique et l'Union des commerçants et artisans implique ses adhérents dans l'ambiance tahitienne. L'an prochain un cap pourrait être franchi si l'organisation évoluait. Mais peut-être est-ce de la mer que viendra l'engouement islais puisqu'il semble que les rameurs de la CAVAL sont démangés par l'envie de participer à la course...

Écrire commentaire

Commentaires : 0