Les parents de l'école du Ponant interpellent la directrice d'Académie

Lundi 24 février, à 10h, une trentaine de parents attendaient de pied ferme le passage de la directrice d'Académie, Anne-Marie Bazzo, présente dans les locaux de l'école avec son équipe. Depuis décembre dernier, l'école se trouve en effet en sous-effectif d'enseignants au préjudice du parcours des enfants. « Sur 11 institutrices, cinq sont actuellement en arrêt maternité ou maladie. C'est une accumulation de malchance, mais on attend des solutions à court terme. Pour les profs, ça devient ingérable avec parfois plus de trente enfants de trois niveaux différents ! Les enfants sont déstabilisés et vont à l'école à reculons... », nous confiaient des parents inquiets avant l'arrivée de la délégation dans le hall de l'école.

 

La rencontre a bien eu lieu avec notamment Gilles Joseph, l'inspecteur de la circonscription de Saint-Gilles, qui était déjà présent sur l'île le lundi précédent. Un courrier a été lu à la Directrice académique pour exprimer le ras-le-bol de parents « aux bords de la crise de nerfs. » Madame Bazzo a dit entendre les inquiétudes des parents tout en rappelant la « conjonction d'événements » qui nécessiterait de remplacer près de 50% de ses employés. « On ne fait pas rien, mais le personnel à disposition n'est pas pléthorique. On vient vers vous et l’on prend votre préoccupation en considération. » 

L'insularité était aussi au coeur du débat entre des parents qui souhaiteraient une attention particulière à l'éducation de leurs enfants en raison de ce contexte et une administration qui dit en faire déjà beaucoup avec 11 enseignants pour 10 classes et notamment un poste ZIL (zone d'intervention localisée) à demeure. Alors que les parents stigmatisaient une situation « ponctuelle qui dure longtemps », l'inspecteur de circonscription rappelait l'affectation d'un enseignant du continent jusqu'à la fin de l'année et le retour prévu au moins d'une titulaire après les vacances d'hiver. « La situation devrait s'améliorer et l'institution fait son travail » a-t-il assuré. De son côté, l'équipe enseignante, via son syndicat, a lancé « une bouteille à la mer » auprès des autres écoles du département pour trouver un remplacement du poste ZIL.

 

 

Les parents sont donc repartis dans le calme mais sans promesse d'évolution positive et tout en évoquant le choix de certains d'entre eux d'inscrire leurs enfants dans l'enseignement catholique...

Écrire commentaire

Commentaires : 0