Fin des travaux au port de plaisance

Depuis 1997 et l'extension du port de plaisance, aucun travaux de fond n'avaient été réalisés dans cette zone où la question de la sécurité des biens et des personnes se posait. Au-delà du nécessaire « petit coup de propreté », Jean-Claude Gaillard, le directeur du port plaisance, était donc partisan d'une séparation du trafic entre la pêche, le commerce et la plaisance. « Il fallait identifier les zones et les déplacements, pour notamment protéger les piétons. »

 

L'espace entre le bassin pêche et commerce et le port de plaisance a globalement été divisé en 3 tiers : l'un pour le travail des marins; au centre, la route qui mène au quai commerce; et enfin l'espace de stationnement et de déplacement sécurisé pour les plaisanciers. Ceux-ci devraient donc désormais ne se déplacer que sur le béton désactivé, de couleur claire, qui relie la capitainerie à la route menant aux commerces du port. À proximité du bâtiment administratif, le ponton A a d'ailleurs été supprimé au profit d'un réaménagement sur l'eau ce qui dirige les plaisanciers loin de la route du quai « commerce. »

Dans le même ordre d'idée, il est prévu, l'hiver prochain, de modifier l'escalier menant au bureau de la capitainerie pour l'installer côté plaisance. Si le nombre de places de parking a été augmenté de 100 à 120, Jean-Claude Gaillard sait pertinemment que cela ne suffira pas au plus fort de la saison dans ce qui est « le plus grand hôtel de l'île » avec 23.000 nuitées de bateau en 2012. Cependant, l'aménagement des stationnements a aussi été conçu afin de laisser une possibilité de manoeuvre en cas de débarquement exceptionnel sur le quai est du bassin de pêche grâce à des plots amovibles. Et le nombre d'appuis-vélos a également été augmenté.

 

Les travaux dirigés par le cabinet Artelia de Nantes ont coûté 1,6 million d'euros. L'aménagement paysager s'achèvera après la saison tandis que la signalétique est en cours de finalisation. Mais celle-ci pourrait devoir changer en fonction des usages. En effet, même si le rond-point impose aux chauffeurs de ralentir, certains profitent de sa faible hauteur pour ne pas trop lever le pied. Et, si le chemin piétonnier est plutôt bien indiqué, certains ont tout de même tendance à traverser au plus court en « coupant » la zone de travail dédiée à la pêche. Une barrière comme il en existe déjà pour délimiter l'espace de la criée pourrait ainsi bientôt s'avérer nécessaire.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Mcmanus (samedi, 20 juillet 2013 03:10)

    Bonjour,
    Six ans que je fais une demande d'anneau pour la période de juin - juillet - août, et qu'on me répond inlassablement que c'est impossible. J'aimerais bien savoir où se mettent les bateaux vendus par les chantiers locaux ?
    C'est comme cela qu'on encourage le vente de bateaux et le reprise d'activité en France ?