Vers le remplacement de l'Insula Oya 2

Annoncée depuis un moment, notamment dans la récente assemblée générale de l'association Aller-Retour, la question du renouvellement du caboteur mixte (marchandise-passager) Insula Oya II vient d'être confirmée. En effet, vendredi 28 juin, lors de la séance plénière du Conseil Général, une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage à été votée.

 

Le propriétaire des bateaux de la Compagnie Yeu-Continent vient, de fait, « de décider la construction d’un nouveau caboteur mixte afin de remplacer l’Insula Oya II » comme Bruno Noury l'a expliqué dans son communiqué. L'Insula Oya II a dépassé les trente ans, et même s'il pourrait encore naviguer, les travaux nécessaires à sa pérennité et leurs coûts posaient clairement la question de son renouvellement pur et simple.

« Une expertise commandée par le Conseil Général a mis en avant l’état de vétusté de nombreux éléments. Le pont de chargement, les rampes d’accès et la tuyauterie hydraulique sont corrodés de même que les grues. Le pupitre de la passerelle est constitué de composants anciens, le stabilisateur antiroulis répond moins bien, et, si les moteurs proprement dits sont en bon état car changés en 2006, les groupes électrogènes seraient à changer. Ne répondant plus aux réglementations actuelles, le risque existerait donc qu’à terme, sans travaux coûteux, le bateau ne puisse plus bénéficier d’une reclassification », a précisé le Conseiller général de l'île d'Yeu, vice-président de la Régie.

 

Horizon 2017 ?

 

Le poids de l'investissement était évidemment au coeur des discussions de l'assemblée départementale dont les finances font l'objet d'une grande attention dans le contexte actuel. Or, les projections ont montré que « prolonger l'exploitation de l’Insula Oya sur 10 ans en intégrant les travaux à réaliser, son remplacement pendant la durée des travaux (6 mois), les frais de maintenance et d’entretien annuels, reviendrait beaucoup plus cher que la construction ou l’achat d’un bateau neuf (15 à 18 millions d’euros) avec des coûts plus faibles. » Le choix d'un nouveau caboteur s'est donc imposé. Même si Bruno Noury considère que le Conseil Général a « la volonté d'aller vite », il reste tout de même aux acteurs de la liaison maritime réunis dans un groupe de travail à continuer leur rédaction d'un cahier des charges pour un nouveau bateau qui ne devrait pas accoster sur l'île avant quatre ans.

Écrire commentaire

Commentaires : 0