Cinq contrats d'avenir signés à l'île d'Yeu

L'emploi est évidemment une problématique prioritaire sur l'île où, comme ailleurs, les jeunes sans diplôme, notamment les femmes, sont les plus vulnérables. « 120.000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme » s'est inquiété Jacky Hautier, le sous-préfet des Sables d'Olonne. Les emplois d'avenir apparaissent donc comme une aubaine en offrant des contrats de trois ans et un parcours de formation à des personnes de moins de 25 ans non-diplômées, tandis que l'employeur, privé, associatif ou public, bénéficie d'une prise en charge d'une partie des salaires.

 

Les cinq jeunes Islais qui bénéficient de ces contrats sont Léa Hennequin, Marine Orsonneau et Justine Turbé à Ile Oya Vendée Vacances, Marion Borny à la Mairie et Nelson Audouin à l'association CAVAL. 

Si chaque parcours est différent, ils se rejoignent face aux difficultés à trouver un emploi à l'année sur une île fortement marquée par les propositions saisonnières. Les cinq jeunes Islais ont tous déclaré apprécier la stabilité offerte par le contrat de trois ans, une possibilité « qui arrive au bon moment » pour Marine. En plus du travail quotidien, un parcours de formation doit être mis en oeuvre pour acquérir une qualification reconnue et renforcer les compétences des jeunes bénéficiaires.

 

Accessible aussi au privé

 

Pour les employeurs, ces contrats sont aussi une opportunité pour renforcer ou développer de nouvelles activités avec des personnes en formation et un soutien financier conséquent des pouvoirs publics. Les associations ou les collectivités, peuvent prétendre à une prise en charge de 75% du salaire par l'Etat. Et le programme s'adresse également aux entreprises du privé qui pourront elles compter sur une aide d'environ 500€ par mois pour employer un jeune non-diplômé de moins de 25 ans. L'embauche de personnes handicapées est aussi fortement encouragée avec l'extension de l'âge de recrutement à 30 ans et la hausse du niveau de soutien, jusqu'à 75% du salaire dans le privé. Avec une hausse récente de 8% du chômage des jeunes sur la façade départementale atlantique, les 135 contrats d'avenir encadrés par la Mission locale viendront certainement soulager des situations personnelles difficiles. Mais ils offriront aussi des perspectives à des territoires dont la population est plus vieille qu'ailleurs et qui ont donc un besoin urgent de garder leurs jeunes.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0