Première convention de l'Etablissement Public Foncier de Vendée

Lundi 25 mars, Alain Leboeuf, conseiller général et président de l'Etablissement public foncier de Vendée (EPFV), était aux côtés de Bruno Noury pour signer la première convention de veille foncière avec la mairie de l'île d'Yeu. Cette convention qui ne signifie pas que l'EPFV va immédiatement acquérir des terrains, offre tout de même plusieurs avantages à la collectivité locale.

 

Des parcelles ont en effet été identifiées sur le cadastre local à Saint-Sauveur, dans une zone dite des Rieux à laquelle accède par exemple l'impasse de la grappe, à côté de la boulangerie du Bourg. La mairie y est déjà propriétaire de plus de 1.000m2 ainsi que l'hôpital qui cherche à vendre une partie de ses biens. La surface potentielle, qui représente en tout près de 4.600m2 dans le village de Saint-Sauveur est donc particulièrement intéressante. Mais l'achat des 3.500m2 dont elle n'est pas propriétaire représenterait un investissement conséquent pour une municipalité qui cherche actuellement à limiter ses dépenses. D'où l'intérêt de faire intervenir l'EPFV.

L'EPFV revend au prix d'achat

 

Selon les termes de la convention, l'EPFV va d'abord effectuer une veille active afin d'observer les ventes de terrains sur cette zone délimitée pour faire jouer la préemption ou contacter des propriétaires afin de connaître leurs intentions. Ensuite, si des opportunités se présentent, elle achètera les terrains selon les estimations des Domaines pour les revendre dans les 4 ans à la mairie mais au prix d'achat, sans prise d'intérêt par l'établissement public, dont l'objet est précisément de lutter contre la spéculation foncière. L'autre intérêt pour la municipalité est de ne pas sortir d'argent immédiatement et ainsi de mieux programmer budgétairement cet investissement. Pour Alain Leboeuf, en effet, « la première mission de l'EPFV est de venir au secours des mairies quand elles détectent dans les villes ou villages des terrains dans des dents creuses qui pourraient avoir vocation à habitation. L'enjeu du logement des jeunes couples aux revenus modérés est prioritaire. » L'aménagement des terrains acquis fera ainsi la part belle au logement social ou à l'accession à la propriété. Le projet islais a donc unanimement remporté l'adhésion du conseil d'administration de l'EPFV qui anticipe une augmentation de 240.000 habitants de la population vendéenne à l'horizon 2040.

Écrire commentaire

Commentaires : 0