Quel avenir pour l'héliport ?

Lors de l'assemblée générale de l'association Aller-Retour qui se déroulait le Jeudi 18 octobre dernier, le sujet central était cette année la liaison aérienne en hélicoptère, présente sur l'île depuis 1987. La question de l'emplacement de l'héliport est plus que jamais d'actualité puisqu'une nouvelle étude vient d'être lancée sous l'égide du Préfet. D'un classement préfectoral, l'héliport doit passer à un classement ministériel depuis 10 ans déjà... L'étude doit analyser différents scénarios, notamment le maintien sur le port ou le déplacement à l'aérodrome. Et l'enjeu est d'importance car avec 15.000 passagers par an, 130 évacuations sanitaires, l'acheminement de la presse, du courrier, du fret urgent et des médicaments, la liaison aérienne fait désormais partie de la vie quotidienne des Islais.

Pour Bruno Noury, maire de l'île d'Yeu, il est nécessaire d'attendre les propositions du cabinet d'études avant de se prononcer alors que Dominique Groisard, président d'Aller-Retour, souhaiterait l'expression d'un voeu du conseil municipal pour peser dans la balance et maintenir l'héliport sur le parking de la chapelle. Pour le pilote Gaël Moncanis, « au moins la moitié des hélistations françaises fonctionnent par dérogations. Il faut se battre pour obtenir ces dérogations. » Si Bruno Noury a maintenu sa position d'attendre les données techniques « car aucun ministre ne signera d'habilitation sans une étude approfondie », il s'est quelque peu avancé, avec prudence, en faisant valoir son avis personnel pour un maintien sur le port. Les deux parties se retrouvent au moins sur un point : si le Préfet persiste à vouloir assister personnellement à toutes les réunions, la finalisation de l'étude sera repoussée indéfiniment. D'ailleurs, la réunion du 11 décembre serait déjà reportée...

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    cottet kristiane de la gironde (lundi, 05 novembre 2012 15:44)

    l helico doit rester sur le port pour plus de facilite en tout point de vue

  • #2

    Jean-Paul Michelet (mercredi, 07 novembre 2012 11:33)

    Pourquoi détruire quelque chose qui fonctionne bien et qui donne satisfaction à l'ensemble des résidents (permanents ou non) ?
    En obligeant l'hélicoptère à déménager à l’aérodrome, la mairie ferait clairement le choix du développement touristique frénétique au détriment du confort et du bien-être de ceux qui travaillent et vivent ici toute l'année ? Est-ce bien cela le développement durable ?

  • #3

    Éric (jeudi, 08 novembre 2012 23:27)

    Pour Jean-Paul Michelet, déménager l'héliport embêtera autant les islais que les estivants, pourquoi les opposer? Et il ne s'agit pas de développement touristique frénétique, arrêtez de fantasmer. C'est malheureusement une question de réglementation.
    Maintenant, je pense qu'il est préférable voire essentiel que l'hélicoptère reste au port et il faut que les élus se bougent pour obtenir ça. Le maire & et le conseiller général (qui ne sont qu'un...) en premier lieu.

  • #4

    Martine Basson (samedi, 01 décembre 2012 12:10)

    Quelle horreur cet appareil volant qui hurle et pollue notre vision à longueur de jours ! On ne compte plus les sourds et malentendants parmi les riverains du quartier des usines. Et puis ces pauvres véhicules roulants qui n'ont même pas la place de garer leur quatre roues !
    Nous pourrons tous nous féliciter d'avoir fait taire notre hélicoptère lorsqu'il ne sera plus sur le port. Non seulement il aura déserté Port-Joinville mais il aura également déserté l'île ! Du reste, l’hélicoptère ne sera pas seul à conserver le silence, une partie de nos malades et de nos anciens se tairont aussi à jamais, faute d'avoir pu bénéficier d'un transport sanitaire de qualité vers le continent.
    Il faudra, ce jour là, que notre municipalité ait bien du courage pour se regarder dans un miroir. Quoi qu'il en soit, il lui faudra nous rendre des comptes !